Archives de Catégorie: The Lesbian Geek’s Awesome Week

The Lesbian Geek’s Awesome Week #39


The Lesbian Geek’s Awesome Week #39

Chers Comics Blogueurs

Cette semaine Alan Moore a réagit lors d’une Interview sur le site Honest Publishing (un éditeur Britannique indépendant) sur le comportement de Frank Miller à propos du mouvement Occupy (« les Indignés »), et il n’est pas tendre avec l’auteur de Sin City.

Pour rappel voici ce que Miller avait déclaré il y a environ trois semaines, je vous préviens c’est du costaud :
« Le mouvement ‘Occupy’ (…) n’est rien de plus qu’une bande de voyous, voleurs et violeurs, une foule indisciplinée, nourrie par la nostalgie de l’époque Woodstock et de fausse justice putride. Ces clowns ne font rien d’autre que de blesser l’Amérique. »
«Occupy est une tentative maladroite et mal-exprimée d’anarchie, dans la mesure où le ‘mouvement’ (…) n’est rien d’autre qu’une déclaration à la mode par un groupe d’enfants gâtés brandissant iPhone et iPad, qui devraient arrêter de se mettre en travers du chemin des gens qui travaillent et se trouvent des boulots. »« Réveillez-vous, bande de raclures. L’Amérique est en guerre contre un ennemi impitoyable. Peut-être qu’entre vos moments d’apitoiement sur vous-mêmes et de narcissisme que vous vous attribuez dans vos abris, vos petits mondes douillets, vous avez entendu parler d’Al Qaida et de l’Islamisme. Et cet ennemi qui est le mien, et pas le vôtre apparemment, doit bien se marrer, si ce n’est pas s’esclaffer, de votre spectacle futile, puéril et autodestructeur. Au nom de la décence, rentrez chez vos parents, losers. Rentrez voir votre maman et jouer à Lords Of Warcraft. »

Interrogé sur ce discours des plus provocateurs, Alan Moore qui n’a ni Internet, ni télévision, et dont on pourrait penser naïvement qu’il vit reclu comme un hermite sans se soucier de ce qui se passe autour de lui donne un avis plutôt éclairé sur le sujet :

«Eh bien, Frank Miller est quelqu’un dont j’ai à peine regardé le travail au cours des vingt dernières années. Je pensais que ce truc de Sin City était secrètement misogyne, 300 semblait être sauvagement homophobe et juste complètement erroné historiquement. Je pense qu’il y a probablement une sensibilité plutôt désagréable qui apparaît dans l’œuvre de Frank Miller depuis un bon moment. Puisque je n’ai rien à voir avec l’industrie du comics, je n’ai rien à voir avec les gens qui en font partie. J’ai entendu parler des derniers débordements concernant le mouvement Occupy. C’est ce que j’attendais de lui. Il m’a toujours semblé que dans la majorité du champ des comics, si vous aviez à les placer politiquement, vous pouvez dire qu’ils sont plutôt centre-droit. Je n’ai jamais été dans aucun courant, je ne sais même pas si je suis de centre-gauche. J’ai été franc à ce sujet depuis le début de ma carrière. Alors oui, je pense qu’il serait juste de dire que moi et Frank Miller avons des vues diamétralement opposées sur toutes sortes de choses, et certainement sur ​​le mouvement Occupy.

A ce que je peux voir, le mouvement Occupy est juste constitué de gens ordinaires qui veulent récupérer les droits qui devraient toujours être les leurs. Je ne peux pas penser qu’il n’y ait aucune raison qu’une population doive s’attendre à rester là et voir une réduction brute du niveau de vie pour nous et nos enfants, peut-être pour des générations, alors que les gens qui nous ont mis dans cette situation ont été récompensés, et qu’ils n’ont certainement pas été puni en aucune façon parce qu’ils sont trop gros pour faire faillite. Je pense que le mouvement Ocupy c’est en un sens, le public qui décide qui est trop gros pour faire faillite. C’est un hurlement totalement justifié d’indignation morale et il semble être manipulé d’une manière très intelligente, non-violente, et c’est probablement une autre raison pour laquelle Frank Miller n’est pas à l’aise avec lui. Je suis sûr que si il avait été mené par un tas des jeunes vigiles sociopathes déguisés en Batman, il serait plus en sa faveur. »

Deux auteurs emblématiques, parmi les plus grands, qui ne partagent absolument pas le même point de vue sur un sujet de société… et je vais vous dire ce que j’en pense.

