Rencontre avec Jeremy Bastian


Troisième rendez-vous comics organisé par la médiathèque de Colomiers cette année, nous avons eu le plaisir d’accueillir l’auteur de La fille Maudite du Capitaine Pirate, un livre somptueux paru aux Editions La Cerise.
Je ne connaissais pas Jeremy Bastian, ce fut donc pour moi une surprise d’autant plus agréable que j’ai littéralement plongé dans son univers onirique aux multiples références graphiques, de Gustave Doré et Albrecht Dürer en passant par John Tenniel.
Comme à l’accoutumé, j’ai donc pu assister à une conférence où l’artiste questionné par François Peneaud (qui était déjà présent lors de la conférence avec Barry Kitson et Mark Buckingham l’année dernière) nous dévoilait de nombreux aspects de cette oeuvre hors du commun représentant un travail colossal de patience et d’abnégation.
De ses origines au long parcours éditorial (la série est passée par Kickstater et s’avère être le premier plus gros succès remporté par un comic-book de l’histoire) pour arriver jusqu’à nous, La fille Maudite du Capitaine Pirate de Jeremy Bastian est un pur joyaux au graphisme extrêmement riche sans pour autant être chargé ou étouffant, bien au contraire, c’est une invitation au voyage où l’on se doit de passer du temps sur chaque page.
On est époustouflé par le travail fourni par Bastian, surtout lorsque l’on sait que ses illustrations ont exactement la même dimension que le produit fini (du moins pour la version publiée aux Etats Unis par Archaia, l’édition française a décidé d’agrandir un peu le format d’origine), et surtout qu’il n’utilise aucune loupe et qu’il dessine à l’oeil nu !

Voici deux extraits de cette conférence qui vous donneront un aperçu de l’univers de cet artiste au style très éloigné de ce que nous propose l’édition mainstream.

La seconde partie de son intervention s’est déroulée dans les murs de la librairie Terres de Légendes et son légendaire apéro/dédicace, un moment bien sûr très convivial où nous avons pu admirer en live tout l’étendu de son talent.
Des planches originales étaient également visibles, de purs chef-d’oeuvres de finesse et de précision, l’une d’entre elles appartenant à l’anthologie hommage à Little Nemo in Slumberland regroupant de nombreux artistes et dont on ne sait même pas si elle sera publiée un jour…

 

Poster un commentaire

Classé dans Artist of the day

Space Opera


Grande amatrice des strips de Mike Maihack mettant en vedette Supergirl et Batgirl dans des petites histoires très drôles et bien senties, j’attendais avec impatience le premier comics publié par l’artiste et intitulé Cleopatra In Space, de la SF tout public avec une héroïne que l’on était loin de s’imaginer dans un tel environnement.
Le premier volume, Target Practice, publié chez Scholastic et disponible à partir du 29 avril fait suite au webcomic que Maihack avait entamé en 2009 jusqu’en 2012, où la jeune et future reine d’Egypte se retrouvait propulsée à des années lumières de chez elle, au cœur d’une prophétie intergalactique et dernier espoir de la race humaine en se battant au côtés de la P.Y.R.A.M.I.D. (Pharaoh Yasiro’s Research And Military Initiative of Defense) contre le vil Xaius Octavian.

Une série pleine d’humour et d’aventures dont une longue preview est disponible sur le site Comics Alliance.

Cleo01 Cleo02 Cleo03 Cleo04 Cleo05 Cleo06

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Vers l’infini et au delà


10268572_827013150642185_5900408113126551963_n

Chaque fois qu’un projet participatif me fait faire des bons de trois mètres de haut, je ne peux m’empêcher de vous en parler. Celui dont je vais commencer à faire la promo aujourd’hui me tient d’autant plus à cœur  qu’il n’a pas encore été lancé et qu’il fait déjà grandement parler de lui.
C’est bien évidemment son thème et la façon dont il va être traité -d’une manière tout à fait originale- qui font que l’on a envie de suivre et de soutenir l’oeuvre d’Elsa Charretier et Pierrick Colinet (déjà responsables d’Æternum Vale paru chez Wanga Comics et d’un nouveau récit du Garde Républicaindu début à la fin.
Je fais partie des petits chanceux qui ont été mis au courant de la mise en route de ce projet relativement tôt, et lorsque j’ai su de quoi il en retournait je leur ai proposé mon indéfectible soutien car rien que de savoir qu’un tel projet allait exister me comblait de joie. J’ai tout de suite senti qu’en plus d’être deux jeunes auteurs extraordinairement doués, Elsa et Pierrick sont deux artistes responsables, citoyens et militants, sensibles aux causes qui me sont également très chères.

Voici donc qu’aujourd’hui la page Facebook dédiée à leur BD intitulée The Infinite Loop vient d’être créée, en attendant le début des hostilités avec le lancement du projet via la plateforme Ulule à partir du 3 mai. Elsa et Pierrick ont décidé de faire les choses en grand puisqu’ils organisent déjà un concours pour remporter un dessin original d’Elsa, c’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que je vous convie à aimer cette page en attendant la suite des réjouissances.

