L’effet Aladin : la review de Julien Lordinator


Oldies But Goodies  : L’effet Aladin

1

 

Dans les années quatre-vingt, les crossovers et autres rencontres entre super-héros ont le vent en poupe : Chez DC Comics l’idée n’est pas neuve et la fameuse série World’s Finest en est la plus vénérable représentation, tandis que les rencontres entre la JLA et la JSA sont des rendez-vous réguliers. C’est chez ce même DC Comics que le crossover « géant » deviendra même un événement éditorial avec le gigantesque Crisis On Infinite Earths.
Le concurrent Marvel n’est pas en reste : La série régulière Spider-Man Team Up (qui deviendra plus tard Marvel Team Up) voit le tisseur associé chaque mois à un autre personnage maison et le très mercantile Secret Wars voit l’ensemble des personnages de la Maison des Idées s’allier contre une menace commune. Les crossovers entre maisons d’édition commencent également à arriver : Superman rencontre Spider-Man à deux reprises dans des crossovers devenus des classiques, Batman se frottera à Hulk et les X-Men aux Teen Titans.
Mais qu’en est-il des personnages féminins ? Et bien j’aurais tendance à dire pas grand chose… Souvent réduites au stade de figuration, elles tiennent rarement les rôles principaux lors des crossovers. L’Effet Aladin fait figure d’exception et mérite donc que l’on s’intéresse à cette histoire originale et hors du commun.

10
L’Effet Aladin est un crossover réunissant quatre des femmes fortes les plus populaire de l’époque chez Marvel, à savoir Tornade (Storm), Tigra, Miss Hulk et La Guêpe (Wasp). L’histoire commence de façon singulière : Une petite ville est prisonnière d’une bulle invisible empêchant les habitants de sortir, cette même bulle rend également la ville invisible au monde extérieur. Les habitants sont donc livrés à eux-même, la nourriture commence à manquer et la tension se fait de plus en plus forte.

11C’est dans cette ville coupée du monde que vit Holly-Ann, une fillette rêveuse fan de super-héroïnes et plus particulièrement des quatre héroïnes citées plus haut. La situation devient de plus en plus tendue et alors qu’un matin Holly-Ann accompagne son shérif de père à la mairie pour une réunion de crise, elle croise une jeune femme hagarde dans la rue qui n’est autre que… Tornade des X-Men ! Enthousiasmée par la présence de la mutante, Holly-Ann lui explique la situation et lui demande de l’aide. Malgré le fait qu’elle ne sait pas comment elle est arrivée ici, Tornade, flanquée de la fillette, se met alors en quête de découvrir ce qui se passe à Venture Ridge et chemin faisant, rencontrera également Miss Hulk, La Guêpe et Tigra, les quatre femmes finissant par former une équipe improvisée.

Même si dans le fond la trame du récit est assez classique et répond aux exigences et codes de ce genre d’histoire et propose même les passages obligés de ce genre de récit (y compris la gigantesque bagarre finale), le fait que les personnages centraux soient toutes des femmes et l’héroïne une fillette en font déjà une bande dessinée singulière (en tout cas pour l’époque), l’autre aspect marquant en est certaines thématiques, bien plus audacieuses que ce que l’on avait l’habitude de voir dans les crossovers à l’époque.

12Le fait d’avoir choisi une petite fille comme héroïne permet déjà au scénariste (David Michelinie) de placer une scène pleine de sens : Alors que Holy-Ann contemple sa collection d’images de super-héroïnes, son père la lui dérobe et la brûle, prétextant qu’elle ne devrait pas s’intéresser à ce genre de bêtises, tuant du même coup les rêves d’héroïsme de la fillette dans l’œuf. Le message sous-jacent est donc clair : L’héroïsme, et donc plus largement les comics, ce n’est pas pour les filles ! Vu l’époque, cette simple scène de quelques pages est révélatrice de la place des personnages féminins et des lectrices, les deux étant souvent cantonnées, voir ignorées.

