Les Jeudis de l’Angoisse (des comics) # 24


10756581_817892861567148_1773211293_o

Vampire, vous avez dit Vampire !

Rapide review  : Day Men Tomes 1 et 2

501 DAY MEN T01[BD].indd

Des comics de vampires, il y en a des tas et pour pouvoir se démarquer du lot, il faut vraiment sortir de l’ordinaire et proposer quelque chose de novateur, ce qui à la vue d’avalanche de titres proposant des aventures de suceurs de sang, est assez compliqué… C’est pourtant ce que propose Matt Gagnon et Michael Alan Nelson avec Day Men en soumettant un point de vue original : Si les vampires ne sortent pas durant le jour, qui s’occupe d’eux pendant qu’ils dorment dans leurs cercueils ?

This wicked bitch
Cruella to the bone
Each vivid stich
Just ties me to her throne
In exaltation
She builds on endless lies
Mircalla, Maleresian
Architect of my demise

Cradle of Filth – The Vampyre at My Side (Hammer of the Witches – 2015)

Day Men c’est donc l’histoire de David Reid, David est un Day Man, un humain surentraîné qui s’occupe des affaires des vampires durant la journée. David travaille pour l’un des clans de vampires les plus puissants des États Unis, les Virgo. Mais les tensions avec un autre clan, le clan Ramsès, sont très vives et chaque occasion de nuire au clan adverse est bonne à prendre, David devant régulièrement jouer les négociateurs à grand coup de canne (son arme fétiche) afin de mettre tout le monde d’accord.
Mais lorsqu’un trafic de crocs de vampires est découvert et Calista, une des notables de la famille Virgo, est enlevée, David mène l’enquête et découvre de sombres secrets entourant les familles de vampires, il semblerait également qu’un nouveau type de vampire que l’on croyait jusque là disparu soit de nouveau apparu. Malgré le fait qu’il soit un simple humain, David va tout faire pour aider ceux qu’il considère comme sa « famille » et surtout leur leader, la magnifique Azalea, pour qui il a une fascination et une dévotion sans borne.

5

La force de Day Men c’est qu’après la lecture de seulement deux tomes, on est saisi par la densité de l’univers créé par les deux scénaristes : C’est complet sans être complexe, travaillé, intéressant, peuplé de personnages tous plus fascinants les uns que les autres (la sublime et mystérieuse Azalea, la rebelle Lera ou encore le pyrokinésiste Jacob sont juste quelques exemples des personnages apparaissant dans cet univers).
Day Men
bien plus qu’un simple comic, c’est un univers travaillé et recherché, avec sa propre mythologie et sa propre histoire. En seulement deux tomes on se retrouve projeté dans cet univers et on est vite happé par les aventures de ce Day Man à la fois courageux et dévoué à des êtres surnaturels pour qui la vie humaine a peu d’importance, mais David s’accroche et il arrive même a gagner au fur et à mesure du récit leur respect : Un véritable parcours initiatique ponctué par des bagarres, des trahisons, des coups de théâtre et des personnages hauts en couleur, Day Men c’est tout ça et bien plus encore.

Loin de pondre un énième comic de vampires, Matt Gagnon et Michael Alan Nelson nous livrent un véritable univers à la fois fascinant et complet, le tout au travers des aventures passionnantes de cet humain au service de vampires. Un véritable réussite  !

7-2

Niveau visuel, Brian Stelfreeze nous livre un travail absolument admirable : ses planches sont détaillées et claires, ses personnages sont expressifs et parfois vraiment impressionnants (chaque apparition de certains, notamment Jacob ou, encore elle, Azalea sont de véritables moments d’anthologie) et les scènes d’action d’un véritable dynamisme saisissant. Durant les huit chapitres que constituent ces deux tomes, aucune baisse de régime de la part du dessinateur qui réalise un véritable sans faute : Du grand art.

En ce qui concerne cette édition française, comme à leur habitude, Glénat nous livre un travail admirable : Traduction aux petits oignons, hardcover, papier glacé et chaque album se termine par une galerie de sketchs de Brian Stelfreeze ainsi que l’intégralité des couvertures et variantes. Là aussi c’est un sans faute, achevant de faire de Day Men un véritable incontournable du genre.

