Les Jeudis de l’Angoisse (des comics) # 19


10756581_817892861567148_1773211293_o

Nancy In Hell

1

Les voyages en Enfer, c’est depuis longtemps un genre d’histoire commune à tous les médias : En commençant par la littérature et le fameux voyage de Dante Aligihieri pour retrouver sa douce Béatrice prisonnière de Lucifer lui-même dans La Divine Comédie, même Alphonse Daudet y fait allusion dans sa nouvelle Le Curé de Cucugnan.
Dans le jeu vidéo on va aussi souvent en Enfer, notamment avec la série des Doom et son héros surarmé partant régler son compte à des hordes de démons à grands coups de fusil à pompe.
Le comics et sa cohorte de héros plus ou moins infernaux, le Spawn de Todd McFarlane en tête, ne font pas exception et le supposé lieu de résidence du Diable et de ses minions n’est en fait pas si inaccessible que ça tant de nombreux visiteurs l’ont déjà foulé et en sont revenus plus ou moins indemnes…
Néanmoins, l’Enfer, c’est vaste et après tout, en théorie, ça n’existe pas, donc libre à chacun ayant un minimum d’imagination de le concevoir comme il le souhaite et c’est une vision bien particulière que nous propose El Torres et Juan Jose Ryp dans Nancy in Hell, version rock and roll et trash du voyage en Enfer.

Encore une fois, cette rubrique va être pour moi l’occasion de parler d’un artiste que j’apprécie beaucoup, à savoir Juan Jose Ryp.

Juan Jose Ryp

Juan Jose Ryp, de son vrai nom Juan José Rodriguez Prieto, est donc un artiste autodidacte espagnol et est notamment un des artistes emblématiques du studio Avatar Press.
Son style est très influencé par des artistes européens et américains et est à mi-chemin entre ces deux styles. On retrouve chez Ryp des traits communs à Manara, Moebius et Geoff Darrow.
Il a travaillé sur beaucoup de séries horrifiques : Pour Avatar Press, il dessine notamment trois adaptations des écrits d’Alan Moore dans les anthologies Alan Moore’s Magic Words et Alan Moore’s Yuggoth Cultures and Other Growths et dessine également la mini série Another Suburban Romance, tout ça entre 2002 et 2003.
Les fans de comics le connaîtront surtout en 2006 et le fameux Frank Miller’s Robocop dans lequel il met en image le scénario original de Frank Miller tel qu’il l’avait écrit pour le film Robocop 2.
Il dessinera ensuite une mini-série consacrée au croque mitaine du cinéma d’horreur Freddy Krueger, puis réalisera son plus gros travail en collaborant avec Warren Ellis sur les séries Wolfskin, No Hero et Black Summer, toutes publiées en France chez Milady Graphics.

En ce qui concerne le mainstream, il illustrera Vengeance of The Moon Knight, un one shot pour la version Max du Punisher (Happy Ending) et la mini-série Wolverine : The Best There Is pour Marvel. Il a aussi illustré l’intégrale de la mini-série Clone, adaptée en film en 2009 avec Bruce Willis.
Autant être franc d’emblée, si je connais et admire énormément l’artiste espagnol, ce n’est pour aucune des séries que j’ai cité plus haut… Comme beaucoup d’artistes espagnols, Ryp a débuté dans… (roulement de tambour) la bande dessinée érotique et c’est par ce biais que j’ai eu l’occasion de découvrir son talent. Il débute ainsi en 1999 dans la péninsule ibérique chez Wet Comix et dessine une trilogie lesbienne : Jeux de Filles, Gladys & Monique et Ignominia, toutes trois publiées en France chez Tabou Éditions et très honnêtement, je vous les conseille, c’est très beau et franchement très émoustillant (1).

eroryp

Enfin bref, revenons à l’Enfer et à notre héroïne du mois.

For the lives that I fake, I’m going to hell!
For the vows that I break, I’m going to hell!
For the ways that I hurt, while I’m hiking up my skirt.
I am sitting on a throne while they’re buried in the dirt.
For the man that I hate, I’m going to hell!
Gettin’ heavy with the devil, you can hear the wedding bells.

