Créatures célestes


Insexts 002

Intrigantes, envoûtantes, charnelles et vengeresses, les héroïnes d’InSEXts la prometteuse série du nouvel éditeur Aftershock Comics, avaient su séduire l’imperturbable Julien, qui pour honorer leurs premiers battements d’ailes le mois dernier, nous avait offert une review tout en style et lyrisme.

Ce premier numéro fut également pour moi un véritable enchantement, liant avec parcimonie, une certaine audace, et surtout une grande élégance des préceptes me rappelant avec délectation mon affect pour le cinéma de Jean Rollin des années 70 ainsi que le court-métrage Sick Girl de Lucky McKee diffusé dans la série Les Maîtres de l’horreur il y a une dizaine d’années.
Érotisme, fantastique et romantisme d’une autre époque, InSEXts avait décidément tout pour me plaire, et ce premier opus aurait d’ailleurs très bien pu se clore sans que l’on en exige une suite, tout en rejoignant pourquoi pas un recueil de récits publiés du style Eerie ou Creepy. Il n’en est rien, InSEXts est une série à part entière et ce second volet nous montre très bien qu’elle est prête à nous réserver de nombreuses surprises et nous emmener très loin (du moins, on l’espère).

Le mari de Lady Bertram ayant « disparu » depuis six mois, celle-ci file désormais le parfait amour avec Mariah (et leur fils engendré de manière assez particulière dans le numéro précédent, c’est vrai que c’est plutôt efficace, je n’y avais pas pensé à l’époque…), avec le soutien et la discrétion de ses domestiques, tout en essayant de se défaire de quelques prétendants hypnotisés par sa beauté et son aura surnaturelles, tels des insectes attirés par la lumière.
L’aristocrate a du reste encore du mal à contrôler ses pouvoirs légués par sa compagne, et laisse parfois exprimer sa bestialité non sans violence et monstruosité. Mais Mariah n’est jamais très loin, protégeant son amante telle une chrysalide dans son état transitoire.

Insexts 002 Head

C’est pourtant une menace bien plus insidieuse que les deux femmes vont devoir faire face, alors qu’arrivent en ville le frère du défunt mari et son épouse, pleinement déterminés à récupérer l’immense fortune laissée aux mains des deux lady, sans oublier l’intrusion d’une créature bien connue du folklore et de la littérature fantastique dont on ignore encore tout. Dans cette série, le Mal a donc de nombreux visages, qu’il soit incarné par nos deux héroïnes, le milieu dans lequel elles évoluent, ou les périls qu’elles vont devoir affronter.

Ce second volet d’InSEXts réussit donc encore à nous séduire sans aucun problème grâce à une atmosphère à la fois sensuelle, violente et vaporeuse. Ariela Kristantina (qui laisse exprimer tout ton talent sur ses couvertures extraordinaires) et Marguerite Bennett (que l’on sent totalement libre et sans compromis dans son approche de la sensualité et de l’horreur), nous offrent ici une très belle série qui démarre de manière totalement jouissive, pour peu qu’on aime ce mélange des genres, digne de la série Penny Dreadful.

Insexts 002-1

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day, Mood of the day

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s