Je pense que la société, elle n’a que des problèmes, oui la société elle a mauvaise haleine. Il suffit de se rendre compte à quel point on surexploite l’image de Wonder Woman dans les médias, à la télévision notamment, on la met tellement dans tout et n’importe quoi, que je commence sérieusement à saturer. Mais laissez-là un peu tranquille nom d’un chien.

De la marque André aux émissions en prime time, il n’y a pas un jour où son image est utilisée,  transformée, bafouée, même à Miss France hier soir on a eu droit à notre dose de Wonder Woman (bé oui j’ai regardé Miss France, mais je ne suis pas la seule à la rédac ni parmi vous chers lecteurs 😉 ) trop c’est trop, je suis à deux doigts de réagir comme Frank Miller avec une virulence teintée de paranoïa…

Sinon Miss Alsace vous en pensez quoi ?

Bonne semaine à tous,

Katchoo.

Publicités

10 Commentaires

Classé dans The Lesbian Geek's Awesome Week

The Lesbian Geek’s Awesome Week #38


The Lesbian Geek’s Awesome Week #38

Chers Comics Blogueurs,

 

Pour démarrer cette nouvelle semaine je vais vous raconter si vous me le permettez une petite histoire, une histoire folle, qui va à coup sûr vous faire verser votre petite larme si vous êtes un tant soit peu sensibles aux grandes épopées magnifiques et rocambolesques telles que la saga du clone. Cette histoire, c’est celle d’une fille et d’un gars qui habitent à quelques kilomètres d’intervalle, officient sur le même site consacré à leur passion commune, communiquent sur Twitter et cherchent à se rencontrer depuis des mois… en vain.

Cette histoire, c’est celle que je partage avec Woulfo.

Ne croyez pas que je sois devenue soudainement une de ces cougars dévoreuses de jeune éphèbe candide, mais le fait est que notre petit jeu du chat et de la souris dure depuis un moment déjà, et dont ce dimanche a été l’épisode ultime d’une course poursuite entre deux êtres que le destin refuse de se faire se rencontrer. C’est vrai quoi, j’ai eu la chance de retrouver une grande partie du ComicsBlog Crew à Paris lors de la Comic Con, puis à Lille au LCF, que dis-je ! Même à Palavas Les Flots ! Mais avec cet insaisissable jeune homme, alors que nous nous sommes rendus au même salon du jeu vidéo (Le Toulouse Game Show pour ne pas le nommer) et que nous nous sommes textotés toute la journée (des messages qui se sont résumés à des “Té où ?” “Je suis là” “Et bé pas moi !” “Et toi maintenant tu fé koi ?” “Ah ba je suis partie…”) même Alan Moore ne pourrait pas écrire une si nébuleuse et tragique situation…

Crois-tu mon ami que les vicissitudes de la vie finiront par nous épargner ? Où devrons-nous continuer à errer comme des âmes en peine sans trouver le moyen de se rencontrer ?

Voilà ça c’était la séquence émotion, à part ça il parait que c’était Thanksgiving il y a quelques jours, je vous épargnerai les nombreuses blagues sur fond de dindes fourrées que j’ai pu lire à droite à gauche… si par contre il y avait une seule image à retenir, pour moi ce serait celle-là :

Et si l’actualité comics la semaine passée n’a pas été pas franchement transcendante (en tout cas moi je ne suis pas grimpée aux rideaux passez-moi l’expression) il y a des images qui me font sourire-bêtement il est vrai-et qui résument ma pensée sur cette vision ô combien répandue sur nos chères héroïnes de comics…

Espérons qu’un jour au détour d’une de mes incroyables aventures, je puisse enfin mettre la main sur le plus proche de mes petits camarades et de le capturer dans ma Pokeball (je te signale comme ça en passant que Tabanou habite dans ma résidence…)

Bonne semaine à tous,

Katchoo.