The Pretty Reckless – Going To Hell (2014) (2)

2

Nancy in Hell, et bien c’est l’histoire d’une fille qui s’appelle Nancy et qui va en Enfer… Pas mal comme pitch de départ…
Heureusement, c’est un peu plus compliqué que ça quand même : Alors qu’elle allait à un weekend entre amis, Nancy, jeune cheerleader blonde et sexy, est torturée et tuée ainsi que tous ses amis par un maniaque. Arrivée en Enfer (car c’est bien connu, toutes les cheerleaders vont en Enfer), elle va découvrir un monde peuplé de chasseurs de prime, de démons sanguinaires et de succubes avides de luxure. Alors que pour moi se serait un paradis, armée d’une tronçonneuse, Nancy n’a alors qu’une seule idée : S’enfuir et retourner parmi les vivants afin de se venger de celui qui l’a fait passer de vie à trépas. Et pour sortir des Enfers, quoi de plus direct que de demander de l’aide au maître des lieux, à savoir Lucifer lui-même ? Lucifer qui est d’ailleurs très surprenant et aux antipodes de l’image qu’ont se fait de lui habituellement… La belle Nancy et le prince des ténèbres vont alors engager un road-trip à travers les Enfers et ça va saigner, mais du genre par hectolitres  !

3

Nancy In Hell, c’est donc un comic publié aux États-Unis par Image en 2011 et en France par Graph Zeppelin en 2015.

Aux dessins on a donc l’excellent Juan Jose Ryp et au scénario El Torres, dont j’ai déjà parlé dans mon précédent Jeudi consacré à Aokighara, La Foret des Suicidés.

9Nancy in Hell est avant-tout une bande dessinée décomplexée, gore et sexy : Point ici de réflexion poussée sur le pourquoi de cette virée en Enfer et sa symbolique, Nancy y est et veux en sortir, rien de plus et si pour cela il faut taillader du démon à la tronçonneuse et copiner avec Lucifer, soit.
Ce comic, c’est donc un furieux défouloir qui s’amuse à distiller le gore et les plans sexy dans un joyeux foutoir décérébré. Les références y sont nombreuses, notamment au cinéma gore (Braindead et Evil Dead en tête) et à la culture «  infernale  » (Lovecraft, Barker etc.).

Visuellement, on a du pur Juan Jose Ryp, à savoir des planches hyper détaillées, fourmillant de détails et visuellement très impressionnantes… Tout du moins pour les deux premiers épisodes car les deux derniers épisodes des quatre qui composent cette mini-série sont dessinées par Antonio Vasquez en collaboration avec le studio Malaka. Si au début, Vasquez tente d’imiter du mieux qu’il peux le style de Ryp, on sent au fur et à mesure des deux épisodes une lassitude de sa part, si bien que sur la fin, il dessine quasiment l’épisode entier dans son propre style, sans se soucier d’une quelconque ressemblance ou homogénéité avec son homologue l’ayant précédé… Les deux derniers épisodes restent parfaitement lisibles, rassurez-vous, mais passé de Ryp à un dessinateur moins aguerri et tout de même assez visible et pourra même paraître gênant pour les aficionados de l’artiste espagnol.

Néanmoins, visuellement, c’est du bon boulot dans l’ensemble.

5

Dans l’ensemble, Nancy in Hell est plutôt un bon moment de lecture : C’est trash, sexy, rock and roll et ça se lit d’une traite avec un un plaisir presque coupable et très franchement parfois, ça fait du bien de lire ce genre de bouquin.

Quand j’ai commencé à écrire cette rubrique, je vous parlais des comics d’horreur et qu’il y en avait deux genres différents : Ceux  intelligents et bien construits avec des scénarios élaborés et les autres, avec du gore qui tache et qui vont directement dans le vif du sujet : Nancy in Hell est de ceux-ci et prouve que faire du gros gore peu parfois donné des résultats fun et plaisant à lire. Si vous voulez un comic qui va vous vider la tête le temps d’une lecture, passez un peu de temps avec Nancy, vous ne le regretterez pas  !
Une suite est également en cours de publication aux États-Unis et un kickstarter à été créé afin d’en faire une série tv (3), la belle Nancy n’a donc pas fini de faire parler d’elle !

Nancy In Hell de El Torres, Juan Jose Ryp et Antonio Vasquez, disponible aux États-Unis depuis le 1 février 2011 et en France chez Grap Zeppelin depuis le 9 février 2015

1 : Notamment une histoire parodique ou une simili-Batgirl tombe entre les griffes d’une Joker aux aspirations bien peu recommandables;-)

2 :

3 : https://www.kickstarter.com/projects/250601189/nancy-in-hell

 

Publicités

1 commentaire

Classé dans Comic of the day

Une réponse à “Les Jeudis de l’Angoisse (des comics) # 19

  1. Dju

    Tout comme toi, j’ai beaucoup aimé cette série pour ce côté pas prise de tête avec du gore qui tache ^^
    à noter qu’une suite directe au premier volume est déjà sortie aux U.S. en fait sous le titre « Nancy in Hell on earth ». Ainsi qu’un crossover plutôt pas mal avec Malcolm Dragon (fils de Savage Dragon)

    J’espère que la série TV va se faire !
    Il y a moyen de faire n truc vraiment cool =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s