InSEXts #1 : la review de Julien Lordinator


fnsgkou-insexts15

C’est par le biais du blog sur lequel vous êtes en train de lire cette modeste critique que j’ai entendu parler de ce comics. Car oui, j’ai beau officier ici en tant que grouillot, je lis scrupuleusement et avec célérité tout ce que ma patronne y publie avec brio (en fait elle m’y oblige…). InSEXts c’est donc une histoire d’un couple lesbien et d’insectes mutants, le tout dans le Londres de l’ancien temps. Le pitch est alléchant, mais le comics l’est-il tout autant  ? Je m’en vais répondre à ces questionnements prestement  !

InSEXts, c’est donc le récit de Lady Bertram et de Mariah, sa dame de compagnie. Pas vraiment heureuse en ménage, la dame de la haute se jette à corps perdu dans le libertinage dans une ode à Lesbos (notamment sur une splendide double page présentant les ébats des deux amantes), Lady Bertram en compagnie de ladite servante, faisant jouer leurs corps dans un ballet passionné. L’amour toujours et c’est par un échange aussi peu ragoutant que déroutant d’un œuf gluant entre les deux amantes, que se profile un futur enfant. Encombré par un mari pas vraiment aimant, c’est lui qui est choisi par les deux harpies pour être le père de l’enfant. Un homme enceint, que voilà une idée saugrenue mais ma fois plutôt bienvenue.

Mais n’était il pas également question de mutations ? C’est au moyen d’un mystérieux stratagème, que le visage blême, le mari impuissant se retrouve victime d’un enfantement aussi violent que sanglant. Faisant d’une pierre deux coups, se débarrasser du fiancé et gagner leur liberté, les deux femmes nouvellement mamans d’un enfant mutant commence leur épopée qui j’en suis sûr ne manquera pas de nous étonner !

qgscfts-insexts16

Hormis son histoire bigarrée, InSEXts n’est point dénué d’autres qualités, la première est sa plastique, aussi bien esthétique que somme toute assez classique. Cependant, il est bien là l’attrait de cette bande dessinée, l’art qui y est exprimé, au moyen de ces lignes léchées et parfaitement maîtrisées. Les comics sont un média américain et qui dit américain dit souvent puritain, hors ici il n’en est rien, point de suggestions ou de connotations, c’est sans détour que ces dames nous dévoilent leurs plus beaux atours. La violence n’est pas en reste, sans toutefois en devenir indigeste. Il en est de même pour les environnements d’époque, tout aussi simple et reluisant sans que cela ne choque.
Visuellement c’est donc un carton plein auquel j’applaudis des deux mains.

Les deux héroïnes sont attachantes tout en étant ma foi méchantes, il est rare de voir des femmes sans foi ni loi dans une bande dessinée de surcroît de cette qualité. Libérées ou simplement dégénérées, je ne peux pour le moment les définir sans les desservir, cette courte introduction qu’est ce numéro, ne faisant qu’effleurer leur position, non sans un certain brio.

Une expérience différente sans être toutefois gênante, c’est que propose InSEXts : Loin des lieux communs et des préceptes des comics classiques, c’est un œuvre originale qui dans un premier temps vous laissera surpris par la morale de ce couple maudit. Personnellement, je fus enthousiaste, étant de nature peu chaste, durant la lecture de cette avalanche de violence et de luxure, charmé que j’étais tout autant par son visuel étonnant, ces héroïnes fatales, que leur comportement immoral et contraire au vent créatif des œuvres de même genre, souvent plus simpliste.
Des femmes méchantes et libres, c’est assez rare pour le dire surtout dans ce marché qu’est la bande dessinée venus de cette lointaine contrée.

htm2blu-insexts18

InSEXts de Marguerite Bennett et Ariela Kristantina, numéro 1 disponible aux Etats Unis chez l’éditeur Aftershock depuis le 9 décembre 2015

 

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s