Gotham Girls : la review de Julien Lordinator


Rapide Review : Gotham Girls

1

La série animée Batman de Paul Dini et Bruce Timm, tout le monde la connait, à tel point que même s’il y en a eu d’autres depuis, on sait tout de suite que lorsque l’on parle de LA série animée Batman, c’est souvent de celle-ci qu’il est question. Elle a marqué les esprits de part sa qualité indéniable : Son style graphique reconnaissable entre tous, son écriture résolument plus mature pour l’époque et son aspect fondateur de ce que l’on appelle désormais le DC Animated Universe. Mais il y avait un point sur lequel (parmi d’autres) elle était résolument novatrice, c’était sa mise en avant des personnages féminins : De Batgirl à la désormais incontournable Harley Quinn en passant par Catwoman et Poison Ivy, les femmes de la série animée Batman étaient loin d’être des faire-valoir ou des personnages secondaires, elles étaient soit de véritables alliées ou de véritable menaces. C’est justement sur elles que revient cet album résolument bien titré Gotham Girls, « Les filles de Gotham », ce qui est plutôt bien puisque ce blog est consacré aux filles et aux comics.

4

Avec le succès de la série animée, il était donc inévitable que DC Comics surfe sur la vague et publie une version papier de la série animée. Ce sera chose faite dès octobre 1992 avec le magazine The Batman Adventures qui durera 36 numéros et sera publiée jusqu’en octobre 1995 suivie directement par Batman and Robin Adventures qui durera 25 numéros de novembre 1995 à décembre 1997. Les deux séries seront ponctuées par des numéros spéciaux et quelques mini-séries et c’est justement à ces appendices consacrés aux personnages féminins que ce Gotham Girls s’intéresse.

Gotham Girls contient donc un one-shot et deux mini-séries, mettant en vedette les figures féminines récurrentes de la série animée Batman, à savoir Batgirl, Harley Quinn, Poison Ivy, Catwoman et Renee Montoya.

3La première histoire est donc le one-shot Batgirl Adventures originellement publié en février 1998. Au scénario on retrouve l’indéboulonnable Paul Dini et aux dessins Rick Burchett.
L’histoire commence alors que Harley Quinn s’introduit sur le toit du commissariat de Gotham en pleine fête de noël. Batman et son acolyte étant « occupés », c’est Batgirl qui se charge de l’arrêter. Il s’agit en fait d’un façon pour Harley Quinn d’attirer l’attention d’un des justiciers de Gotham : Poison Ivy a été enlevée, elle a besoin d’aide pour la délivrer et c’est sur Batgirl que ça tombe…

En terme de scénario, on a là un des schémas typiques de la série animée, à savoir une course poursuite dans Gotham suivie de plusieurs scènes de bagarres et d’un twist final, ça reste certes classique mais toujours aussi efficace. L’aspect le plus marquant, c’est que Paul Dini se permet plus de libertés avec la caractérisation de ses personnages, notamment sur l’ambiguïté de la relation entre Harley Quinn et Poison Ivy.
Visuellement, Rick Burchett copie à la perfection et avec efficacité le style de Bruce Timm : On est donc en terrain connu, pas de surprises de ce côté-là.

Batgirl Adventures est donc une histoire drôle et rythmée, qui se lit vite et en profite au passage pour développer les relations entres Harley Quinn et Poison Ivy voir Batgirl et Supergirl au travers d’une private joke bien sentie.