Cette bande dessinée est sur ce point intéressante car présentant des scènes allant à l’encontre de son média et même de la société en général : Ainsi c’est grâce au courage de Holly-Ann que les habitants de la ville trouveront la force de se soulever face à leur geôliers et c’est encore cette même Holly-Ann qui à la fin tiendra tête, seule, au méchant de l’histoire : Le récit est constellé de ce genre de passages particulièrement bienvenus.
L’autre aspect « intéressant » est le coté gentiment sexy de l’histoire, on se rend compte au bout de quelques pages que tous les prétextes sont bons pour montrer nos quatre héroïnes en petites tenues : Entre Miss Hulk qui fini la plupart de ses combats les vêtements en lambeaux, La Guêpe qui, sans son costume fait de particules Pym, passe une bonne moitié de l’histoire en tenue d’Ève (le dessinateur, Greg LaRocque, redoublant d’ingéniosité pour dissimuler le corps de la belle) et Tornade dont on insiste bien sur les courbes lorsqu’elle utilise ses pouvoirs, la bande dessinée est pleine de ce genre de passages, certes pour une catégorie du lectorat (comprenez majoritairement masculin) c’est agréable, mais vu l’aspect très féminin de l’histoire, il s’agit manifestement d’une technique pour contenter l’ensemble des lecteurs.

Pour finir j’aimerais juste m’attarder sur les dessins de Greg LaRocque, absolument somptueux (comme vous pourrez en juger sur les planches en illustrations de ce petit article) qui, très franchement, à eux seuls peuvent justifier l’achat de ce livre.

Je me souviens avoir lu ce comic étant gamin et l’avoir beaucoup aimé, malheureusement je l’ai perdu (je subodore qu’on me l’a volé à l’école…) et il avait donc une place toute particulière dans mon cœur de lecteur, je l’ai redécouvert à la faveur d’un chinage (merci boss ^_^ ) et après l’avoir relu, y ai découvert de nouvelles choses : Je pense que peu de bandes dessinées procurent cette impression ce qui en fait donc, selon moi, une œuvre qui sort du lot, ce qui est encore plus surprenant vu son époque de publication.

59

L’Effet Aladin est donc un comic qui malgré ses presque trente printemps reste rudement intéressant : Bien écrit, sublimement dessiné et doté d’un second niveau de lecture révélateur de son époque et, malheureusement, toujours d’actualité, c’est une bande dessinée méconnue qui mérite que l’on s’y attarde : Vous l’aurez compris, à vos bouquinistes, brocantes etc  !

Fiche  :

Titre VF  :
Strange présente  : L’Effet Aladin (Top BD numéro 10)
Titre VO  :
Marvel Graphic Novel 16  : The Aladdin Effect
Publication en France  :
Juin 1986 (Lug)
Publication aux USA  :
1985 (Marvel)
62 pages
Scénariste(s)  :
David Michelinie et Jim Shooter
Dessins  :
Greg Larocque
Encrage  :
Vince Colletta

 

3 Commentaires

Classé dans Comic of the day

3 réponses à “L’effet Aladin : la review de Julien Lordinator

  1. Intéressante chronique d’une BD à laquelle je n’avais guère fait attention à l’époque de sa sortie. Le dessin de Greg Larocque encré par (beuh !) Vince Colletta semble beaucoup mieux passer la route bien imprimé que dans les comics lambda de l’époque. Une petite erreur : « Spider-Man Team-Up » ayant commencé en 1996 c’était une reprise du concept de Marvel Team-Up (150 numéros de 1972 à 1985), et pas le contraire. Ce Spider-Man Team-Up a repris le nom de Marvel Team-Up en 1997, mais c’est bel et bien Marvel Team-Up qui était là en premier.

    • Julien Lordinator

      Mon erreur viens du fait que pour écrire l’article je me suis basé sur les intégrales de Marvel Team Up publiées par Panini qui s’appellent… Spider-Man Team Up🙂

      • Marti

        Des Intégrales qui en fait ne reprennent que les épisodes mettant en scène Spider-Man, laissant de côté ceux où c’est la Torche Humaine (et une fois Hulk il me semble) qui tiennent le rôle du héros principal qui fait équipe avec un autre. Dommage, j’espère qu’ils auront la bon idée de rassembler les épisodes manquants dans une autre collection (une Intégrale sur la Torche ? En Best Of) ou dans les Intégrales des FF.

        Je n’ai jamais entendu parler de ce récit, voilà une oeuvre qui mériterait d’être exhumée si Panini cherche à mettre en avant les héroïnes Marvel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s