Archives de Tag: Witchblade

Witchblade Born Again : la review de Julien Lordinator


Witchblade, Reborne (Again)

1

Ah Witchblade, j’avais déjà dit tout le bien que je pensais de cette série lors d’un précédent dossier publié ici même. Ledit dossier se finissait d’ailleurs à l’aube d’un nouvel arc scénaristique chapeauté par une nouvelle équipe créative, à savoir Tim Seeley et Diego Bernard qui prenait la suite d’un autre duo qui avait marqué durablement la série à savoir le brillantissime Ron Marz et le stakhanoviste Stjepan Sejic.
Aujourd’hui, Tim Seeley et Diego Bernard s’en vont, Ron Marz revient et Diego Bernard laisse sa place à l’italienne Laura Braga. Quel bilan peut-on tirer de la parenthèse Seeley/Bernard et comment s’annonce le retour de Ron Marz ? Réponse par moi-même dans les lignes qui suivent  !

 [ATTENTION SPOILERS !]

Durant la série Artifacts, Jackie Estacado, le détenteur du Darkness profite du fait que la collision entre tout les artefacts à créer un « vide » dans l’espace temps pour utiliser le pouvoir de sa fille Hope et recréer l’univers selon son bon vouloir.
Dans ce nouvel univers, son défunt amour de jeunesse Jenny Romano est vivante et est la mère de Hope et hormis Estacado, toutes les autres personnes liées de près ou de loin aux artefacts n’ont plus aucun souvenir des événements passés, pire, certains dont Sara Pezzini, détentrice de la Witchblade et mère légitime de Hope, voient leur histoire réécrite.

[FIN DES SPOILERS]

Sara n’a donc plus aucun souvenir d’avoir été la mère de Hope et décide de quitter New York et de s’installer à Chicago, devenant détective privée.
C’est sur ce postulat vierge que Tim Seeley commence sa prestation sur la série, ayant ainsi tout le loisirs de créer un univers autour de notre héroïne.
Les premières aventures de Sara la confrontent à une mystérieuse secte dévouée à une mystérieuse « Fontaine », qui en échange de vies humaines confère à ses membres la vie éternelle, les effets secondaires étant que ces bénéficiaires se retrouvent recouverts d’une armure constitué d’os et de viscères.
Dans le même temps, Seeley constitue une base de personnages qui graviteront autour de Sara : Notamment une femme flic bourrue nommée Wosnicki et un nouveau petit ami pour Sara, un magicien appelé Cain. De plus, les menaces se profilent déjà à l’horizon, des motardes sorcières nommées « Les Déesses », une mystérieuse jeune femme nommée Alisa et un politicien aux intentions troubles.

La seconde histoire envoie Sara dans le monde de Faerie ou elle rencontrera Katarina, une précédente détentrice de la Witchblade déjà aperçue dans le crossover Médiéval Spawn/Witchblade (publié en France dans le numéro 1 du magazine Planète Comics chez l’éditeur Semic en avril 1997 (1)). D’une ambiance surnaturelle et gore, ont passe donc à une ambiance radicalement différente typée héroïc fantasy dans laquelle Sara affronte même des dinosaures !
Seeley n’oublie malgré tout pas de continuer à distiller des indices sur les menaces à venir, Alisa et Castor, le politicien, en tête.

Enfin le dernier récit tourne autour d’Esquivel Mohammed, une sorte de chef d’entreprise à la tête d’un conglomérat nommé Mal Analytics et… C’est là que ça se gâte niveau qualité.
Très honnêtement, durant tout cet arc, je me suis demandé où Seeley voulait en venir.
Visiblement, il a dû boucler prématurément tout ce qu’il avait prévu en seulement quelques numéros vu la rapidité d’expédition des intrigues, ainsi les motivations du politicien sont à peine expliquées, tous les personnages des intrigues précédentes reviennent (y compris Katarina) et Seeley tente maladroitement de lier toutes ses intrigues lors d’un duel final assez prévisible. Les sous intrigues sont tout aussi rapidement expédiées, que dire du personnage d’Alisa, longtemps introduit, dont la place se retrouve vite expédiée lors d’un twist final aussi classique que décevant.