5La seconde partie est une mini-série en 5 épisodes nommée… Gotham Girls ! Publiée en parallèle de la web série du même nom d’octobre 2002 à février 2003, elle met en vedette les 5 femmes fortes de la série animée Batman que j’ai cité plus haut.
Tout commence par Catwoman, la voleuse ayant était missionnée pour voler un engrais expérimental, ce qui n’est pas du goût de Batgirl qui va tenter de l’arrêter, Batman et Robin étant une fois de plus « occupés » ailleurs (décidément…). Qui dit engrais dit Poison Ivy et qui dit Ivy dit Harley Quinn et c’est bientôt à une course poursuite à 4 sur les toits et dans les rues de Gotham que vont se livrer les femmes masquées. Pendant ce temps, Renee Montoya mène l’enquête de façon plus classique, mais sa route va forcément croiser celle des autres furies embringuées dans cette histoire.
Gotham Girls est à l’image de la web série dont elle est tirée, à savoir une histoire qui va à cent à l’heure, dynamique et drôle mais qui n’étant pas limitée par son format de deux minutes (la durée de la plupart des épisodes de Gotham Girls) se permet donc de plus développer son intrigue et ses personnages, une manière de faire durer le plaisir en quelque sorte.
Au scénario on a un autre Paul, à savoir Paul Storrie et aux dessins Jennifer Graves qui une fois de plus copie le style de Bruce Timm mais en y apportant une petite touche personnelle, notamment des visages plus détaillés et un trait un peu plus rond. Cerise sur le gâteau, les reproductions des couvertures originales de Shane Glines et Rian Hughes entre chaque épisode, toutes plus belles les unes que les autres.

8

Malgré ses 5 épisodes, Gotham Girls se lit très vite et d’une traite, l’action y est quasiment ininterrompue et le charme et l’humour des héroïnes est particulièrement rafraîchissant, du tout bon qui même si le récit ne réinvente pas la roue, se lit avec plaisir.

7

Enfin, l’album se conclu par une autre mini-série, consacrée cette fois-ci exclusivement à Harley Quinn et Poison Ivy. Nommée Batman : Harley and Ivy et signée par le tandem original de la série animée, à savoir Paul Dini au scénario et Bruce Timm aux dessins, cette mini-série en 3 numéros fut publiée entre juin et août 2004.
Encore une fois on revient au schéma scénaristique cher à Bruce Timm avec pour commencer un vol : Poison Ivy a entendu parler d’une plante zombie et veut la voler pour en synthétiser la formule et se l’approprier. Accompagnée par Harley Quinn, elle tente de la voler mais après une course poursuite sur les toits de Gotham, la maladresse d’Harley Quinn fini par faire échouer le vol et pousser les deux femmes dans les bras de Batman qui les envoie directement à Arkham… Furieuse après Harley, Poison Ivy réussi malgré tout à s’évader de ce gruyère qu’est Arkham (je ne sais pas si un jour cette institution va réussir, quelque-soit la série, à maintenir plus de 2 ou 3 épisodes un criminel dans ces murs…) et Harley profite du chaos pour la suivre. Les deux femmes font alors route vers l’Amérique du Sud, sur la piste de la fameuse plante zombie.

6Des trois histoires proposées dans ce recueil, c’est sans conteste celle que j’ai préféré : L’atout majeur c’est sans conteste Bruce Timm, au top de sa forme, qui signe des planches splendides sur lesquels son style fait de véritables miracles : On est immédiatement de retour dans l’ambiance de la série animée, voir mieux, son style ayant évolué depuis 1992. Au niveau de l’histoire, Paul Dini se permet plus de choses que dans la série animée, notamment sur la relation ambiguë liant Harley et Ivy, multipliant les élans d’affection de l’une vers l’autre, des scènes plutôt « chaudes » avec notamment un recours régulier aux scènes de douches et en les faisant apparaître en petite tenue (1).

Très drôle, gentiment sexy, burlesque et dynamique, Harley et Ivy est un récit maîtrisé de bout en bout, prouvant la maîtrise qu’ont encore les deux créateurs originels sur l’univers qu’ils ont créés 12 ans plus tôt, un must read, tout simplement.

Gotham Girls est donc un très bon moyen pour retrouver avec plaisir l’univers de la série animée Batman. En lisant ce recueil, je me suis même rendu compte que malgré son âge (23 ans déjà !), cet univers n’a pas pris une ride et reste une véritable référence, aussi bien en terme de scénario que d’aspect graphique. Donc si comme moi vous voulez retrouver cette ambiance et cet univers (ou même le faire découvrir) de façon originale et différente, comprenez sans forcément y voir Batman en permanence, Gotham Girls est fait pour vous.

Gotham Girls, disponible depuis le 13 mars 2015 chez Urban Comics dans la collection Urban Kids.

(1) D’ailleurs si le côté sexy du style de Bruce Timm vous intéresse, je ne saurais que trop vous conseiller son artbook The Good Girl Art of Bruce Timm, absolument sublime.

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s