Day Men fait sans aucun doute maintenant partie des références que je citerai lorsque je parlerai de comics de vampires, aux cotés d’American Vampire, Crimson ou 30 Jours de Nuit : Dense, recherché et travaillé, c’est une lecture passionnante qui sort vraiment du lot de ce genre, souvent opportuniste. Deux tomes que je ne peux que vous conseiller de lire au plus vite si vous êtes amateurs de vampires, de comics ou d’histoire vraiment passionnantes et travaillées. Par contre si vous aimez tout ça en même temps : Foncez  !

Day Men Tome 1  : Lux In Tenebris, disponible depuis le 4 novembre 2015 chez Glénat Comics

Day Men Tome 2  : Tempus Vestigium, disponible depuis le 13 avril 2016 chez Glénat Comics

Rapide review  : Graveyard Shift

1

Deuxième titre à parler vampires chez Glénat Comics après l’excellent Day Men, Graveyard Shift prend une toute autre direction et ne cache pas le moins du monde ses influences et références : Un bien ou un mal pour cette mini-série que nous propose en intégralité l’éditeur français ? Je vais tenter d’y répondre en toute objectivité, n’étant pas vraiment familier des dites influences…

Liam et Hope sont un couple heureux et en dessous de tout soupçon : Lui policier et elle artiste, tout roule dans le meilleur des mondes pour les deux tourtereaux. Mais durant une de ses enquêtes, Liam fait une descente musclée et se retrouve face à ce qui semble de toute évidence être un vampire ! Liam s’attire les foudres dudit vampire et de son clan qui vont aller jusque chez lui pour se venger. La pauvre Hope finie mordue par un des monstres et est considérée comme morte tandis que Liam survit miraculeusement à l’attaque.
A son réveil, alors qu’il se recueille sur la tombe de sa bien aimée, celle-ci réapparaît, devenue à son tour un vampire. Commence alors pour le couple un long et tortueux voyage, Hope ayant beaucoup de mal à gérer ses nouvelles pulsions de vampire et Liam se débattant tant bien que mal pour trouver un moyen de soigner sa fiancée. Leur amour survivra-t’il à ces épreuves ?

4

Graveyard Shift est en soit une histoire ultra-classique de vampire et d’amour : On a d’un côté l’amoureux transi qui tente de gérer tant bien que mal les pulsions de sa conjointe nouvellement vampire et de l’autre la femme vampire qui découvre sa nouvelle nature bestiale. Un schéma classique certes, mais dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, reste efficace et très agréable à lire : Jay Faerber brosse le portrait d’un couple à la fois simple et attachant qui se retrouve propulsé dans une situation complètement folle et la question de savoir si leur amour sera assez fort pour triompher de tous ces événements.
Dans le ton, on est très proche des histoires de vampires modernes comme Twilight et surtout la série Buffy Contre les Vampires : Le scénariste ne s’en cache d’ailleurs pas, le ton de l’histoire, le style et le look des vampires, tout semble droit sortir de la fameuse série des années 90. La page finale ne laissant d’ailleurs aucune ambiguïté à ce sujet en faisant une référence directe à la série.

L’histoire est certes simple mais reste malgré tout efficace et agréable à lire, de plus Graveyard Shift se lit vite et sans lassitude et, je pense, peut être une lecture plus que recommandable pour toute personne n’étant pas très coutumière des histoires de vampire en comics, une lecture idéale pour les nouveaux venus en quelque sorte et le cadeau idéal pour motiver un fan de Twilight ou Buffy à la lecture de comics.

3

Niveau dessins, c’est un autre point fort du bouquin : Ceux-ci sont vraiment très beaux, signés par l’espagnol Fran Bueno : C’est très sombre, le trait est simple et maîtrisé, les personnages très expressifs, et le style à mi-chemin entre BD européenne et comics de l’artiste fait mouche. L’aspect visuel est donc sans aucun doute l’un des points forts de cette bande dessinée.
Mention spéciale aux couvertures du même Fran Bueno, absolument somptueuses.

Accessible et plaisante, tels pourraient être les deux qualificatifs de Graveyard Shift : Un comic d’horreur simple mais efficace, ni trop gore ni trop neuneu, qui sans aucun doute plairait au plus grand nombre de lecteurs, notamment les novices. Les lecteurs plus « expérimentés » lui préféront très probablement l’excellent Day Men mais Graveyard Shift est un bouquin qui, si il ne sort pas vraiment du lot n’en reste pas moins une lecture plus que recommandable et j’avoue avoir passé un bon moment. A lire  !

Graveyard Shift, disponible en France depuis le 3 février 2016 chez Glénat Comics

 

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s