Poster un commentaire

Classé dans The Lesbian Geek's Awesome Week

The Lesbian Geek’s Awesome Week #37


Chers Comics Blogueurs

En ce début de semaine, deux trois questions me taraudent l’esprit, et je me disais que peut être chers lecteurs vous arriveriez à éclairer ma petite lanterne. Car oui il m’arrive encore à mon âge avancé (et pourtant respectable) de m’interroger sur la vie l’amour et les comics, alors pour les deux premiers je gère assez bien, mais pour le troisième j’avoue que j’en  perds parfois mon Kryptonien.

Voici ce qu’il me turlupine (je ne sais pas pourquoi mais j’aime beaucoup ce mot) : Mais que peut-il bien se passer dans la Maison des idées ?  C’est effectivement la question que l’on est enclin à se poser suite à l’avalanche de titres annulés ou avortés les uns après les autres depuis plusieurs semaines déjà (Daken, X-23, Alpha Flight, Ghost Rider, Punisher MAX,  Black Panther : The Most Dangerous Man Alive , Victor Von Doom, Destroyers, Iron Man 2.0, All-Winners Squad, si j’en oublie ne m’en voulez pas, je ne suis pas une spécialiste des séries Marvel). Au début on pouvait penser que l’éditeur ne voulait  pas s’encombrer de titres qui ne semblaient pas trouver leur public, parfois sans même attendre que la sauce prenne, mais de là à annuler un titre sans que celui-ci soit publié, c’est tout de même un peu dommage vous ne trouvez pas ?

Alors que peut-il bien se passer au juste ? Parce que parole de Katchoo ça sent un peu le roussi cette histoire. Ce qui me fait tiquer c’est que la plupart de ces titres vont prendre fin au mois de février, et je ne sais pas mais il me semble avoir vécu un truc similaire cette année chez un autre éditeur…

Et puis le fait d’annuler toutes ces séries, est-ce vraiment la bonne solution ? Ben oui quoi ! Et la variété alors ? Car au final si ‘hécatombe continue (et mon petit doigt me dit que cela va probablement être le cas), les lecteurs Marvel vont se retrouver face à un choix cornélien : lire du X-men, Avengers ou Spider-Man à toutes les sauces. Je sais pas pour vous, mais je trouve ça quand même un peu dommage.

Ensuite, suis-je la seule à la rédac à trouver la saison deux de Walking Dead quand même bien meilleure  que la précédente ? (Je connais déjà la réponse)  Même si il ne se passe pas grand-chose, ou plutôt que les événements arrivent un peu à la cadence d’un zombie, lentement mais surement, quelques personnages prennent de l’ampleur (même Lori, c’est pour dire) et les scènes gores sont du plus bel effet. Bon je n’ai pas encore réussi  à pleurer (j’avais quand même pleuré deux fois dans la saison 1, oui je sais je suis folle) mais je ne perds pas espoir.

La semaine dernière mes chats et moi sommes allés à l’avant première du film Red Lantern : Rage of Dex Starr et c’était vachement bien, on a eu même droit à un échantillon gratuit d’herbe à chat à la fin de la séance.

La grande question que je me suis aussi posée la semaine dernière c’est : Jessica Jones fera t-elle mieux que Diana Themiscyra ? Prochainement visible sur la chaine ABC (qui devait à l’origine produire et diffuser la nouvelle série TV Wonder Woman, mais le mauvais sort en a décidé autrement) on peut espérer que cette héroïne connaitra un meilleur sort que sa collègue amazone, c’est en tout cas ce que je lui souhaite. En plus le pilote devrait réunir Luke Cage et Carol Danvers, quelque chose me dit que cette série pourrait être une bonne surprise, et j’aurai surement l’occasion d’en reparler.

Et pour finir et en parlant de série diffusée sur ABC, avez-vous entendu parler de Once Upon a time et de son étrange similarité avec le Fables de Bill Willingham ? Le pitch est sensiblement le même, à se demander si il n’y a pas eu plagiat. Bien entendu les producteurs de la série nient en bloc, hors un projet d’adaptation de Fables avait été envisagé en 2008 par la chaine américaine…Bizarre bizarre.

