Archives quotidiennes : 13 septembre 2012

Comics et diversité : un petit état des lieux


Je suis tombée ce soir sur deux articles très intéressants qui parlent de diversité dans le domaine des comics. Le premier se trouve sur Comics Alliance et fait le point sur les différentes tentatives de la part des éditeurs de séduire un nouveau lectorat issu des minorités en leur offrant des histoires plus proches de celui-ci, et dans quelle mesure la plupart du temps ces tentatives ont été un échec. L’article met également l’accent sur le fait que malgré les Rebaunch et autres Révolutions qui sont censées amener un petit vent de modernité, le constat reste identique, on retrouve trop peu de femmes de noirs ou de gay au sein des équipes de super héros. Les éditeurs ont souvent tendance à avancer que ce qui prime avant tout c’est une bonne histoire, mais cette excuse est un leurre car bien entendu, l’un n’empêche pas l’autre.

So there should be a quota, right? Every team 50% female. One third non-white and/or Hispanic. One LGBT character, rounding up. Quotas are controversial because they’re seen as breaking the connection between achievement and reward, and addressing one injustice by creating another. Those objections don’t apply to comics. Artificial systems aren’t unjust in artificial worlds. Everything that appears in a book is a choice of one thing over another.

Sur Bleeding Cool, c’est l’auteur Brandon Easton, issu de la communauté afro-américaine qui parle de son expérience en tant que lecteur, mais également en tant qu’artiste, alors qu’il n’y a seulement 3% de Noirs crédités sur tous les titres Marvel et DC au mois de Juin 2012 par exemple. Selon lui le lectorat « minoritaire » est beaucoup plus important qu’il semble l’être au premier abord, l’existence de nombreuses manifestions ou conventions dédiés à un public afro-américain le prouvent. Mais ce qui est édifiant dans son témoignage, c’est
lorsqu’il parle du comportement de certains éditeurs face à ses demandes d’embauche. Dans ce domaine précis, au lieu de parler de racisme il préférera employer le terme de préjugés, mais il dénonce également le milieux des Geeks hardcore exclusivement blancs et pour le coup extrêmement racistes.

The truth is this: Marvel and DC aren’t in the business of telling meaningful stories about Blacks or providing gigs to qualified minority talent. The Big Two are primarily interested in keeping their intellectual properties viable for the next fifty years. It’s not just about comic books and movies, it’s about video games, backpacks, balloons, t-shirts, sneakers, hats, cereal boxes and other accessories.

Dans ces deux articles une note d’espoir réside peut-être dans l’édition numérique. Serait-ce sous ce support que dans un futur plus ou moins proche, auteurs et personnages féminins, LGBT, Noirs, Asiatiques… pourraient évoluer plus librement, comme ce fut le cas dans les années 70 avec l’essor des comics underground ?
Ce genre d’article est très important car il met très concrètement le doigt sur la pauvreté générale des comics mainstream. Si ceux-ci ont en effet tant de mal à se renouveler, c’est qu’ils sont destinés à une catégorie de lecteurs qui bien que majoritaires, ne reflètent pas la richesse et la pluralité de ce que cette industrie pourrait être.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Mood of the day

Batwoman #0 : la preview


Batwoman #0 revient sur l’enfance et la jeunesse de Kate Kane, périodes de sa vie déjà abordées avec maestria par Greg Rucka dans l’arc Go (que vous avez tous lu parce que vous êtes des gens bien)… au fait, je vous ai déjà dit que Batwoman c’était le pied total ?

1 commentaire

Classé dans Comic of the day