Archives de Tag: Dynamite

Relooking Extrême


Avec la mini-série Swords of Sorrow, Dynamite avait demandé à Gail Simone de rendre hommage aux héroïnes de son catalogue, réunies autour du trio phare Red Sonja, Vampirella et Dejah Thoris, entourée dans ce crossover aux titres multiples de Kato, Jungle Girl, Lady Rawhide, Jennifer Blood et Masquerade pour ne citer qu’elles.
Mais c’était mal connaître la scénariste de penser qu’elle allait abandonner ces divas en si bon chemin. Celle qui a transcendé Batgirl avait en effet planifié depuis le début de remanier le destin de ces trois héroïnes, en faisant repartir leurs séries respectives au #1 après l’event, et en demandant à sa comparse de toujours Nicola Scott de leur offrir un nouveau look… pour une nouvelle vie.

Le résultat est très réussi, gardant le côté sexy et quelque peu sulfureux de chacune des demoiselles, tout en couvrant un peu leurs généreux atouts. Elles vont ainsi pouvoir repartir de plus belle grâce à des artistes de talent tels que Marguerite Bennett (DC Comics Bombshells, A-Force, Angela) et Aneke (Legenderry: Red Sonja, Damsels) pour Red Sonja qui débutera en janvier 2016, le mois suivant c’est au tour de Dejah Thoris de voir ses aventures être écrites par Frank J. Barbiere (Avengers World, Solar: Man of the Atom), enfin, c’est Kate Leth (Adventure Time) qui va avoir la responsabilité de s’occuper en personne de la reine des vampires dès le mois de mars.

Rien de tel qu’un bon petit dépoussiérage pour remettre en selle tout ce joli petit monde, Red Sonja était déjà bien revenue sur le devant de la scène grâce au récent run de Gail Simone, il en sera bientôt de même avec Vampirella et Dejah Thoris bien qu’ici, nous ne connaissions pas encore les noms des illustrateurs crédités sur ces deux titres. L’enthousiasme de Simone sur sa page Facebook fait en tout cas rêver, plus que quelques mois à patienter pour voir ce que ça donne, Newsarama nous en dit d’ailleurs un peu plus sur ce qui attend nos héroïnes.

RSRedesign2015-NicolaScott DejahRedesign2015-NicolaScott VampiRedesign2015-NicolaScott

3 Commentaires

Classé dans Goddess of the day

Dinosaurs Vs Aliens : la review de Julien Lordinator


Rapide Review  : Dinosaurs Vs Aliens

1

Le principe des «Versus» a le vent en poupe depuis de nombreuses années, que ce soit dans les comics, les jeux vidéos ou même le cinéma.
Dans le monde des jeux vidéos, le principe fait la joie des amateurs depuis des années : Marvel Vs Capcom, Mortal Kombat Vs DC Universe, Capcom Vs SNK ou encore le très populaire Plants Vs Zombies, le principe est déclinable à l’infini, le jeu vidéo permettant aisément ce genre de fantaisie.
Dans le domaine du cinéma, la chose n’en est pas moins facile et rempli à foison les bacs à DVD des magasins avec des titres comme Boa Vs Python, MegaShark Vs Crocosaurus et tout plein d’autres rencontres tout aussi délicieusement bis, les seuls exemples notablement plus «  affinés  » furent les anecdotiques Alien Vs Predator et Freddy Vs Jason.
Pour ce qui est des comics, ce principe est historique et fait partie intégrante du média et fut même à une période résolument événementiel : que ce soit des rencontres internes avec les Wonder Woman Vs Superman, Superman Vs Flash et consort et/ou inter-compagnies avec les légendaires Spider-Man Vs Superman ou Teen Titans / X-Men, ces rencontres musclées attirent les lecteurs et sont souvent une promesse de combats homériques sur fond de conflits inter-dimensionnels. Ce principe de combats organisés trouvera d’ailleurs un écho notable avec les deux fameux Contests of Champions chez Marvel et l’historique DC Vs Marvel.

Mais revenons au sujet principal.
Dinosaurs Vs Aliens est donc un comic mettant face à face des dinosaures et des extra-terrestres… Bon, j’avoue : dit comme ça, je suis sûr que la plupart des personnes qui lisent cette review n’ont pas pu s’empêcher d’esquisser un sourire et pourtant et comme je le répète souvent, il n’y a pas de mauvais concepts, juste de mauvais scénaristes.