En attendant que vous trouviez les réponses à mes questions existentielles, je vous souhaite à tous une bonne semaine et n’abusez pas comme moi de l’herbe à chat.

Katchoo.

2 Commentaires

Classé dans The Lesbian Geek's Awesome Week

The Lesbian Geek’s Awesome Week #36


The Lesbian Geek's Awesome Week #36

Chers Comics Blogueurs

Vous allez surement vous demander quelle mouche peut bien me piquer alors que dans un sens ou dans un autre, le dimanche n’est pas dans les parages. Mais LCF oblige, je me dois de vous raconter les aventures du Comics Blog Crew, qui ont une fois de plus fait des merveilles pour vous ramener les meilleurs reportages, les meilleures interviews et le meilleur Podcast interblogueurs spécial 2012 (où personne n’a osé parler de la fin du monde, de toute manière d’ici là on aura vu Avengers, donc on s’en balance !)

Si vous avez suivi un petit peu l’actualité, vous savez donc que le Lille Comics Festival était The Place To Be du week end dernier, où tout le « gotha » s’était donné rendez-vous, les t-shirts (et les slip) de geeks ayant remplacé les smoking.
Bien entendu, pouvoir accéder au temple Lillois du comics n’était pas chose aisé, patience et crème anti-varices étaient très recommandées pour celui ou celle qui osait tenter l’aventure. Mais l’attente en valait la chandelle. Deux de nos chroniqueurs ont d’ailleurs été dépêchés pour tester la queue, expérimenter les joies de la persévérance, et leur grande sagesse digne d’un maitre Jedi a pu être récompensé. Tiens d’ailleurs, saurez-vous les reconnaitre ? On va faire un Où est  Charlie au LCF*.  Bon si vous avez trouvé, nous pouvons continuer notre petit compte rendu.

L’un des grands moments du festival était l’organisation d’un concours de Cosplay, et je n’aurais jamais imaginé que Manu rêvait de participer à ce genre d’événement. Le problème c’est que les inscriptions étant closes depuis des lustres, les négociations ardues de Sullivan avec les membres de l’organisation, et le soutien d’autres blogueurs n’ont rien pu faire,  comme nous pouvons le voir sur cette seconde photo. (Allez, on tente une seconde fois, il parait que c’est bon pour les yeux). Je vous laisse imaginer la grande déception de celui qui se voyait déjà déguisé en Dalek sous le regard médusé (consterné ?) de l’assistance.

Le pire, c’est que lorsque l’on voit le gagnant de ce fameux concours, il y a comme des injustices qui vous laissent sans voix.

Un autre moment fort de ce festival,  c’est lorsque j’ai découvert que parmi les membres de notre belle équipe, nous avions notre Zatanna à nous. Bon ok, il a peut être décidé de mettre le fameux filet de pêche sur la tête (il va me tuer…) mais l’aura de la magicienne l’accompagne bel et bien.

Vous devez penser que je suis (encore) sous acide, mais croyez-moi, je ne suis pas si loin de la réalité.  Même Max Bo (qui est sensé perdre ses dents dans deux jours) s’est découvert une passion soudaine en pour la cuisine italienne.

 Ce festival a donc révélé en nous des talents et des intérêts insoupçonnés, je suis sûre que les Nantais sont déjà conscients de ce potentiel, mais personnellement j’étais vraiment loin d’imaginer l’ampleur de leurs facultés. Et si c’étaient pas plutôt eux finalement les super héros ?

Bonne moitié de semaine à tous !

Katchoo.

*cliquez sur l’image et vous saurez…

4 Commentaires

Classé dans The Lesbian Geek's Awesome Week

The Lesbian Geek’s Awesome Week #35


The Lesbian Geek's Awesome Week #35

Chers Comics Blogueurs

Batman Batman et encore Batman. Il n’y en a vraiment eu que pour lui cette semaine (enfin la semaine dernière mais vous commencez à avoir l’habitude nan ?)… et ce n’est pas pour me déplaire. Comme beaucoup d’entre vous je suis une grande fan de ce personnage aux multiples sobriquets : Caped Crusader, Dark Knight, Chevalier Noir, Chevalier de Gotham, Bruce Wayne, l’homme chauve-souris, Batounet et j’en passe. Mais qu’a-t-il de si exceptionnel  pour que l’on soit à ce point passionné par ses aventures depuis plus de 70 ans ?