Comment peut-on s’expliquer ce final particulièrement rapide ? Très franchement aucune idée, mais d’un point de vue personnel, j’avoue ne pas avoir été passionné plus que cela par les scénarios de Tim Seeley, certes c’était plutôt bon, sympathique à lire mais on était quand même loin de l’orientation plus intimiste et sensible qu’avait donné Ron Marz à la série.
J’adore Tim Seeley, Hack/Slash étant un de mes comics préféré, mais très honnêtement, je pense que son orientation donné à Witchblade était beaucoup trop éloignée de l’optique établie par Ron Marz durant les années précédentes pour maintenir le lectorat.
Pour ce qui est des dessins, rien à redire de ce cotés, Diego Bernard maintient un très bon niveau tout le long de la série, son style détaillé faisant merveille.
La prestation de Tim Seeley sur la série restera selon moi assez anecdotique, dommage car l’auteur a pourtant le chic pour brosser le portrait de personnages féminins assez forts, je vous conseille d’ailleurs de jeter un œil à la série Hack/Slash (et tant qu’on y est au dossier que je lui ai consacré et qui a été publié sur ce blog, un peu d’auto-promo, ça fait pas de mal).

3

C’est donc à la faveur du numéro 170 que Ron Marz reprend du service, et là encore, il y a du neuf et l’heure est au grand chambardement.
La série commence deux ans après la mort de Jackie Estacado. Quoi, comment, Estacado est mort ? Il faut croire que oui, comment, on ne sait pas, on sait juste que c’est Sara qui lui a donné le coup de grâce (2).
Tout est donc revenu tel que c’était avant que Jackie Estacado ne créé son illusion, on retrouve donc notre héroïne au poste de shérif du comté de Saratoga à New York, elle se souvient de toute sa vie passée et n’a plus la Witchblade.
4Ceux qui suivent ou ont suivi la série savent que ce n’est pas la première fois que la belle se retrouve dépossédée, de son plein gré ou pas, de l’artefact. Dans le cas présent, tout est expliqué en quelques pages : Lassée que se soient ses proches qui pâtissent continuellement des ennemis attirés par la Witchblade, Sara demande l’aide de la combattante du Vatican, Magdalena afin de se séparer définitivement du gant maudit. Tant bien que mal et avec l’aide inopportune de Tom Judge, le prêtre défroqué détenteur de l’artefact Rapture, elle réussi à sceller la Witchblade dans un reliquaire, ledit reliquaire finissant au fin fond d’une cache du Vatican.
Sara croit donc être enfin débarrassée de ce fardeau mais c’est sans compter la nouvelle détentrice du pouvoir de l’Angelus, qui s’approprie le gant magique et compte bien tout faire pour que Sara ne glisse de nouveau sa main à l’intérieur.

6

2Dés le début de l’histoire, ont reconnaît d’emblée le style d’écriture de Ron Marz, clair, limpide et allant droit au but, brossant en quelques vignettes le caractère de personnages d’emblée, soit  attachants comme les collègues de Sara (mention spéciale à la jeune adjointe, qui je pense va vite devenir un personnage central) soit détestable comme le maire et son assistant servile.
Je ne me suis pour le moment procuré que le premier tradepaper back, qui contient les 4 premiers numéros (Soit les numéros 170 à 174) et je dois avouer que malgré leur statut d’épisodes de pur mise en place, je me suis surpris à le relire deux fois.
Je vais sûrement encore me répéter mais Ron Marz a véritablement du talent pour rendre ses personnages attachants, mêlant tranches de vie et action débridée sans que l’un n’empiète jamais sur l’autre dans un équilibre quasi-parfait, même si pour le moment il est un peu tôt pour vraiment s’enthousiasmer, ces 4 épisodes laissent néanmoins augurer le meilleur pour la suite.

