Les jeudis de l’angoisse (des comics) #4


10756581_817892861567148_1773211293_o

Bienvenue à Hoxford

1

Dans les comics d’horreur, la plupart des créatures emblématiques ont souvent déjà les honneurs d’albums ou de séries qui leurs sont consacrées, certains sont même devenues des figures redondantes : Dracula est un ennemi récurrent chez Marvel Comics et le monstre de Frankenstein un allié des super-héros de DC Comics. Mais il en est un qui a un peu de mal à s’imposer, le loup-garou.

Même si au cinéma son succès ne faibli pas (Underworld, Twilight ou encore Wolfman pour ne citer que des exemples récents) en ce qui concerne les comics, c’est une autre paire de manche : Soit rencardé en personnage secondaire comme Jack Russel (je ne m’y ferais jamais à ce nom…) le loup-garou attitré et historique de Marvel Comics, la série Wolfman de Robert Kirkman ou dans des séries sujettes à discussion comme Ferals chez Avatar Press, série qui peut se résumer par des loups-garous, du gore et du cul (moi j’aime bien !), les lycanthropes ont rarement droit aux honneurs des couvertures et il m’a fallu chercher très intensément dans mes souvenirs de lecture pour trouver une histoire de loups-garous digne de ce nom à vous présenter, mais je suis un gars plein de ressources et il m’est revenu en tête cette excellente BD sortie il y a quelques années dans l’indifférence quasi-générale : Bienvenue à Hoxford.

Wolves gleam in human eyes
Stealing tears from divine
Break of hope, break of necks, hand on leash
Can’t go wrong, lickanthrope !

Moonspell – Lycanthrope (Extrait de l’album Alpha Noir, 2012)

2

Dès la préface, le scénariste et dessinateur Ben Templesmith annonce la couleur : Il n’aime pas les loups-garous ! Il a donc dû redoubler de créativité pour écrire une histoire originale pouvant le satisfaire lui mais aussi les lecteurs et force est de constater que malgré son aversion première, il a quand même réussi le bougre  !

3Tout commence lorsque des prisonniers difficilement gérables dans des prisons « normales » sont transférés à Hoxford, une sorte d’asile/prison privée, tenue et gérée par une énigmatique entreprise russe. Une jeune psychiatre vient alors rendre visite à Raymond Delgado, un de ses patients dont elle s’est prise d’affection et récemment transféré dans cet établissement à l’atmosphère méphitique. Malgré l’affection que la jeune psychiatre a pour lui, Raymond Delgado n’est pas un rigolo : Enfant battu, adolescent à problème, ancien militaire traumatisé condamné pour acte de barbarie, malgré un calme est une retenue apparente, l’homme est à fleur de peau et son transfert dans ce lieu ne vas pas arranger son état.
Durant un violent orage, Hoxford se voit privé d’électricité, la jeune femme se retrouve alors piégée avec les autres détenus, tous libres et tous mystérieusement atteints de lycanthropie. Elle ne devra son unique salut qu’à son patient, qui dans une quête rédemptrice désespérée va tout faire pour l’aider à sortir vivante de l’enfer qu’est devenu Hoxford.

Autant être franc, ce qui fait de Bienvenue à Hoxford un livre si intéressant c’est son aspect visuel, et on a là du grand Ben Templesmith et si vous êtes allergiques à son style, autant cesser immédiatement la lecture de cette critique…

Bon, et bien pour ceux qui sont encore là, je vais continuer.

4Visuellement, c’est donc du Templesmith pur jus, le style surréaliste et sombre de l’artiste faisant merveille pour cette histoire : Il ressort de chaque planche une ambiance vraiment malsaine, chaude et suffocante donnant au récit une atmosphère glauque et sombre presque viscérale. Ben Templesmith décrit et montre de plus ses loups-garous comme des êtres bestiaux, sanguinaires et sauvages, impression renforcée par leur aspect, volontairement exagéré et limite grotesque.
Autant dans l’histoire que dans son côté visuel, on a donc ici une bande dessinée volontairement exagérée et basique, viscérale et c’est ce qui en fait sa force.
Bienvenue à Hoxford est une histoire à l’image des créatures qu’elle décrit : Sauvage et ne faisant pas dans la dentelle, le fond est donc parfaitement en accord avec la forme.

5Les bandes dessinées de loups-garous sont rares et Bienvenue à Hoxford est une de ces raretés qui méritent de ce fait une attention toute particulière : Déjà car elle prend comme thème des créatures peu représentées et mises en avant dans les comics et d’autre part car elle le fait de manière originale et inhabituelle. Rajouté à cela le génie visuel de Ben Templesmith et cela donne un livre exceptionnel, sortant des sentiers battus proposant une véritable expérience de lecture : Cette petite visite à Hoxford ne vous laissera pas indemne mais de toute évidence, c’est une expérience qui vaut le coup d’être vécue  !

Bienvenue à Hoxford de Ben Templesmith, publié chez Delcourt le 24 août 2011 dans la collection Contrebande.

En bonus, un fan film d’une qualité extraordinaire reproduisant à merveille l’ambiance de l’œuvre originale (et c’est en français les amis !) :

6

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s