Et de 10 !


La femme est l’avenir des comics et ça, Marvel l’a bien compris.

Alors qu’en ce moment même le film Lucy de Luc Besson avec Scarlett Johansson dans le rôle titre est premier au box office américain (mettant au passage un petit revers à Hercules), ce qui je suis sure devrait mettre un terme aux doutes des grands pontes de Marvel Studios concernant la sortie dans les années à venir d’un film entièrement consacré à Black Widow, l’éditeur est loin de se poser toutes ces questions et vient d’annoncer lors de la SDCC deux nouvelles séries mettant en vedette des héroïnes :  Angela : Asgard’s Assassin (le personnage est au départ une création de Neil Gaiman et Todd McFarlane chez Image au début des années 90) qui sera écrit par le tandem Marguerite Bennett et Kieron Gillen, et dessiné par Phil Jimenez et Stéphanie Hans, ainsi que Spider-Woman qui va faire son grand retour, sous la responsabilité de Dennis Hopeless (Avengers Arena) et Greg Land.

Spider-Woman-cover angela2-650x1004

Pour rappel, la Maison des Idées a déjà, ou est sur le point de lancer les séries féminines suivantes : Black Widow, X-Men, Elektra, Thor, Storm, Ms. Marvel, Captain Marvel, et She-Hulk, ces deux derniers titres prévus pour le mois de novembre nous amène donc (pour le moment ! Soyons fous !) à recenser 10 séries où figurent des héroïnes comme personnage principal !

Avec la féminisation de Thor et ces deux dernières annonces, la question que l’on peut se poser est la suivante : comment Marvel peut-il être si sûr de lui et continuer à développer un éventail de titres consacrés à ses personnages féminins ?
Un début de réponse se situe peut-être dans le classement global des ventes mensuelles concernant ces personnages, tout éditeur confondu, manière de savoir si réellement les femmes font vendre des comics. Je me suis amusée à prendre les chiffres de ces trois derniers mois (avril-mai-juin) et voici comment cela se présente :

 Avril 2014

avril

Mai 2014

mai

Juin 2014

juin

 

Oui, chaque mois c’est en moyenne plus de 600.000 comics vendus où une femme est le personnage principal.
Comme chacun le sait, l’industrie des comics souffre lui aussi de la crise économique mais ces chiffres ne trompent pas, ils sont la preuve qu’il y a un marché à exploiter, celui des lectrices déjà consommatrices qui ne demandent que cela, et celles qui pourraient devenir de futures clientes.
Car il est clair que malgré son très grand succès, ce n’est pas l’univers cinématographique de Marvel qui va inciter à lire ses comics. Il faut donc aller chercher ailleurs et les minorités (les femmes en première tête de liste) sont la proie idéale pour tenter de nouvelles expériences éditoriales. Et si vous voulez mon avis, c’est tant mieux car nous avons tout à y gagner.

4 Commentaires

Classé dans Comic of the day

4 réponses à “Et de 10 !

  1. g2-03451fc255b1bef8c4db791a460bfee0

    Quand j’ai commencé à lire des comics, j’étais seule au monde, du moins c’est l’impression que ça donnait : personne autour de moi n’en lisait, on les trouvait à la Gare, limite en contrebande.
    Plus tard, jeune femme décomplexée, cette culture commençant à voir le soleil, je suis allée dans une boutique vendant des comics, pour à la caisse tomber sur un taiseux qui a d’autorité mis mes emplettes dans une pochette-cadeau.
    Bref, pendant longtemps j’ai eu la sensation d’être une erreur sociale. Ta note répare un peu cet affront. Elle contribue à montrer que les choses changent.

    • J’ai eu la chance de faire partie de ces filles qui n’ont jamais eu de problèmes particuliers ou qui n’ont jamais été prises de haut dans un comic shop. Il faut dire que le comic shop toulousain où je faisais mes emplettes (Toutencartoon) était tenu par une femme ! (et son mari, mais c’est elle qu’on voyait surtout derrière le comptoir) et je pense que mine de rien ça m’a aidé à me mettre en confiance, nous discutions beaucoup, et petit à petit je lui racontai mes rencontres avec les artistes dans les festivals et mes coups de coeur pour tel ou tel titre.
      Lorsque je suis partie dans la région de Montpellier, j’ai découvert une autre boutique, Comic Place, tenu par celui qui allait devenir plus tard mon Grand Frère, Gilles Coin. C’est lui qui ma fait découvrir la série Love & Rockets.
      A vrai dire je n’ai eu que de bonnes expériences, mais j’ai évidemment entendu parler des mauvaises subies par de nombreuses lectrices notamment aux US. Ces commerçants qui ont ce comportement peuvent plier boutique à mon avis car ils n’ont rien compris…
      J’ai tendance à croire qu’en France ça se passe un peu mieux… à part pour toi manifestement. Le principal c’est que ça ne t’a pas enlevé l’envie de lire des comics🙂

  2. Bon j’arrive sur le blog ! Des chiffres très intéressants pour un article engagé. Un petit goût amer quand même. Ces séries pourraient être écrites par des femmes !
    Concernant des histoires de femmes fortes, voyons…
    Stranger in Paradise bien sûr

    Habibi de Graig Thompson

    Alias à l’époque où j’aimais encore Bendis.

    Girls et Ultra des frères Luna

    Je suis par contre toujours dubitatif sur les aventures d’Elektra qui n’a jamais servi à rien.

    • Bienvenue à toi et bonne lecture ! (enfin surtout bon courage !)
      Oui, il y a très très peu de scénaristes féminines travaillant actuellement pour les éditeurs mainstream, elles représentent à peine 5% des auteurs officiant dans le circuit… Fort heureusement, il n’y a pas besoin d’être une femme pour pouvoir écrire un personnage féminin fort et intéressant, sinon nous serions effectivement dans la panade.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s