Passons maintenant à la partie visuelle, avec les dessins de Laura Braga et autant dire que c’est une véritable et bonne surprise ! Bonne surprise car on a donc un nouveau style visuel, n’ayant rien en commun avec ces deux prédécesseurs (Stjepan Sejic et Diego Bernard), très frais et séduisant : Le trait de Laura Braga est clair, tout en finesse et particulièrement agréable, j’ai surtout remarqué un réel effort au niveau des expressions faciales, très réussies et qui parviennent parfaitement à retranscrire les émotions des personnages. Idem pour son encrage, que visiblement elle fait elle même, net et tout en rondeur, renforçant le coté élégant des personnages.
En résumé, je suis conquis par le dessin de la jeune italienne, Laura Braga s’annonce comme une nouvelle artiste à surveiller de près et j’espère la voir encore longtemps travailler sur Witchblade  !

Je ne peux pas non plus passez sous silence l’excellent travail de Betsy Gonia à la colorisation qui en donnant aux dessins des tons pastels et pâles donne une véritable identité et une particularité à la série là où dans le mainstream ont trouve souvent des couleurs criardes et éclatantes, ce parti pris graphique est particulièrement bienvenu et original.

Pour finir, oui, ce reboot de Witchblade est bel et bien une réussite, son postulat de départ permet aux nouveaux lecteurs de s’y intéresser sans problème et le retour de Ron Marz ralliera ceux qui comme moi avaient été dubitatifs durant le run de Tim Seeley.
Un scénario solide, des dessins originaux et réussis, en somme un reboot qui en plus d’être de qualité, mérite que l’on s’y attarde  : Si vous n’avez jamais lu Witchblade, ne sachant pas par où commencer, c’est clairement le moment ou jamais de vous y mettre.

5

  • (1) Crossover qui accessoirement servi également de base à la mini-série Arcanum.
  • (2) La mort de Jackie Estacado sera prochainement conté dans le graphic novel The Death of Jackie Estacado visiblement prévu pour l’année prochaine.

BONUS  !

Rapide review  : Witchblade / Red Sonja

1

Witchblade et les crossovers, c’est un peu une grande histoire d’amour, la porteuse du gant magique ayant croisé un peu tout le monde, de Wolverine à la Justice League en passant par les Aliens et les Predators ou encore Lara Croft, Witchblade a fait des incursions dans un peu tout les univers.
Witchblade rencontre donc aujourd’hui une autre héroïne, emblème de l’heroïc fantasy, vêtue d’un bikini de cottes de mailles et à la chevelure de feu aux vents : Red Sonja !
Une rencontre aussi enthousiasmante qu’improbable, les deux héroïnes vivant à des époques totalement différentes et n’ayant donc que peu de chances de se rencontrer…
Néanmoins, j’avais déjà dit ça pour le crossover Spider-Man/Red Sonja (publié en France dans Spider-Man Hors série 26) et au final, ledit crossover se révéla fort sympathique.
Qu’en est-il donc de ce nouveau crossover ? Et bien, c’est tout aussi sympathique !

Layout 1Déjà le crossover prend un parti pris assez peu évident, celui de ne pas se faire rencontrer les deux héroïnes : En fait, un démon/ange déchu attaque sur deux fronts, le passé et le futur et rencontrera chacune de nos héroïnes à leur époque respective, toutes deux liées par la Witchblade.
Leurs seuls échanges seront par esprits interposés, les deux femmes se parlant de façon astrale.
Tout ça c’est assez tarabiscoté, mais au final, est-ce que ça marche ? Ma foi oui, l’histoire se lit assez bien, est très rythmée et on referme le livre avec la sensation d’avoir passé un bon moment.
Bravo donc au scénariste Doug Wagner de s’en être bien sorti à cet exercice de style qu’est le crossover, auquel il est bien compliqué de donner une originalité.
Note : Chronologiquement, ce crossover se passe avant que Jackie Estacado ne remodèle l’univers, Sara est donc toujours la mère de Hope.

