Archives de Tag: Boom! Studios

Into the woods


The-Woods-Boom-Studios

La première partie de la 28ème cérémonie des GLAAD Awards s’est tenue hier soir au Beverly Hilton, récompensant comme chaque année diverses œuvres tout média confondu pour leur représentation des LGBT.

On se souvient que l’année dernière c’est Lumberjanes qui avait remporté le GLAAD Award de l’outstanding comic-book, c’est cette fois-ci au tour de The Woods, écrit par James Tynion IV et publié par BOOM! Studios (et Ankama chez nous), de se voir décerner cette prestigieuse récompense.

Ne l’ayant pas lu, je me garderai de faire un quelconque commentaire sur cette oeuvre en ce qui concerne sa contribution dans la représentation des LGBT (félicitation au passage a BOOM! Studios qui remporte cet Award pour la seconde année consécutive).
Ce que je peux exprimer ici par contre, c’est ma grande déception de voir que Love is Love n’a non seulement pas eu de récompense dans cette catégorie, mais ne s’est pas non plus vu décerner un prix spécial comme c’est le cas parfois dans ce genre de cérémonie.

Alors que cette anthologie a déjà récolté plus de 165.000 $ au profit des victimes du Pulse et de leurs familles, et que chaque jour l’actualité nous rappelle sans cesse que cette tuerie est loin d’être un cas isolé (depuis le début de l’année, huit femmes transgenres de couleur ont été assassinées aux Etats-Unis), il aurait été légitime que les GLAAD Awards mettent encore un peu plus en avant cette oeuvre essentielle et hors du commun.

C’est juste vraiment dommage.

Sur un ton un peu plus léger, je suis aussi deg que Supergirl ou Wynonna Earp n’aient pas non plus été récompensées dans la catégorie Outstanding Drama Series. C’est pas grave, je m’en vais de ce pas me consoler sur Tumblr.

Voici la liste des œuvres récompensées cette année :

Outstanding Film – Wide Release: Moonlight (A24)

Stephen F. Kolzak Award: Troye Sivan

Outstanding Comedy Series: Transparent (Amazon)

Outstanding Drama Series: Shadowhunters (Freeform)

Vanguard Award: Patricia Arquette

Outstanding Film – Limited Release: Other People (Vertical Entertainment)

Outstanding TV Movie or Limited Series: Eyewitness (USA Network)

Outstanding Individual Episode: “San Junipero” Black Mirror (Netflix)

Outstanding Daily Drama: The Bold and The Beautiful (CBS)

Outstanding Comic Book: The Woods, written by James Tynion IV (BOOM! Studios)

Poster un commentaire

Classé dans Somewhere over the Rainbow

Skybourne #1 : la preview


Skybourne, c’est le nouveau projet en creator-owned de notre ami Frank Cho (parce que oui, ici on aime beaucoup Frank Cho, tout comme on aime beaucoup Greg Rucka, du coup le psychodrame autour des couvertures variantes de Wonder Woman dessinées par le premier et fustigées par le second a été d’autant plus pénible à suivre, les commentaires nauséabonds envers les deux artistes s’étalant sans retenue sur le web et les zéros sociaux, avec indubitablement peu de connaissance réelle des faits…).

Le créateur du jubilatoire Liberty Meadows revient en effet à partir du 7 septembre avec une mini-série de 5 numéros publiée chez BOOM! Studios, dont le contenu ne semble pas faire dans la dentelle, à l’instar de son Zombie King, ou de façon plus générale des titres élaborés par un certain Mark Millar.

Dans Skybourne, l’intrigue (que l’auteur a su faire mijoter pendant près de 10 ans) flirte avec la légende Arthurienne transposée dans notre monde moderne, où Merlin serait un antagoniste et chercherait à dominer le monde. Face à lui, Abraham, Thomas, et Grace, 3 enfants immortels descendants directs du fameux Lazare (mais nan, pas le Lazarus de Greg Rucka, on va pas y arriver hein !) travaillent pour une organisation secrète et ancestrale nommée la Top Mountain Fondation, financée par le Vatican et dont le but est de capturer ou détruire créatures et autres objets magiques afin de protéger le monde et le dogme catholique pour lequel la magie n’existe pas (ah ben, ça serait cool de faire venir Magdalena pour un caméo alors…).
En l’occurrence, l’histoire principale se centre essentiellement sur les aventures de Thomas et Grace, et il semblerait qu’une célèbre épée datant de l’époque du Roi Arthur soit de la partie, seule arme capable d’éliminer nos héros aux aptitudes exceptionnelles…

Skybourne001covRegular-600x923Skybourne001008letter-e1471344426824-600x936Skybourne001009letter-e1471344455528-600x832Skybourne001010letter-e1471344482469-600x900Skybourne001011letter-e1471344503280-600x921Skybourne001012letter-e1471344524685-600x928Skybourne001013letter-e1471344553263-600x879Skybourne001014letter-600x923

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Le plus beau de tous les badges


lj8-2

J’en avais rêvé, et les GLAAD Awards l’ont fait, la série Lumberjanes vient de remporter un prix dans la catégorie Outstanding Comic, une consécration pour l’oeuvre truculente et positive de Noelle Stevenson, Shannon Watters, Kat Leyh, Carolyn Nowak et Brooke Allen déjà récompensée d’un Eisner Award, ce qui n’est pas rien.

