Somewhere over the Rainbow : Fiche Perso #19


1704375-265484_196790_extranoNom : De La Vega
Prénom : Gregorio
Surnom : Extraño
Première apparition : Millenium #2 (janvier 1988)
Gay Power : Marvel (avec son Rawhide-kid) n’est pas le seul éditeur mainstream a avoir introduit un personnage gay truffé de clichés et de stéréotypes dans ses cases. DC Comics s’en est aussi donné à coeur joie et a sans doute fait même pire avec un personnage non sans intérêt mais très mal écrit et réunissant à lui seul tous les poncifs inhérents aux gays vers la fin des années 80.

Etre gay dans les années 80 ça ne devait pas être triste. A cette époque les attaques venaient de tous les fronts, politique avec la clause 28 de Margaret Thatcher, et la cour d’appel des Etats Unis qui statuait qu’il n’y avait pas de droit fondamental à être gay, épidémique avec la découverte du virus du SIDA, ou encore idéologique avec les déclarations de Jean Paul II qui proclamait que l’homosexualité, c’était le Mal avec un grand M.
Il suffit aussi de voir comment les homosexuels étaient considérés à travers différentes manifestations de la culture populaire, de la chanson Les Boys de Dire Straits, en passant par le cinéma et la télévision où les personnages varient de la grande folle au tueur psychopathe aux instincts sadiques.
Ironiquement lors de cette décennie de haute volée, être ou paraître gay n’aura jamais été aussi tendance. David Bowie, Boy George, George Michael, Duran Duran, Elton John, les Village People… quoi de plus normal alors que de tenter d’intégrer des personnages gay dans le paysage pourtant très viril des comics de super héros et voir comment les lecteurs seraient susceptibles de réagir.

392px-Newguardians01C’est donc ce cher Steve Englehart et le dessinateur Joe Staton qui s’y collent en créant un personnage franchement atypique dans les pages d’un crossover de DC Comics intitulé Millenium, une mini série de 8 numéros publiée chaque semaine entre Janvier et Février 1988. Car Extraño est l’un des membres d’une équipe de super héros appelée les New Gardians (également introduite dans ce crossover, et dont la série titre qui va en découler ne durera que 12 numéros), et outre le fait qu’il soit un sorcier d’origine Péruvienne, son comportement et ses attitudes ne laissent aucun doute sur son homosexualité, même si celle-ci reste évoquée de manière implicite.

Pour la petite histoire, dans l’event Millennium, Extraño faisait partie d’un groupe sélectionné par les Guardians of the Universe et les Zamarons (pour être plus précise par Herupa Hando Hu et Nadia Safir que les fans de Green Lantern connaissent bien) à prendre part à une expérience dans l’évolution humaine. Originaire de Trujillo, c’est alors un magicien de seconde zone, mais ses pouvoirs magiques vont être exacerbés par la procédure, tout comme ses collègues qui vont acquérir de nouvelles capacités. Ensemble, ils vont donc former les New Gardians, chargés de combattre le mal partout où il se cache sur ​​Terre.

1926924_218203285035758_100245393_n

extrano-2Mais alors comment reconnait-on un personnage homosexuel dans un comics mainstream de la fin des 80’s lorsque l’on en voit un ? C’est très simple, il suffit de lui transposer la quasi totalité du nombre de clichés existants, à savoir les vêtements disco et colorés, une seule boucle d’oreille (oui oui, parce que c’était un code de reconnaissance entre garçons à l’époque) ou encore la jovialité exacerbée de toute folle qui se respecte jusqu’à ce que le personnage en question finisse par se nommer lui-même « tata ».  Qui plus est et c’est bien connu, l’homo est toujours de bons conseils, surtout en matière de relations amoureuses ou amicales. C’est une chance car ses co-équipiers vont le solliciter dans ce domaine à plusieurs reprises.
Mais la plus remarquable des trouvailles fut de lui faire transmettre le virus du SIDA par l’attaque d’un Hémo-gobelin, notre ami se retrouve donc séropositif, chose tout à fait normale et logique pour un gay vivant à cette époque.

Parce qu’il en faut un, Extraño était donc le magicien des New Gardians. Il puisait sa magie des forces terrestres, ses pouvoirs lui permettant d’envoyer des décharges d’énergie, léviter, et jouer de nombreux tours de magie et de prestidigitation. Au sein de l’équipe, il avait surtout un rôle de contrepoint comique, par conséquent son comportement flamboyant paraissait drôle au regard des lecteurs hétéro et bien évidemment détestable vis à vis des lecteurs gay qui lui reprochaient de contribuer à la marginalisation des personnages LGBT dans l’esprit des gens. Au cours de ses aventures, il trouva un crâne de cristal magique et porta un costume de super-héros plus masculin, peut-être en réaction à des commentaires de lecteurs.

1704337-newguardiansbv

Au terme de ces 12 numéros on n’entendra plus parler de lui sauf peut-être en ce qui concerne son statut de premier super héros gay de l’histoire des comics, statut qu’il partage avec Northstar qui fait son coming out en 1992.

2 Commentaires

Classé dans Somewhere over the Rainbow

2 réponses à “Somewhere over the Rainbow : Fiche Perso #19

  1. Oui, ce n’était pas toujours rose d’être gay dans les années 1980 (ouh, le mauvais jeu de mots), j’en parle en connaissance de cause. Mais bon, côté comics, il y avait le début d’une ouverture aux LGBT (on ne disait pas encore comme ça) et Extraño en faisait partie de la première vague (celle qui essuie les plâtres). Il est clair qu’Englehart voulait créer un Dr Strange gay (le nom du personnage signifie d’ailleurs « étrange »). Maintenant, il est difficile de savoir comment il l’aurait fait évoluer puisque Englehart n’est resté aux commandes que le temps du numéro 1 de New Guardians, remplacé par Cary Bates dès le numéro 2 (même s’il y est crédité du plot).
    Le problème d’Extraño, c’est qu’en temps que seul super-héros gay de DC, il aurait dû, pour certains, représenter tous les gays, ce qui était évidemment impossible. On a beaucoup, à l’époque, critiqué son aspect cliché et stéréotypé, mais je crois que ce qui gênait les critiques, c’était qu’Extraño était un stéréotype de folle perdue, et qu’il y a, y compris chez les gays, beaucoup d’intolérance vis-à-vis des folles. Autrement dit, ceux qui accusaient Extraño de donner une image négative des homosexuels n’étaient peut-être pas très à l’aise avec certains membres de la communauté homosexuelle.
    Autre remarque : Extraño était le premier super-héros ouvertement gay avant Northstar. Même si Northstar est plus ancien, son homosexualité ne fait l’objet que d’allusions avant son coming out. Dans le cas d’Extraño, tout est clair d’entrée de jeu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s