Voici ma théorie (au secours): Alors tout d’abord c’est un garçon qui est plein aux as. Oui je sais, c’est un peu léger comme critère, mais que voulez-vous, un héros pété de thunes offre beaucoup plus de possibilités qu’un gars pauvre et miteux, déjà rien que pour emballer les filles (où les garçons, mais j’y reviendrai) ça aide. Tony Stark aussi il est riche, mais c’est différent. Bruce Wayne n’est ni alcoolique, ni arrogant et aucune Pepper Potts n’arrivera à la cheville d’Alfred le meilleur majordome de l’univers.

Ensuite Batman est un gars torturé, monomaniaque, réfléchi, secret et exigeant envers ses coéquipiers, bon nombre de ses comportements nous pousse à l’aimer, nous avons même vu très récemment qu’il pouvait être une victime face aux assauts sexuels d’une Catwoman en rut, et il l’a laissé faire, ça force le respect (désolée pour celle-là, j’ai pas pu m’en empêcher)

Les plus grands lui sont aussi passés dessus (!) : de Neil Adams à Frank Miller,  en passant par Grant Morrison, Alan Moore et maintenant Scott Snyder, tout le monde fini par y trouver son compte, parce que chaque scénariste a réussi à rajouter sa petite touche perso sans altérer profondément l’aura du justicier.

Batman est apparu dans trois sériés télé (et une série dérivée Birds of Prey), six films (bientôt sept), sept séries animées (sans compter les autres dessins animés DC où il apparait), cette (sur)exposition a permis aux différentes générations d’intégrer et de s’approprier le personnage quelque soit sa culture, il est devenu un personnage universel.

Il est l’une des causes (ou du moins la cause la plus célèbre) du Comic Code Authority, organisme de censure bien connu des lecteurs de comics apparu dans les années 50 et disparu depuis peu. Sa relation ambigüe avec Robin a toujours fait couler beaucoup d’encre, et cette facette là, sans jamais être effective (et qui ne le sera jamais d’ailleurs) m’a toujours fait sourire et été un message d’espoir pour moi.

Son univers et sa mythologie sont extrêmement denses, et c’est dans ce giron qu’on voit se développer les meilleurs personnages féminins de DC Comics :Barbara Gordon, Catwoman, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Canary, Batwoman, Huntress… toutes ces héroïnes dont nous suivons les aventures depuis des années et qui ont survécu au grand rebaunch de la firme aux deux lettres.

Et pour finir je pourrais dire que Batman a un T-Rex empaillé dans sa Batcave, et ça les mecs, c’est la classe absolue. Non pour finir, je préfère vous parler du premier Batman en v.o. que je me suis offert, il ne s’agit pas d’un classique, je suis même quasiment sûre que c’est un titre obscur dont personne n’a entendu parler, il s’agit de Batman The Last Angel (que ceux qui connaissent ce one shot lèvent le petit doigt de pied). A vrai dire c’est la couverture qui m’a littéralement subjugué (et il y a de quoi), et l’intérieur n’est pas en reste avec une histoire entre Batman et Catwoman comme je les aime (romantique quoi) sur fond de mythologie précolombienne. Il date de 1994 (une époque révolue où j’avais les cheveux courts et où je portais d’improbables chemises à carreaux) et Dieu sait que j’ai lu, relu, et rerelu cet exemplaire (en le feuilletant ce soir j’en ai même un souvenir ému).
Tout ça pour dire que l’on a tous des raisons différentes d’aimer Batman, au-delà des œuvres et des médias qui nous l’ont fait connaitre.
Batman est un personnage universel qui a encore de beaux jours devant lui, à la fois une superstar des comics et le plus insondable des super héros.

 

Bonne semaine à tous,

Katchoo.