Comme je l’ai déjà dit, il était primordial que Lumberjanes se démarque de ses concurrents Angela: Queen of Hel, Harley Quinn, Midnighter, et The Wicked + Divine (sans que ceux-ci ne soient pour autant sous évalués) car son message de tolérance vise directement son cœur de cible, le jeune lectorat.

Là où certains parents n’ont pas l’idée, le courage où le cœur de transmettre ce principe basique d’acceptation de soi ou des autres vis à vis de la différence, Lumberjanes est un véritable outil pédagogique dans cette direction, à tel point qu’il devrait être étudié en classe (dès la 6ème) tant son message (et surtout la manière dont il est transmis) serait tout à fait capable de faire bouger les mentalités.

Je sais d’expérience que le mur à franchir auprès des jeunes dans ce domaine bien précis est quasiment insurmontable. Lumberjanes arrive à point nommé pour faire bouger les choses, que ce prix en soit la preuve, et qu’Urban Comics sache bénéficier de cette récompense pour en diffuser les principes.

Poster un commentaire

Classé dans Gay right of the day

Live. Die. Repeat.


Welcome Back Head

Passé un peu inaperçu le mois dernier, le premier numéro de la mini-série Welcome Back publiée par Boom! Studios (comprenant 4 épisodes, une gageure pour un pitch aussi enthousiasmant et prometteur, sujet même à être développé en plusieurs arcs, personnellement je sens la frustration pointer son nez au bout du compte, mais nous verrons…) m’a énormément plu et je me devais de vous en parler un petit peu, au même titre des dernières publications indé dont j’ai récemment fait la promotion ici.

Scénarisé par Christopher Sebela (Captain Marvel, Ghostet illustré par l’excellent Jonathan Brandon Sawyer (Critical Hit, Imaginary Drugs)Welcome Back décrit le destin lié et similaire de deux protagonistes vivant à travers diverses époques et réincarnations, qui n’ont d’autre choix de façon cyclique que de vivre pour se retrouver, s’aimer, et s’entretuer, quelque soient leur sexe, leur histoire et leur origine…

Les précédentes incarnations de Mali et Tessa ont effectivement vécu au fil du temps des centaines de vies différentes, emprisonnées dans un cycle éternel comme si elles prenaient part à une guerre tellement ancestrale, qu’aucun côté ne se souviendrait de la raison exacte pour quoi il se bat.
Alors que Mali, dont le passé  est loin d’être paisible notamment à cause de son serial killer de beau-père,  prend conscience de sa vie actuelle, elle commence à se remettre en question, notamment sur le fait du pourquoi elle continuerait à se battre. Pendant ce temps, Tessa est déjà sur sa trace…

Welcome Back 001-1

Le trait de Jonathan Brandon Sawyer que l’on peut situer aisément entre celui de Becky Cloonan et Sean Gordon Murphy est absolument fantastique, et la composition de ses pages nous permet de comprendre d’emblée l’enjeu dramatique auquel nos protagonistes font face depuis des siècles. La trame de Christopher Sebela quant à elle laisse déjà entrevoir dans ses détails combien cette réunion mortelle est orchestrée par des forces dont on ignore encore l’importance. Le scénariste a également l’intelligence de s’attarder au début du récit sur la vie un peu rock n’ roll de Mali, harcelée par des groupies de son défunt beau-père,  socialement inadaptée et sous l’emprise d’antidépresseurs. A contrario le personnage de Tessa est encore enveloppé de mystères, on comprend toutefois l’ampleur de sa détermination à retrouver Mali, aidée en cela par des agents capables de lui fournir armes et moyens de transport.

Ce premier numéro démarre donc très fort, se servant du thème de la réincarnation pour décrire une lutte sans fin et d’une extrême violence, tout en se clôturant sur un cliffhanger des plus inattendus et intéressants. Inutile de dire qu’il me tarde de lire la suite.