Alors vous allez me dire, mais de quoi parle The Infinite Loop ? Le synopsis suivant nous promet déjà de très très beaux moments :

Teddy a une vie parfaite. Fonctionnaire, elle vient d’un futur lointain, d’un monde où les Hommes ont abandonné les contacts humains et les sentiments amoureux, et où tous les objets nécessaires à son épanouissement personnel sont disponibles dans le supermarché du coin. Il n’y a plus d’enjeux, plus de haine, et plus d’amour. Tout est neutre. Mais le monde est enfin apaisé et comblé.
Les voyages temporels sont devenus communs, mais sont toutefois réservés aux gouvernements. Seules exceptions, les enfants des classes supérieures se permettent de voyager dans le passé et s’amusent à modifier les grands moments de l’Histoire. Ces altérations entraînent l’apparition instantanée d’anomalies -telles que des apparitions objets- souvent bénignes si elles sont corrigées rapidement. Le travail de Teddy consiste alors à les répertorier scrupuleusement, et à les rapporter à ses supérieurs.
Jusqu’au jour où une anomalie prend forme humaine : une jeune femme apparaît de nulle part sous les yeux de Teddy. C’est la plus belle chose qu’elle ait jamais vue et elle ne peut envisager de la voir disparaître. Pour la première fois de sa vie sage et sans relief, Teddy découvre quelque chose de fort, un sentiment extrême. Elle doit faire un choix. Avant que sa hiérarchie ne découvre l’existence de la jeune femme, elle décide de s’enfuir avec elle.

Sachez que dans les jours à venir une interview que j’ai réalisé aux côté de Hype Média lors du TGS vous en dira plus sur ce projet extraordinaire et ambitieux, où l’on peut découvrir deux auteurs extrêmement impliqués dans une aventure qui dépasse largement les limites d’un produit formaté par le domaine de l’édition classique.
Bref, je m’arrête là aujourd’hui mais ce n’est pas l’envie qui me manque de continuer à vous parler de The Infinite Loop, un projet approuvé à 1000% par le TLGB.

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Coeur de Pirate


Tous les week-end se suivent et ne se ressemblent pas dans notre belle région.
En effet à peine une semaine après le TGS, c’est la Médiathèque de Colomiers qui continue son cycle comics avec la présence de Jeremy Bastian, auteur de la série Cursed Pirate Girl publiée en Français sous le titre La fille Maudite du Capitaine Pirate aux Editions La Cerise.
Edité en trois volumes, Cursed Pirate Girl nous conte les aventures en haute mer d’une jeune flibustière à la recherche de son père, un redoutable brigand des mythiques mers d’Omerta, et qui va rencontrer créatures mythiques, pirates retords, et apparitions fantomatiques. Un récit fantaisiste de cape et d’épée constitué de voyages au pays des merveilles et de dangers inimaginables, commençant à Port Elisabeth, dans la Jamaïque du début du XVIIIè siècle, pour prendre rapidement le large, toutes voiles dehors.  

Se faire "traiter" de génie par Mike Mignola n’est quand même pas donné à tout le monde, ce qui laisse donc présager une bien belle rencontre et la découverte d’un univers fantastique et foisonnant.

Cursed-Pirate-Girl

!cid_image001_jpg@01CF57C6

Poster un commentaire

Classé dans Artist of the day

Les Drôles de Dames de Delcourt


10155160_281403732026791_7542409247673087961_n

Je tenais à saluer l’excellente initiative de la part des Editions Delcourt de publier à quelques semaines d’intervalle trois pépites du genre mettant en avant des héroïnes au destin bien particulier.
A sa lecture il y a deux ans, la série The Sword des Luna Brothers m’avait carrément enthousiasmé, et Julien nous a déjà chaudement recommandé Glory autant pour son scénario original que ses illustrations jouissives.
La troisième série mise en avant par Contrebande, la collection de Thierry Mornet, me met en joie comme vous pouvez vous l’imaginer puisqu’il s’agit de Rachel Rising, l’odyssée horrifique de Terry Moore dont j’ai bien sûr également vanté tous les mérites.

Voici donc trois valeurs sûres approuvées à 1000% par le TLGB, alors ne venez pas nous dire qu’on vous aura pas (encore) prévenu !