8 Commentaires

Classé dans The Lesbian Geek's Awesome Week

The Lesbian Geek’s Awesome Week # 34


The Lesbian Geek's Awesome Week # 34

Chers Comics Blogeurs

Les enfants, cette semaine je ne vais pas aller par quatre chemins. Non seulement je suis remontée comme un coucou (ou plutôt come une dinde) parce que Starfire a un bikini plus joli que le mien (il faut que je lui demande où elle l’a acheté), mais en plus j’ai malencontreusement explosé tout mes verres dans mon déménagement. Si je peux vous donner un conseil comme ça en passant, quand vous transportez quelque chose avec un diable, n’oubliez pas d’attacher l’objet en question, parce que si vous reposez le diable un peu brusquement, il peut basculer en avant, (en l’occurrence toute ma collection de verre MC Ronald et Cuick, durement gagnée depuis des années à grand coup de Maxi Menu Giant Best Of) depuis je bois à la bouteille, comme un mec, un vrai.

J’ai donc décidé d’aborder cette chronique hebdomadaire sous deux angles bien distincts (mais ça n’a aucun rapport avec mes «des boires») : en parlant tout simplement des bonnes et des mauvaises nouvelles de la semaine, tout cela restant bien entendu très subjectif (n’empêche boire à la bouteille, c’est trop fun !)

Commençons donc par les mauvaises nouvelles, où plutôt les news qui font mal au….

Alors comme ça chez DC non seulement leur petite entreprise ne connaît pas la Crise, mais le père Perez se fait la malle (ou se fait virer c’est selon). Je me mets subitement à me poser deux, trois questions (oui ça m’arrive), depuis quand avons-nous lu une histoire de Superman qui tienne la route ? Straczynski a effectivement fait marcher un peu tout le monde, mais franchement qui se soucie vraiment du grand bleu de nos jours ? Une deuxième question : Et si on laissait ce titre à une femme, au moins au scénario ? Est-ce que ça ne serait pas ça la solution ? Ne me balancez pas de casseroles sur la tête, déjà parce que ça fait quand même assez mal, et parce que je pense que je ne dis pas quelque chose de si barré que ça, Gail Simone œuvre bien en ce moment sur Firestorm.

Ensuite, est-ce que quelqu’un peut m’expliquer ce qu’est Point One ? Pourquoi Marvel ne fait pas son rebaunch à son tour ? (Comme ça ce serait le bordel partout) Pourquoi on voit Steve Dillon tous les 36 du mois ?? Et pour finir, pourquoi on ne voit pas des couvertures de ce genre plus souvent ?

Les bonnes nouvelles maintenant, elles sont beaucoup plus nombreuses, heureusement.

La déferlante Walking Dead a bel et bien démarré, Joshua Luna se lance en solo avec Whispers qui promet de beaux moments de lecture en perspective, c’est moi ou l’Incredible Hulk de Silvestri ressemble à Sébastien Chabal ? Bon j’ai compris, je vais arrêter de boire à la bouteille. J’hésite ensuite entre Le Comic De La Semaine #58 où on en apprend un peu plus sur les Watchmen mais aussi sur la genèse du tandem Philippe et Philippe, et le bilan des garçons sur ce fameux mois de septembre riche en événements. A moins que ce soit le fan made de Bienvenue à Hoxford qui m’a littéralement scotché.
Quoiqu’il en soit, The Wanderer’s Treasures reste indéniablement une valeur sûre, mon chouchou de la semaine.

C’est donc sur le domaine de la découverte que je vous laisse, en attendant de vous retrouver pour de nouvelles aventures, laissez-moi implorer les esprits de mes sœurs amazones, quelles me donnent la force de soulever mon frigo et ma machine à laver, et pour ce faire je compte bien revêtir mon plus beau T-Shirt de Wonder Woman , espérons que ça me donne le courage nécessaire !

Bonne semaine à tous !

Katchoo.

Poster un commentaire

Classé dans The Lesbian Geek's Awesome Week

The Lesbian Geek’s Awesome Week # 33


The Lesbian Geek's Awesome Week # 33

Chers Comics Blogueurs,

Loin de vouloir vous raconter les détails scabreux et sommaires de ma vie absolument trépidante, aujourd’hui je vous l’annonce : j’ai fait les poubelles, et j’ai ai découvert des choses fortes intéressantes.

