The Wonder Year


2016 sera l’année Wonder Woman ou ne sera pas.

La présence de l’Amazone (dont on ne sait toujours pas quelle sera exactement son importance ni son impact) dans le film Batman V Superman : Dawn of Justice fait bouger les choses outre atlantique mais aussi chez nous, à commencer par un plan marketing bien avisé à destination des jeunes filles avec le programme DC Super Hero Girls (j’en ai déjà fait allusion, et j’en reparlerai encore bientôt) et sa collection de figurines/livres jeunesses/Lego à son effigie parmi d’autres héroïnes, outre les visuels partagés sur les réseaux sociaux et faisant référence au film lui-même, où l’on a pu se rendre compte de manière assez intéressante du design du costume, avec des détails qui donnent pour le moment assez confiance, il faut le reconnaître.

Tous les fans de Wonder Woman savent que tomber amoureux de cette héroïne c’est avant tout faire face, à son image et depuis sa création, à d’innombrables menaces tout aussi dangereuses et impitoyables qu’Ares, Cheetah ou Circé, on citera actuellement les noms de Dan Didio et du couple Finch pour en faire echo de manière strictement éditoriale, mais également via des histoires beaucoup plus sordides d’harcèlement au sein même de l’équipe des ressources humaines de DC, comme l’explique Alex de Campi, version soutenue par l’éditrice Janelle Asselin.
Fort heureusement comme chacun le sait, Wondie fini toujours par s’en sortir et s’en relever d’autant plus majestueuse, puissante, et immaculée.

Ainsi, suite à la fin honteuse de la série numérique Sensation Comics Featuring Wonder Woman prévue pour décembre et qui s’apparentait le plus à l’Esprit de notre héroïne (Le dernier numéro est une histoire écrite par Trina Robbins, ironiquement un bien triste hommage, quand on sait qu’elle aura attendu cinq ans avant que son histoire soit enfin publiée), on ne pouvait que s’attendre au pire pour ces prochains mois, entre une exploitation bidon sur la série actuelle, et une version cinématographique encore trop floue pour ne pas faire allusion à son incarnation de chair et (surtout) d’os de la comédienne préposée au rôle.

Alors oui, je ne vous le cache pas, le contexte est assez morose quand on y pense, et pourtant l’esprit combatif de l’amazone qui sommeille en moi ne peut que voir de l’avant et profiler de beaux moments pour l’année à venir, à commencer par une mini-série de 9 numéros en Digital First (comme l’actuel DC Comics Bombshells) intitulée Wonder Woman ! The Legend of Wonder Woman, orchestrée par un couple qui, contrairement à un autre, correspond parfaitement à la tâche qui lui est incombée : je veux parler de Renae De Liz, et Ray Dillon, dont on attend encore avec fébrilité leur version de Peter Pan.
Ce projet prévu pour le mois de janvier va vraisemblablement explorer la jeunesse de Diana, sujet abordé bien sûr de nombreuses fois, tant dans les comics classiques que dans ses supports beaucoup plus modernes, comme l’explique ce résumé traduit par les bons soins de l’équipe de DC Planet :

Au commencement, il n’y avait que le chaos. Mais la Reine des Amazones Hippolyta, aperçoit un meilleur futur – et sa fille devrait au final amener ce nouveau monde à la vie. Mais avant d’accomplir sa destinée, Diana de Themyscira doit apprendre les leçons importantes données par une enfance d’Amazonienne !

Legend-of-Wonder-Woman

Personnellement j’ai toujours rêvé un jour voir Renae De Liz œuvrer sur une série consacrée à Wonder Woman. J’espère de tout cœur que cette version de l’Amazone ne soit pas sa dernière.

2016 marquera également la publication du Wonder Woman : Earth One de Grant Morrison et Yannick Paquette prévu pour le mois d’avril et dont je vous ai largement fait l’écho, il ne manquait plus qu’Urban Comics, qui après 4 ans d’existence « ose », que dis-je, ait le vibrant courage de consacrer (après des rééditions de séries publiées au préalable par Panini qui pouvaient largement attendre) enfin une anthologie dédiée à notre héroïne, après Batman, Superman, Jack Kirby, Flash, le Joker, les Super-Vilains, et les Super-Gentils…
Je n’ose pas imaginer le laps de temps qui aurait pu encore s’écouler sans que l’on s’intéresse vraiment à elle si une série de films n’était pas en projet la concernant…

Voici donc ce qu’Urban Comics propose pour son anthologie consacrée à Wonder Woman, prévue pour le 11 mars 2016 :
Wonder Woman #1, Wonder Woman #7, Wonder Woman #28, Wonder Woman #99, Wonder Woman #107, Wonder Woman #179, Wonder Woman #204, Wonder Woman #288, Wonder Woman V2 #1, Wonder Woman V2 #93 (avec Artemis en WW et Mike Deaodato dans toute sa splendeur), Wonder Woman v2 #113, Wonder Woman v2 #142, Wonder Woman v2 #177, Wonder Woman v2 #195, Justice League: New Frontier Special, Wonder Woman v5 #0 (sans doute le meilleur numéro d’Azzarello et Chiang), Sensation Comics Featuring Wonder Woman #1 (écrit par Gail Simone), Sensation Comics Featuring Wonder Woman #7 (un autre excellent épisode, celui-ci illustré par Marguerite sauvage).
Un panorama qui se veut être bien exhaustif concernant l’héroïne, et qui l’est, soyons encore une fois bien honnête. Mais sacrebleu, ne nous contentons pas par pitié que de ça. Il existe tellement d’arcs magistraux écrits par les plus grands, et tout autant de one-shots inscrits d’une pierre blanche dans l’histoire des comics en ce qui la concerne.

En bref, existera t’il un moment où nous ne serons plus obligées de chouiner afin d’obtenir une série mettant en avant une héroïne de premier ordre au même titre que ses comparses masculins ?

Poster un commentaire

Classé dans Goddess of the day

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s