Wonder Women of History


susan B - wonder woman

Wonder Women of History : Susan B. Anthony, Wonder Woman #5 (juin 1943)

 

Qui a dit qu’on n’apprenait rien en lisant un comic-book ?
C’était du moins le cas à l’époque du Golden Age, et en ce qui nous concerne dans les numéros de la série Wonder Woman qui contrairement aux comics d’aujourd’hui ne se contentait pas d’additionner quelques pages publicitaires au contenu mensuel.
Pendant près de 20 ans et depuis son tout premier numéro, le titre Wonder Woman s’est vu être agrémenté de plusieurs rubriques diverses, sous la forme d’essais en prose, de comic strip, de publicités humoristiques ou de jeux divers, et dont le contenu a évolué au fil des périodes (il y aura une ère Marston, et une ère post-Marston, au même titre que la série en elle-même, passant du féminisme engagé aux articles dignes de Modes et Travaux).

Dans Wonder Woman #1, en plus des aventures de notre fière Amazone, nous pouvions ainsi découvrir différents petits ajouts tels qu’une histoire intitulée A Message from Phil, un texte écrit par Jay Marr où une jeune fille nommée Phillys sauvait un sous-marin en communiquant par télépathie avec Phil, son frère jumeaux, technicien à bord de l’engin et blessé. Dans le comic strip de deux pages Sweet Adeline : Songs Without Music de Art Helfant,  une famille pauvre propriétaire d’un hôtel se met à creuser dans l’espoir de trouver un gisement de pétrole. La rubrique Good Book Worth Reading comme son nom l’indique suggérait aux lecteurs des livres qui en valaient la peine, cette catégorie était tenue par Josette Frank. On pouvait aussi s’amuser à décoder le message secret de Superman dans Superman’s Secret Message (Code Pluto N°8) ou il fallait trouver la huitième lettre précédant dans l’alphabet celle annoncé dans le message.

marbleww

Mais la rubrique la plus intéressante s’intitulait Wonder Women of History, dont le but était de présenter une figure féminine ayant marqué l’histoire. Chaque récit, compris entre trois et quatre pages soulignait de la même manière l’adversité face à laquelle ces femmes furent confrontées et comment elles réussirent à les surmonter.
C’est Alice Marble, ancienne championne et star de Tennis féminin (elle fut élue Athlète de l’année en 1939 et 1940 par l’Associated Press), qui embrassa ensuite la carrière d’éditrice et fut ainsi responsable de cette rubrique, écrivant les histoires des 16 premiers numéros et illustrés par des artistes de renom, de Sheldon Moldoff à Paul Reinmann, sans oublier Bob Oksner ou Alfonso Greene, l’un des rares dessinateurs afro-américain du Golden Age.

blackgreenesojourner

Marble choisit de nous faire découvrir en premier le destin de Florence Nightingale dans un récit de 4 pages, où on la voit transporter des animaux blessés alors qu’elle n’était qu’enfant puis servir dans un hôpital de guerre lorsqu’elle atteint l’âge adulte, jusqu’à ce qu’elle créé une école d’infirmières.

A la suite de cette publication, elle décide d’envoyer le premier exemplaire de Wonder Woman couplé d’un article de Marston intitulé Women : Servants of Civilization paru dans Tomorrow Magazine à une sélection de femmes remarquables de l’époque, en leur demandant de lui communiquer quelles personnalités elles souhaiteraient retrouver dans Wonder Women of History.

marbleletter-620x800

Malgré son départ au bout de 16 numéros, la rubrique continua, décrivant la vie de près de 50 femmes plus ou moins connues telles que Clara Barton (fondatrice de la Croix-Rouge américaine), Florence Rena sabin (la première femme professeur à la John Hopkins University School of Medecine, et première femme élue à l’Académie nationale des sciences), Dorothea Lynde Dix, (militante qui a vigoureusement fait campagne et pression sur le Congrès des États-Unis afin de créer les premiers asiles mentaux), Lucretia Mott (féministe et abolitionniste), Emma Willard (éducatrice connue en tant qu’activiste pour les droits des femmes), Susan B. Anthony (militante américaine des droits civiques, qui joua notamment un rôle central dans la lutte pour le suffrage des femmes aux États-Unis), Carrie Chapman Catt (professeur et suffragette, elle est passée à la postérité pour son combat en faveur du droit de vote des femmes), Sojourner Truth (sobriquet donné à partir de 1843 à une abolitionniste noire américaine, née de parents esclaves dans la ville d’Hurley, dans l’État de New York), Julia Ward Howe (abolitionniste, activiste, et poétesse américaine, rendue célèbre par son texte The Battle Hymn of the Republic), Lillian D.Wald (infirmière, éducatrice et co-fondatrice de l’association nationale pour la promotion des gens de couleur, une organisation de défense des droits civiques).