3Cotés dessins, ont trouve un petit nouveau nommé Cesar Razek qui jusque là n’avait bossé que sur des comics à licence (Battlestar Galatica et Stargate) et sur le crossover Hack/Slash/Eva, qui s’en sort avec brio, livrant des pages détaillées et dynamiques à ravir la rétine.
Cerise sur le gâteau, les couvertures (d’ailleurs toutes reproduites dans le TPB) sont signées Ale Garza !

En résumé, un bon petit crossover, original et plaisant à lire en compagnie de deux jolies héroïnes ? Que demander de plus ?

Witchblade : Borne Again Volume 1 disponible depuis le 15 juillet 2014 chez TopCow/Image Comics

Witchblade/Red Sonja disponible depuis le 9 avril 2013 chez Dynamite Entertainement

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Witchblade #173 : la preview


Je travaille d’arrache pied sur la page R du Who’s Who qui je l’espère sera terminée d’ici quelques jours, mais en attendant ne croyez pas que je ne pense pas à vous les enfants, la preuve avec cette preview du prochain numéro de Witchblade, toujours dessinée par Laura Braga (dont j’ai d’ailleurs rajouté la biographie en page B, logique hein) qui fait des merveilles sur ce titre comme vous pouvez encore le voir dans les pages qui suivent, et dont le style épouse désormais complètement le climat de cette série.

Witchblade173_cover-665x1024 Witchblade173_pg1-665x1024 Witchblade173_pg2-665x1024 Witchblade173_pg3-665x1024 Witchblade173_pg4-665x1024 Witchblade173_pg5-665x1024

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Witchblade #171 : la preview


Après un cliffhanger de fou qui clôturait un numéro où Ron Marz nous faisait bien comprendre qu’il reprenait les choses en main comme il se doit (du genre, c’est qui le patron ?), l’attente fut particulièrement longue et éprouvante jusqu’à ce #171, un signe évident que les récentes aventures de Sara Pezzini ne cassaient pas trois pattes à un canard au vu de ce que le scénariste a réussi à (re)faire en un seul épisode.
Superbement mise en valeur par les traits de Laura Braga, Witchblade est une série que l’on a plaisir à redécouvrir et qu’il ne faut donc rater sous aucun prétexte.

WB171-Press-1 WB171-Press-2 WB171-Press-3 WB171-Press-4 WB171-Press-5 WB171-Press-6 WB171-Press-7 WB171-Press-8 WB171-Press-9 WB171-Press-10

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Witchblade #170 : la preview


J’aurai très prochainement l’occasion de vous reparler de Laura Braga, la très talentueuse artiste qui a la lourde tache de reprendre la suite de la série aux côtés de Ron Marz qui lui marque un retour très très très apprécié par les fans de Sara Pezzini.
Mais en attendant, voici une longue preview qui répond je pense déjà à nos attentes, donnons-nous rendez-vous le 30 octobre prochain pour lire la suite !

WB170-press-reader-1-60d5b WB170001-3c0cb WB170002-65e09 WB170003-19d37 WB170004-a3b65 WB170005-ea4c4 WB170006-25426 WB170007-8fed5 WB170008-d8bbb WB170009-9c0cb

2 Commentaires

Classé dans Comic of the day

Laura Braga prend le gant


bla2pOn ne connaissait pas encore l’artiste qui allait illustrer les nouvelles aventures de Sara Pezzini sous la plume (et le grand retour sur la série) de Ron Marz, c’est désormais chose faite en la personne de l’italienne Laura Braga, originaire de la belle ville de Vérone.
Laura a fréquenté l’école internationale de la bande dessinée de Florence, l’Académie Disney de Milan et le stage Comic-Animation de Montimages à Bassens et La Salle, et elle n’a que 17 ans lorsqu’elle présente ses premiers travaux professionnels en 1999, des storyboards pour des publicités télévisées, puis elle a commence à travailler dans la bande dessinée et sur des illustrations pour certains des principaux éditeurs italiens, surtout dans les livres pour enfants.
En 2005, elle rencontre et collabore avec Milo Manara, dont l’influence va la conduire à un style plus réaliste.
Lauréate du Cartoomics Women Award en 2008 en tant que dessinatrice, illustratrice et coloriste, je pense que vous serez d’accord avec moi sur le fait que Sara est entre de bonnes mains….