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

TGS Springbreak 2014 : We Are Family


DSCN7457

Et bien les enfants, quel week-end !
Comme vous l’avez déjà sûrement compris, j’étais présente sur le stand des copains de l’association Hype Média qui gérait la Comic Zone lors cette édition printanière du TGS, et dont la liste des invités était digne des meilleurs festivals de comics de l’hexagone.
Vous parler du TGS dans son ensemble va m’être très difficile tant je me suis cette fois-ci focalisée sur la partie comics, j’ai juste fait un tour rapide le samedi matin dans l’enceinte de Diagora pour ensuite rester là où il fallait résolument se trouver ce week-end, un endroit où tout passionné de comics se doit d’expérimenter au moins une fois dans sa vie, à mille lieux des files d’attentes interminables et des séances de dédicaces à la chaîne et sans âme.
L’intérêt pour moi d’un festival ou d’un événement quel qu’il soit lié aux comics est de pouvoir approcher les artistes et leur dire à quel point leur travail est merveilleux. Ce doit aussi être un moment de partage et de convivialité, où chacun doit prendre plaisir quel que soit sa place.

DSCN7459

En ce qui me concerne je peux vous dire que du plaisir, j’en ai pris des wagons entiers. C’est peut-être le fait que tout cela se passe dans ma ville, que j’ai été "embauchée" par une joyeuse bande qui transpire l’amitié, la simplicité et la sympathie par tous les pores, que j’ai fait de mon mieux pour apporter mon savoir faire, ma bonne humeur et mon enthousiasme inépuisable quand il s’agit d’aider cette entreprise géniale de vouloir créer un événement de grande envergure autour des comics sur Toulouse.

Je n’oublierai jamais les moments passés en compagnie de tous les invités tous plus adorables les uns que les autres et notamment les quatre cavaliers de l’Apocalypse, les artistes Mahmud Asrar, Yildiray Cinar, et Trevor Hairsine ainsi que Richard DeDominicis collectionneur et vendeur de planches originales dans le plus grand respect des royalties pour les auteurs. Tous ces gens adorables m’ont tant donné ces deux derniers jours, alors que moi je n’arrivais même pas à expliquer ce qu’était une crème Catalane (mais j’y suis arrivée… enfin je crois…).

DSCN7476

DSCN7444
Les invités Français sont loin d’être en reste, Stéphanie Hans que je croise désormais régulièrement est toujours aussi sympathique et a toujours un mot gentil pour moi, Gérald Parel est le prince du Disco, Phillipe Briones et Romain Huet ont formé un tandem de choc tout le long du week-end, et j’ai pu grandement apprécier le talent indéniable et la fraîcheur du couple formé par Elsa Charretier et Pierrick Colinet, pour moi leur avenir est tout tracé.
Paul Renaud fait partie de ces grandes personnes d’une impressionnante générosité que j’ai la chance de pouvoir côtoyer, le genre de ceux qui m’inspirent et qui me donnent envie de faire toujours mieux. Gourvy et Dana ont sans doute été les plus à plaindre car il ont du supporter mes vannes foireuses lorsque j’avais un peu trop bu…

Quoi qu’il en soit je n’ai pas mérité tout ce que j’ai pu recevoir lors de ces deux derniers jours, des sketches splendides à ma toute première planche originale (sortie tout droit de la collection de Richard, une page du Supergirl#26 dessinée par Yildiray Cinar) sans parler de la présence d’une (très très très jolie !) cosplayeuse amatrice de Frozen (non mais…. vraiment vraiment jolie hein !).

Je ne peux pas non plus oublier de parler de l’ambiance incroyable et chaleureuse que j’ai pu expérimenter grâce à toute l’équipe de Hype Média, qui m’ont accueillie à bras ouverts, et je pense sincèrement que toutes les personnes présentes (autant les artistes que les visiteurs) ont ressenti cette atmosphère vraiment particulière, comme si nous étions tous une bande de potes réunis autour d’une passion commune et que le temps s’était arrêté un tout petit peu l’espace d’un week-end. C’est en tout cas le sentiment que j’ai eu, et c’est aussi pour cela que j’aime tant cet univers.

Voilà, c’était donc mon ressenti sur cette édition, pour ce qui est du contenu (parce que j’ai travaillé un peu pour vous aussi les enfants ;) ) en partenariat avec Hype Média, quelques interviews seront bientôt disponibles, j’espère qu’elles vous plairont. Et j’espère aussi vous avoir convaincu que pour la prochaine édition, fin Novembre vous vous devez de faire le déplacement.

2 Commentaires

Classé dans Mood of the day

We are young


young-avengers1-kiss-625x234

Une partie des GLAAD Awards s’est déroulée à Los Angeles le week-end dernier, avec entre autre un beau discours de présentation d’Ellen Page sur la comédienne trans Laverne Cox qu’elle considère comme son héroïne.
Côté comics, c’est légitimement la série Young Avengers de Kieron Gillen et  Jamie McKelvie qui a remporté la fameuse récompense pour la meilleure représentation de la communauté LGBT dans le domaine de la BD lors cette 25ème édition. Pour rappel les autres nominés étaient Batwoman, The Fearless Defenders, Husbands et Life With Archie.
La série originale Young Avengers avait déjà remporté un award en 2006, alors qu’Avengers: The Children’s Crusade avait été nominé en 2011 puis en 2012, ainsi que Young Avengers Presents en 2009.

Poster un commentaire

Classé dans Gay right of the day