Aphrodite IX par Julien Lordinator


1

Depuis quelques années, Top Cow s’est fait une spécialité sous l’égide principalement de Ron Marz d’exhumer certains personnages ou séries tombées dans l’oubli et de les remettre au goût du jour avec en général des résultats plutôt cools, notamment l’excellente redirection des séries Witchblade ou The Darkness et la récupération de personnages complètement disparus des radars comme Necromancer ou… Aphrodite IX.
Qui se souvient en effet de la magnifique cyborg tueuse aux cheveux verts du début des années 2000 ? Pas grand monde et à raison, tant cette série n’avait pas grand chose pour elle à part une partie graphique étincelante signée par un David Finch à l’époque au sommet de son art. Dans sa lancée de relaunchs massifs, c’est sans surprise que Top Cow donne donc une nouvelle chance à la bimbo mécanique. Mais était-ce bien nécessaire vu le matériel d’origine ? Là encore on peut-être très surpris par le résultat.

4

Aphrodite (ou AIX pour les fans de Top Cow) ce fut tout d’abord une mini-série typique de la fin des années 90/début 2000 comme il en fleurissait pas mal sur les étals des comic-shops : Une nana à moitié à poil sur la couverture, des dessins à décoller la rétine et un scénario signé David Whol qui tenait sur la face B d’un confetti.
Grosso modo, ça racontait l’histoire d’une tueuse robot ou cyborg (le récit était assez vague sur le sujet) à qui on effaçait la mémoire après chaque contrat. L’histoire était surtout un prétexte pour étaler le talent d’un artiste phare de Top Cow à l’époque, David Finch qui sortait tout juste de son creator-owned, Ascension.
Car c’était bien là le principal attrait de cette première version de AIX : Les dessins de Finch, qui s’était amusé pour l’occasion à copier et pomper le style de deux maîtres italiens, à savoir Manara et Serpieri, pour un résultat absolument somptueux. On retrouvait donc les formes généreuses des femmes et l’exigence du style bio mécanique de Serpieri dans Druuna ainsi que l’érotisme des filles de Manara, le tout avec l’obsession des détails de David Finch. Autant dire que visuellement, AIX était d’une beauté à couper le souffle et c’était bien là son seul attrait, l’histoire étant surtout un prétexte pour montrer de l’érotisme soft et des gunfights.

6La série fut malheureusement une véritable arlésienne : Teasée en avril 2000 avec un numéro 0, le numéro 1 ne sortira qu’en septembre de la même année et elle ne trouvera sa conclusion qu’en janvier 2002, David Finch laissant d’ailleurs sa place à Clarence Lansang, beaucoup moins inspiré que son prédécesseur, pour le dernier numéro… 4 numéros en quasiment deux ans (1), on a déjà vu plus régulier, même pour David Finch. Cette série fut également un prétexte à multiplier les couvertures alternatives et à rendre fou les collectionneurs (2), mais c’est une autre histoire.
Visiblement, revoir la jolie cyborg semblait plus qu’improbable, mais elle refit surface quelques années plus tard, d’une façon assez étonnante.

C’est en effet sous la houlette de Ron Marz qu’une ancienne version d’Aphrodite réapparaît dans les pages de Witchblade en 2008. Appelé Aphrodite IV, l’apparition de cette ancienne version de la tueuse robotique remet le personnage au goût du jour et sa numérotation ouvre de nouvelles possibilités, car sil il y a une Aphrodite IX, il y en a probablement eu 8 autres avant elle. Marz va alors inclure la version IV dans sa restructuration de l’univers Top Cow et en faire l’un des piliers de ces 13 artefacts.
Le personnage regagne de l’intérêt et apparaît donc dans les séries Witchblade, Artifacts mais aussi dans Cyberforce (sous sa version Aphrodite V), série également relancée.

13 artifacts

La voie est donc toute tracée pour une mini-série solo, et c’est ce qui arrive en 2013 dans une nouvelle mini-série nommée tout simplement… Aphrodite IX.
Scénarisé par Matt Hawkins et dessinée par l’infatigable Stjepan Sejic, alias le mec qui dessine tout le temps et trouve encore le temps de dessiner encore plus et que personne ne sait comment il fait (personnellement, je pense qu’il n’est pas humain…), la série reprend là où le précédent récit (celui de Whol et Finch) s’arrêtait : AIX se réveille de nouveau d’un long sommeil et se retrouve dans un monde futuriste à mi-chemin entre heroïc-fantasy et science-fiction dans lequel plusieurs peuples se font la guerre, principalement deux, celui des pro technologie contre celui des pro magie. Le réveil de AIX ne tarde pas à se faire savoir et elle va malgré elle servir de pion dans cette guerre. Commence alors pour la belle une longue et pénible aventure entre trahison, manipulation mentale, meurtres et combats à dos de dragons.