Elle travaille déjà actuellement chez Top Cow, où on a pu la voir sur le titres Cyberforce et Darkness, concernant Witchblade, aucun visuel n’est encore disponible mais son style ravira, j’en suis sure, les plus stoïques d’entre nous.

.. Laura Braga .

8 Commentaires

Classé dans Artist of the day

C’est pas trop tôt !


En voilà un qui va être content quand il va lire ce billet : après pratiquement deux ans d’attente, Delcourt a décidé de publier la suite de Witchblade, non Julien tu ne rêves pas, ton voeu est enfin exaucé ! C’est en effet le 5 décembre prochain  que sortira le tome 6 intitulé Renaissance, on a pas encore de couverture mais on a un résumé à se mettre sous la dent, c’est déjà ça :

Witchblade 6. Renaissance

Date de parution : 05/12/2012 | ISBN : 978-2-7560-3254-2

Scénario : Ron MARZ

Dessin : Adriana MELO Stjepan SEJIC Rodolfo MIGLIARI

Couleurs : Jonathan D. SMITH Annette KWOK

Série : Witchblade

Collection : CONTREBANDE

RÉSUMÉ DE L’ÉPISODE

En apprenant sa grossesse, l’Inspecteur Sara Pezzini décide de renoncer à son pouvoir. Elle doit donc transmettre le Witchblade à un hôte qui devra se révéler compatible. La nouvelle porteuse, une dénommée Danielle Baptiste, semble avoir toutes les qualités requises… Débute ainsi une nouvelle ère des aventures tumultueuses du Witchblade.

Alors là franchement si vous n’achetez pas cet album, je vais me mettre très très en colère. Et une Katchoo en colère c’est vraiment très moche à voir, déjà que d’ordinaire c’est franchement pas évident. Bref, même si on a pas encore de couv, nous on va pas se gêner pour montrer l’art magnifique de Stjepan Sejic.

2 Commentaires

Classé dans Comic of the day

Somewhere over the Rainbow : Fiche Perso # 8


Nom : Baptiste
Prénom : Danielle
Première apparition : Witchblade #100 (Août 2006)
Gay Power : Tout portait à croire que Danielle Baptiste serait un personnage apparemment insipide et convenu, mais c’était sans compter sur le génie de Ron Marz qui réussi à l’orienter dans une relation amoureuse inattendue et lui donner ainsi toute la densité et la profondeur digne d’un grand personnage féminin. 

.

..

Originaire de la Nouvelle Orléans, fille d’Amos Baptiste et du Capitaine Peyroux (qui a sous ses ordres la détective Sara Pezzini), Danielle « Dani » Baptiste a emménagé à New York pour suivre sa carrière de danseuse, une vocation qui prend ses racines dès son enfance quand sa mère l’amena voir un ballet. Dotée d’un réel talent, elle peine néanmoins à trouver sa voie après l’obtention de son diplôme et continue à suivre des cours auprès de Mme Kostigian qui voit en elle son vrai potentiel.
La première rencontre entre Dani et Sara se fait d’une manière un peu brutale, la jeune danseuse renversant le verre de café que la détective tenait dans la main, sur son chemisier. La Witchblade réagira à ce contact et Dani ne va pas tarder à faire des rêves étranges sur l’artéfact. En quête d’un nouvel hôte pour porter le gant magique car elle est enceinte, Sara se résigne à lui céder son lourd fardeau. Pendant les neuf mois qui vont suivre, Danielle sera la nouvelle élue mais elle apprendra vite que porter le gant et les ennuis qui vont avec n’est pas donné à tout le monde. En éternel questionnement sur sa vie et ses choix, elle commet de nombreuses erreurs et se laisse influencer par le côté sombre de la Witchblade. Au cours de la mini série intitulée First Born, Dani aide Sara à mettre sa petite fille au monde et lui sauve la vie en lui redonnant la moitié de son pouvoir. La Witchblade est désormais scindée en deux parties, Dani hérite du côté lumineux alors que Sara détient la face la plus sombre de cette arme séculaire. C’est cet évènement qui va sceller leur amitié.
Au niveau de son caractère, Dani est justement à l’opposée de Sara, elle est à ses débuts une jeune fille candide et immature qui aime particulièrement se regarder dans un miroir. Sentimentalement, on ne peut pas dire qu’elle soit non plus très maline, cédant aux avances du premier venu, qui se trouve être le fils de Kenneth Irons, le premier ennemi notoire de Sara Pezzini.


