The Inventor, The Wife, and The Amazon


lasso-truth-carson-kreitzer-44

On a beau se languir de voir Wonder Woman sur grand écran, notre amazone et le mythe qui entoure sa création restent une source d’inspiration inépuisable pour bon nombre d’auteurs, quel que soit le genre artistique où ils ont l’habitude de s’exprimer.
L’excellent documentaire de Kristy Guevara-Flanagan, Wonder Women! The Untold Story of American Superheroines décrit par exemple l’influence et l’héritage culturels que l’héroïne a pu laisser sur des générations de femmes (et d’hommes) de tous horizons.

Depuis le début de l’année, c’est la vie de William Moulton Marston, et sa relation polyamoureuse avec Elizabeth Holloway Marston et Olive Byrne qui font l’objet d’une pièce de théâtre intitulée Lasso of Truth.
Créée par Carson Kreitzer à l’initiative du Marin Theatre Company, cette semi-fiction développe des faits connus de tous sur le père de Wonder Woman comme ses travaux sur le polygraphe, ses propos sur le féminisme, et sa grande passion pour le Bondage. Mais elle lève aussi en partie le voile sur la complexité de ce personnage (appelé dans la pièce The Inventor) dans ses rapports avec les deux femmes de sa vie (The Wife et The Amazon), du moins sur ce qu’ils auraient pu être dans leur vie quotidienne et dans leur intimité. A la mort de l’inventeur à l’âge de 53 ans, les deux femmes continuèrent de vivre ensemble et d’élever leurs enfants, et la pièce suggère qu’elles étaient également amantes bien que cela n’ai jamais été prouvé.

lasso-of-truth

Mais celle-ci ne se contente pas de tourner autour de ce fameux trio. Elle démarre d’abord d’un point de vue plus contemporain, dans un comic shop, où une jeune femme est à la recherche d’une copie d’All Star Comics #8, le fameux numéro où apparaît notre héroïne pour la première fois, et va s’entretenir avec le gérant sur ce qu’a pu lui apporter Wonder Woman dans son existence.
Elle décrit également l’obsession de Marston pour la vérité et le mensonge, ainsi que ses échecs répétés pour faire admettre l’utilisation du polygraphe comme preuve irréfutable devant les tribunaux.

628x471

Rares sont les personnages de comics dont les origines ont suscité autant d’intérêt tout en continuant à fasciner le plus grand nombre. Cette pièce de théâtre semble vouloir perdurer à faire évoluer le mythe mais rend surtout hommage à trois facettes d’une seule héroïne, trois visages que j’aurai le plaisir de présenter au mois de novembre pour la prochaine Paris Comics Expo (je vous en reparlerai bientôt).

Poster un commentaire

Classé dans Mood of the day

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s