12Là où la précédente mouture de AIX péchait par un scénario au ras des pâquerettes, Matt Hawkins va bâtir autour de cette nouvelle version de l’héroïne un monde gigantesque, complexe et cohérent. La complexité de cet univers est ce qui m’a un peu rebuté au début de la lecture et je dois avouer avoir un peu galéré à la première lecture pour en saisir toutes les subtilités, mais une fois qu’on est « dedans » on découvre un monde fantastique et fouillé, propice à de nombreuses intrigues annexes et à un univers étendu, comme le prouvera la série IX Generation, qui fera suite à la mini-série consacrée à AIX, qui en est la suite directe et qui est aussi très bien, mais bon, c’est une autre histoire, que je vous exposerai sûrement très prochainement car, oui, j’ai aussi lu IX Generation.

Pour ce qui est de la partie graphique, Stjepan Sejic excelle une fois de plus, le style de l’artiste croate étant indiscutablement une claque visuelle à chaque page. De plus, il y a eu à mon avis une entente entre Matt Hawkins et Stjepan Sejic puisque dans AIX, on retrouve tout ce que le dessinateur adore dessiner, à savoir des jolies filles, des personnages en armures travaillées, des dragons et de la technologie complexe et on ne s’en plaindra pas car AIX, c’est avant tout un florilège de pages toutes plus impressionnantes les unes que les autres, on est littéralement subjugué par cette avalanche de textures et de couleurs. J’avoue bien volontiers ne pas être un grand amateur du dessin en tout numérique, mais là on ne peut que s’incliner devant une telle maîtrise. Sejic est un artiste génial, qu’on se le dise  !

Les 13 numéros de AIX nouvelle génération est constitué de deux story arcs : Dans le premier (compilé dans le trade paperback Aphrodite IX Rebirth), Aphrodite se réveille dans ce nouveau monde et en découvre un peu tous les aspects, notamment les guerres de factions qui y font rage et doit tant que bien que mal gérer une amnésie partielle et de mystérieuses absences durant lesquelles il se passe souvent des choses bizarres.
Dans le second arc (compilé dans le second trade paperback), Aphrodite va en découvrir un peu plus sur elle et son passé comme par exemple que son surnom de déesse grecque de l’amour ne soit probablement pas dû au hasard et qu’elle fait peut-être partie de quelque chose de beaucoup plus grand et surtout, qu’elle n’est pas seule dans ce cas.

Graphiquement il y a aussi un changement entre les deux story arcs : Dans le premier, Sejic utilise son style historique, celui qui a fait sa renommée sur Witchblade, usant de nombreuses textures et effets digitaux pour embellir son dessin.
Dans le second, il délaisse tout cet aspect esthétique synthétique pour se concentrer sur un dessin plus basique. Moins impressionnant, son trait n’en reste pas moins très agréable et maîtrisé.

13

Comme ce fut le cas en son temps pour Witchblade, ce relaunch de Aphrodite IX est une grande réussite : Avec son scénario fouillé, complexe et ouvert ainsi que ses dessins remarquables, Matt Hawkins et Stjepan Sejic ont su faire d’un comic à la base purement opportuniste quelque chose de franchement et étonnement intéressant et passionnant. Si tous leur relaunchs sont de cette qualité, on ne reprochera pas Top Cow de vouloir faire aussi souvent du neuf avec du vieux, on les encouragerait même à en faire plus  !

8

Aphrodite IX Rebirth, de Matt hawkins et Stjepan Sejic, deux volumes disponibles aux USA uniquement, chez Top Cow depuis juillet 2014 (3)

1. En France nous avons eu plus de chance puisque Semic publiera l’intégralité de la série en kiosque durant l’année 2002 dans une revue trimestrielle.

2. Là encore on a eu de la chance en France puisque la plupart de ces couvertures furent compilée dans les revues publiées par Semic.

3. Notez qu’il existe un album nommé Aphrodite IX The Complete Series sorti en mai 2015 qui compile en 530 pages l’intégrale des deux séries AIX, celle de Whol et Finch ainsi que celle de Hawkins et Sejic.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s