Mais apprenant toutefois de ses erreurs, le personnage de Dani gagne petit à petit en profondeur. Elle accepte de remplacer son professeur de danse, considérant que c’est peut-être le petit coup de pouce qui lui manquait dans sa vie. Elle fait alors la connaissance d’une de ses élèves prénommée Finch dont elle va bientôt découvrir les douloureux problèmes, ainsi qu’une attirance qui va devenir peu à peu réciproque. Troublée par les avances de Finch, Dani n’hésite pas à se compromettre, ainsi que Sara (qui entre temps est arrivée est au bord du gouffre en se laissant dominer par le côté obscur de la force) pour aider sa nouvelle amie. La confrontation entre les deux Witchblades est inévitable, et un combat dantesque impliquant également l’Angelus, (l’entité de lumière à l’opposé du Darkness et co-fondatrice de la Witchblade) fait rage. Dani dépossédée de sa partie du gant ne doit son salut qu’à l’arrivée de Finch, littéralement habitée par l’Angelus qui se sert d’elle comme moyen de transport pour arriver à son véritable destinataire. Dani était en effet depuis toujours destinée à être l’Angelus, mais elle ne pouvait pas être la détentrice de deux forces en même temps. Gâce à ce nouveau pouvoir, elle réussi à sauver Sara.


Forte de cette nouvelle acquisition, Dani n’en est pas moins démunie face à ses sentiments pour Finch, son indécision provient notament du fait qu’elle croit être sous l’influence de l’Angelus, comme elle l’a été avec la Witchblade. Elle décide néanmoins de prendre un nouveau départ ensemble, Dani et Finch emménagent ainsi à la Nouvelle Orléans, c’est à ce moment  là qu’elle s’affirme en tant que nouvelle Angelus et ses sentiments ne feront plus aucun doute. La mini série Angelus s’avère être un tournant dans l’évolution du personnage de Dani, Ron Marz arrive d’une manière très subtile et touchante à cerner les interrogations et les doutes du personnage sur son identité sexuelle. Lors d’une scène où elle est obligée de faire son coming out à son père qui les a surpris elle et Finch, l’auteur souligne extrêmement bien la difficulté d’une telle situation. Enfin, les scènes intimes entre les deux protagonistes, sublimées par les dessins de Stjepan Sejic évitent tout voyeurisme tout en étant extraordinairement sensuelles.

La série Witchblade nous offre donc une réelle surprise avec ce personnage qui au premier abord paraissait quelque peu banal en devenant à la limite un valeureux sidekick pour Sara Pezzini. La direction que prend le personnage est d’autant plus interessante qu’elle est abordée avec beaucoup d’intelligence. C’est une démarche que l’on retrouve chez d’autres auteurs comme Greg Rucka ou Brian K Vaughan, qui utilisent l’homosexualité de leur personnage dans un but précis et non par facilité mercantile ou voyeurisme.

7 Commentaires

Classé dans Somewhere over the Rainbow