2

Le concept de Dinosaurs Vs Aliens fut à l’origine pensé pour le cinéma mais par manque de moyens (surtout de producteurs en fait…), le réalisateur-scénariste Barry Sonenfeld (Men In Black, La Famille Addams) laisse finalement son scénario entre les mains de Grant Morrison afin que celui-ci le remanie pour en faire un comic afin, selon ses dires, d’avoir un matériel plus concret pour démarcher les producteurs.
Un concept aussi étrange fait clairement penser aux films de série B dont je parlais un peu plus haut qui font le bonheur des solderies ou des samedis soirs de la TNT, mais avec quelqu’un comme Grant Morrison aux commandes, on peut s’attendre à quelque chose qui sorte un peu de l’ordinaire.

Tout d’abord ce qui frappe avec Dinosaurs Vs Aliens, c’est son aspect visuel absolument sublime : les planches sont une succession de claques graphiques comme je suis sûr peu de lecteurs en ont vu et les quelques morceaux choisis qui égaieront cette review seront là pour vous le prouver. Réalisé par l’artiste indien Mukesh Singh, visuellement, Dinosaurs Vs Aliens est tout simplement, je vais me répéter mais tant pis, sublime ! Je ne vois pas trop ce que je pourrais ajouter de plus, les images parlent d’elles même…

3

Du côté du scénario, Grant Morrison se sert de cette rencontre inopportune afin de dresser un triste constat et un questionnement de la colonisation, à la lecture, cette critique n’est pas vraiment subtile et paraît évidente dès les premiers méfaits des extra-terrestres : les dinosaures, définis par les extra-terrestres comme une race barbare et insignifiante de part leur avancée technologique quasiment inexistante malgré leurs millions d’années d’existence, semblent à leurs yeux «sacrifiables» afin de pouvoir étendre leur race.
Cette interrogation se fait via l’un d’eux, scientifique de surcroît, qui s’interroge sur la légitimité de ceux que lui et ses semblables s’apprêtent à faire car après les avoirs observés, il se rend compte que malgré leur aspect violent et primitif, les dinosaures vivent en clan, s’entraident même parfois entre races différentes et sont même capables de sentiments.

4

Du côté des sauriens géants, on suit le périple d’une femelle Tyrannosaure et son combat face à la première vague d’attaque des extra-terrestres pour protéger ses petits, enragée par la mort de l’un d’eux.

Avec son aspect visuel absolument ébouriffant, son scénario certes un peu grossier dans sa critique de la colonisation mais néanmoins d’une efficacité brute de décoffrage, Dinosaurs VS Aliens est malgré son postulat de départ une véritable œuvre à part dont ont ne peut être déçu que par une chose : Son absence de suite car ce premier volume se termine par un frustrant «Fin de la première partie» et que trois ans après sa parution, on attend une hypothétique seconde…

Dinosaurs Vs Aliens de Barry Sonnenfeld, Grant Morrison et Mukesh Singh, disponible depuis le 10 juillet 2012 chez Dynamite Entertainement

5

 

6 Commentaires

Classé dans Comic of the day

Swords of Sorrow, les Dynamite Girls de Gail Simone


Puisque la grande mode en ce moment se résume à ce que chaque éditeur se mette à s’intéresser un peu plus sérieusement aux héroïnes de leur catalogue respectif, c’est au tour de Dynamite de passer le cap en faisant appel à Gail Simone pour lancer une mini série de 6 numéros regroupant ses personnages féminins les plus emblématiques, à commencer par le tiercé gagnant de l’écurie, Red Sonja, Vampirella et Dejah Thoris, accompagnées de Kato, Jungle Girl, Lady Rawhide, Jennifer Blood et Masquerade, sans oublier les fameuses badgirls de Chaos! Comics qui appartiennent désormais à l’éditeur (hormis Lady Death, qui elle se retrouve chez Avatar Press).

Pour ce faire, Simone a recruté une équipe de scénaristes exclusivement féminine dont les noms ne vous seront sans doute pas inconnus : Nancy A. Collins, Mairghread Scott, G. Willow Wilson, Erica Schultz, Leah Moore , Marguerite Bennett , Emma Beeby et Mikki Kendall .
Le premier numéro s’offre une pléthore de variant covers illustrées par J. Scott Campbell, Jenny Frison, Emanuela Lupacchino, Robert Hack, Joyce Chin, Tula Lotay, Nei Ruffino, Billy Tan et Cedric Poulat