Avant de m’engager dans les abysses d’un scénario digne de Scott Snyder, laissez-moi vous exposer le contexte : Je suis en train de déménager. Et quand une fille (enfin deux en l’occurrence) déménage, c’est pas joli à voir. C’est beaucoup de bordel, très peu d’organisation, beaucoup  d’idées qui tombent à plat au moment M, et au milieu, quatre chats qui tentent de se faire la malle entre deux va et vient de cartons.

Bref, après avoir passé un week-end mouvementé (j’ai mal au dos, et j’ai l’impression que des oreilles de chat me sont sorties de la tête), j’ai essayé de trier et de virer toutes les merdes qu’on accumule au fil des mois (vous savez surement ce dont je veux parler) à savoir les factures impayées, les bulletins de salaires, les bons de réductions de -70% au supermarché du coin, et j’en passe.

Je me retrouve donc dans le local à poubelle (après avoir descendu péniblement mes reliquats d’un étage avec un diable, sauf que la moitié a malencontreusement dévalé dans les escaliers, je le confesse, j’ai dit beaucoup de gros mots…) prête à jeter mes indésirables et que vois-je ?

Un truc de malade : Une flopée de disques vinyles dans des états plus ou moins bien conservés dont les titres suivants vont peut être vous interpeler : Dark Side of the Moon, Masters of Rock, The Wall, Ummagumma de Pink Floyd, Hair la comédie musicale en VO, Machine Head, Fireball, Made in Japan de Deep Purple. Ni une ni deux, j’ai plongé dans la dite poubelle et j’ai tout ramené chez moi. Encore sous le choc, je me suis demandée comment on pouvait jeter une telle collection à la poubelle. En plus en y regardant de plus près, même si les pochettes sont abimées, les disques eux sont absolument intacts, sans aucune rayure. Je ne sais pas si ces vinyles  ont une valeur pécuniaire quelconque, mais ce qui est sûr c’est qu’elles ont une valeur sentimentale, ou du moins elles l’ont eu jusqu’ à maintenant pour quelqu’un (ces albums datent du début des 70’s), que s’est-il passé pour qu’elles atterrissent dans ce vide ordure nauséabond ?

C’est alors que j’ai fait le rapprochement avec ma propre passion : ce week-end, j’ai péniblement transféré près de 800 kg  de comics d‘un appart à un autre et je me suis dit : « Et si au final tu décidais toi aussi d’abandonner un de tes petits, ou si quelqu’un le faisait à ta place ? » Jamais je n’ai pu me séparer d’un seul de mes petits protégés, qu’il soit un objet collector, ou un  titre moins glorieux issu d’un plaisir coupable.

Et de la même manière, je me suis demandée qu’elle importance en fin de compte on pouvait accorder à ce genre d’objet qui ne reste en fin de compte qu’un livre imprimé avec des dessins de plus ou moins bonne qualité (une notion qui reste subjective).

Et je me suis souvenue d’une récente et très émouvante dépêche qui m’a réellement touchée  et dont vous avez peut être entendu parler, celle qui concerne Mike Meyer, cet homme âgé de 48 ans atteint d’un handicap mental depuis ses 23 ans qui s’est fait voler intégralement son immense collection de comics et de produits dérivés de Superman à la suite d’un abus de confiance par un de ses soit disant amis.

Pour lui ses comics avaient assurément plus une valeur sentimentale que pécuniaire, parce que Superman symbolise à ses yeux un regroupement de valeurs auxquels il croit (et là on ne parle pas de Superman de droite ou de gauche, mais du Superman humaniste qui nous fait vibrer 😉 )

Heureusement, l’intégralité de ses trésors lui ont été restitués, et concernant les cadeaux  provenant du monde entier ému par sa triste histoire, il a décidé de les rétribuer à des œuvres caritatives.

Il aurait pu garder tous ces objets collectors issus de pays étrangers et devenir ainsi l’un des plus grands collectionneurs de comics aux Etats-Unis, et il n’en a rien fait.

Je n’irais pas jusqu’à faire la comparaison entre le fait de jeter le vinyle Dark Side of the Moon à la poubelle et l’histoire de Mike Meyer, mais de ce fait, je me demande à quel point on peut juger de la valeur d’un objet.

Bonne semaine à tous,

Katchoo.

6 Commentaires

Classé dans The Lesbian Geek's Awesome Week