Welcome Back 001-3

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Lumberjanes #18 : la preview


Pour tous les fans de Lumberjanes (dont je fais bien évidemment partie), cette éminente série publiée chez Boom! Studios depuis l’année dernière vit actuellement la fin d’une époque.
C’est en effet via un véritable baroud d’honneur dans le numéro précédent (qui de mon point de vue, était absolument parfait du début à la fin…), que nous avons pu vibrer grâce aux dernières frasques de l’équipe créative Shannon Watters et Noelle Stevenson, celle-ci laissant son bébé entre de bonnes mains et officiant désormais pour Marvel.
C’est donc le commencement d’une autre ère pour ce titre déjà récompensé par deux Eisner Awards cette année (en tant que meilleure nouvelle série et meilleure publication jeunesse), et nominée pour un GLAAD Award, avec l’arrivée de Kat Leyh (responsable de l’excellent Supercakes) au scénario et Carolyn Nowak aux dessins.

Il n’y a donc pas de raison particulière pour que l’esprit des Lumberjanes soit mis à mal par cette nouvelle équipe créative.

lumberjanes18a lumberjanes18b lumberjanes181 lumberjanes182 lumberjanes183 lumberjanes184 lumberjanes185 lumberjanes186

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Lumberjanes #12 : la preview


Après un week-end particulièrement merdique en matière de représentation d’héroïnes de comics, revenons si vous le voulez bien aux fondamentaux : du comics indé, parce que c’est par là que ça se passe vraiment, une bande de copines inséparables parce que l’amitié, c’est magique, et une série dont le contenu est aussi exceptionnel que la réputation qui l’accompagne.
Au moins ici, il n’y a pas de polémique à chercher. Lumberjanes est le titre qui met tout le monde d’accord.

BOOMBOX-Lumberjanes-012-A-Main-e7ee4 BOOMBOX-Lumberjanes-012-B-Variant-9ee6d BOOMBOX-Lumberjanes-012-PRESS-2-31f16 BOOMBOX-Lumberjanes-012-PRESS-3-fcb73 BOOMBOX-Lumberjanes-012-PRESS-4-9a31e BOOMBOX-Lumberjanes-012-PRESS-5-2a932 BOOMBOX-Lumberjanes-012-PRESS-6-36db3 BOOMBOX-Lumberjanes-012-PRESS-7-14e23

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Space Jail


Cluster head

Sorti il y a pratiquement un mois dans l’indifférence quasi générale, le premier numéro de Cluster paru chez Boom! Studios avait pourtant de quoi séduire les amateurs de science fiction et d’artillerie lourde dont l’Aliens de James Cameron en est la plus belle représentation.
Faisant en effet immédiatement penser à quelques classiques du genre tels que Starship Troopers, Ghosts of Mars ou encore Fortress (oui oui, vous m’avez bien lu ^^) cette nouvelle série écrite par Ed Brisson et dessinée par Damian Couceiro se révèle être une véritable pépite dont l’éditeur de Lumberjanes peut encore s’enorgueillir.

Nous suivons ainsi les (més)aventures de Samara Simmons, fille d’un politicien très médiatique qui doit purger une peine de 15 ans de prison pour avoir conduit en état d’ivresse et causé la mort d’une personne.
Envoyée dans un complexe militaire situé sur une autre planète, Samara se réveille après un voyage de deux ans en état d’hibernation et va vite faire la connaissance de ses co-détenus, à commencer par Grace, qui essayera tant bien que mal de tisser quelques rapports amicaux sans grand succès.
Mais sur Midlothian, on est pas là pour rigoler. Cette planète censée accueillir dans une dizaine d’année les premiers colons terriens doit pour le moment être assainie d’une invasion extra-terrestre, où les Pagurani, une race belliqueuse ne cesse d’assiéger et détruire les infrastructures déjà établies.
Le job de Samara pour les 15 ans à venir sera des plus simples, faire en sorte que la colonisation de Midlothian se déroule pour le mieux en poutrant le plus de Pagurani possible. Une règle à respecter cependant, chaque détenu possède une puce implantée dans la poitrine qui explosera en cas d’absence prolongée de plus de 24 heures hors du complexe.

Cluster 001

Sacrément bien inspirée, Cluster nous offre une héroïne badass en quête de rédemption, et des personnages secondaires aussi antipathiques que monstrueux (mention spéciale pour Slarreg que je kiffe déjà).
Alors oui, certains pourront penser que c’est du déjà vu, mais ce numéro rempli pleinement le cahier des charges du genre dans lequel il s’inscrit, avec une trame sans aucun temps mort où notre héroïne se retrouve dans de sales draps dès la fin du premier opus.

Cluster c’est donc de la SF hard boiled comme on les aime, et comme on aimerait d’ailleurs en voir plus souvent, ce qui est sûr c’est qu’avec ce titre, Ripley a désormais trouvé sa digne héritière.

Cluster 001-000

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day