Voilà ce qui se trame, j’aime le genre lié aux pulps et aux récit d’aventure, depuis toujours. Mais alors que les comics ont souvent été dominé par les hommes, les plups semblent l’être encore plus. La plupart des grands noms de stars et de créateurs sont des mecs, et c’est très bien, c’est super.
Mais ça m’a frappé … et si ce n’était pas le cas ? Et si les pulps étaient également écrits avec les lectrices à l’esprit, avec des personnages féminins impressionnants mis à l’honneur ? C’est le scénario que nous imaginons, et c’est une sorte d’explosion.
Les principaux personnages sont Red Sonja, Vampirella et Dejah Thoris, mais c’est comme une large épopée, un événement plus dense puisque nous avons aussi Kato, Jungle Girl, Lady Rawhide, Jennifer Blood, et tant d’autres. C’est le crossover que je rêvais quand j’étais enfant, et maintenant nous sommes sur le point d’y arriver.
Nous sommes entourés des meilleurs écrivains, on leur a donné une combinaison amusante de personnages et on les a laissé en liberté. Ce sont des créatrices telles que G. Willow Wilson, Marguerite Bennett, Nancy A. Collins et plus encore, avec des titres comme Vampirella vs Jennifer Blood, Kato vs Masquerade et Red Sonja vs Jungle Girl.
En savoir plus sur ces équipes ce sera pour bientôt, mais c’est juste une quantité ridicule de plaisir que de mettre ces personnages les uns contre les autres, et je suis très fière de cette équipe étonnante de scénaristes, que j’ai trié sur le volet parmi les meilleures nouvelles écrivains féminines d’aventure. Il n’y a jamais eu de tel crossover dans les comics comme celui-ci, jamais.

Le premier numéro de Swords of Sorrow est prévu pour le mois de juin, l’intérieur est signé Sergio Davila.

2 Commentaires

Classé dans Comic of the day

Welcome to the Jungle… again


Ici on porte un intérêt tout particulier envers les fameuses Jungle Queens et dinosaures de tout poils (oui, enfin façon de parler), alors lorsque l’un des maîtres du genre, Frank Cho, annonce le retour de sa mythique Jungle Girl pour une troisième saison chez Dynamite à partir du mois d’avril, on se frotte bien évidemment les mains.
Toujours accompagné du scénariste Doug Murray qui avait déjà œuvré sur la saison deux du titre ainsi que Savage Red Sonja (oui, Athena c’est également lui, mais c’est loin d’avoir été sa meilleure prestation…), Cho laisse la main au dessinateur Jack Jadson (Red Sonja: Unchained, Vampirella: Tales Feary) pour s’occuper de la belle ainsi que tout le bestiaire qui s’impose. Monkey Boy va continuer quant à lui à délivrer les couvertures. 

4330958-jgsea3-01-cov-a-cho

La troisième saison de Jungle Girl reprend exactement là où la série précédente s’était terminée, après l’évasion de Jana d’une ville sous-marine où vivait une créature gigantesque d’un autre monde. Son père lui révèle que ses actions ont condamné Le Monde Perdu dans lequel ils vivent tous, c’est alors qu’un espèce de tunnel apparaît dans le ciel et que des débris enflammés commencent à tomber à travers lui. Au moment où la jungle est en flammes, Jana et ses amis doivent gérer des mastodontes en pleine panique, et des indigènes belliqueux. De plus, le tunnel présente une nouvelle menace redoutable, comme si le feu provenant d’une autre dimension ne suffisait pas.

Vous l’aurez compris, le fan service sera de mise dans cette série mais peu importe, on a quand même le droit de temps en temps de mettre son cerveau en mode éco, et puis ça ne fait pas de mal surtout si c’est pour repartir de plus belle !

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Jolie Couv’


Bon, vous allez sans doute me dire que cette rubrique devrait finalement s’appeler « Jolie Couv’ de Red Sonja » tellement nous la retrouvons de plus en plus régulièrement mais que voulez-vous, c’est quand même pas ma faute si Dynamite sait y faire avec l’exposition de l’un de ses titres phares.
Stéphanie Hans, avec le style superbe qu’on lui connait nous offre une Red Sonja d’anthologie, à l’iconographie bien plus puissante que celle que nous propose Jenny Frison (qui est une artiste que j’adore, forcément) ce mois-ci.

RSv2-09-Cov-2

Je vous invite a regarder la preview de ce numéro chez les copains de Buzz Comics.

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Red Sonja #5 : la preview


Red Sonja est l’une des innombrables héroïnes dont je parlerai samedi prochain à la Paris Comics Expo ! Regardez comme elle attend cela avec impatience !
RSv2-05-Cov-2 RSv2-05-1 RSv2-05-2 RSv2-05-3 RSv2-05-4 RSv2-05-5

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Red Sonja #2 : la preview


Pour les amoureux(ses) de la Rouge Sonya, en avant pour la méga preview.

RSv2-02-Cov-Scott2RSv2-02-1 RSv2-02-2-3 RSv2-02-4 RSv2-02-5 RSv2-02-6 RSv2-02-7 RSv2-02-8

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day