Mais les militantes pour le droit des femmes et des minorités n’étaient pas les seules à mériter leur place dans Wonder Women of History, des aviatrices, astronomes, écrivains, prix Nobel, journalistes, avocates, First Ladies, chanteuses, sculptrice, tireuse d’élite et bien d’autres y ont également figuré.
A travers ces récits héroïques, chaque personnalité était dépeinte en train d’influencer et de changer le monde, de la même manière que Wonder Woman, et ainsi servir de modèle à des générations de lectrices en prouvant que l’on a pas besoin de super pouvoirs pour incarner une femme forte.

Malheureusement petit à petit, le rythme de publication de cette rubrique va se trouver de plus en plus sporadique, pour finir avec Wonder Woman #66 au bénéfice d’articles centrés sur des préoccupations beaucoup actuelles telles que la mode ou la vie maritale, offrant de véritables textes de propagande prônant la vie de famille, l’une des rubriques phare s’intitulant Marriage a la Mode (en français dans le texte) qui apparaît dans Wonder Woman #69 en octobre 1954 (une année qui n’est pas inconnue pour ceux qui s’intéressent à l’histoire des comics).

Il reste néanmoins ces nombreuses biographies de femmes merveilleuses qui font bel et bien partie de l’histoire de Wonder Woman, et qui ont peut-être inspiré et donné vocation aux lectrices de l’époque, un idéal que Marston a toujours souhaité en créant ce personnage.

4 Commentaires

Classé dans Once upon a day

4 réponses à “Wonder Women of History

  1. Marti

    Très intéressante cette ancienne rubrique qui tranche avec la situation de la femme dans les comics l’époque, telle cette pauvre Wonder Woman cantonnée au rôle de secrétaire dans la JSA. Tout ceci a-t-il déjà eu droit à un reprint en librairie ? Après le départ de Marston, y a-t-il eu un changement comparable au remplacement de Wonder Women of History par « Marriage (sic) a (re-sic…) la mode » ?

  2. Wonder Woman: The Complete Newspaper Comics est sorti courant octobre et réuni comme son nom l’indique les aventures de Wondie publiées dans les journaux de 1943 à 1944. C’est IDW qui a sorti ça et ça coûte environ 50€.
    The Wonder Woman Chronicles retrace les numéros de l’époque Marston et Peter :
    http://www.amazon.fr/The-Wonder-Woman-Chronicles-Vol/dp/1401226442/ref=pd_sim_sbs_eb_2?ie=UTF8&refRID=1291MKJ3RY6HEY5ZXBRV
    Tu as aussi Wonder Woman: The Amazon Princess Archives qui réunit les numéros écrits par Kanigher et dessinés par Ross Andrew et Mike Esposito
    http://www.amazon.fr/Wonder-Woman-Amazon-Princess-Archives/dp/1401238653/ref=pd_sim_eb_5?ie=UTF8&refRID=0RQ3AZEJ7C1G91XXBBMQ

    Oui il y a eu un changement très important dans la série après la mort de Marston, qui correspond bien avec la situation des femmes dans les années 50 aux EU. Robert Kanigher a même osé changer les origines de l’Amazone en 59, et introduire les bleuettes improbables qui n’intéressait personne.
    Je ne sais pas si tu vas assister à la conférence à la PCE mais je vais développer tout ça à cette occasion, puis sur le blog dans une version écrite comme je l’ai fait l’année dernière🙂

    • Marti

      Malheureusement je ne pourrais pas aller à la PCE, mais j’espère assister à une de tes conférences un jour ! Bonne chance, j’ia hâte de lire la retranscription !

  3. D’abord intrigué, j’ai été emballé par le contenu de cet article!!
    Chapeau pour ce joli travail d’investigation, Katchoo.
    Bravo!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s