Archives de Tag: Batwoman Hydrology

Batwoman Volume 1 : Hydrology


Allons droit au but : la question est de savoir si oui ou non il est nécessaire d’acheter le HC de Batwoman Hydrology en vo alors que la vf  sera publiée chez Urban Comics au mois d’août. A l’époque où je l’ai acheté pour moins de 12 €, c’était évident, à l’heure actuelle rien n’est moins sûr, non pas pour le rapport qualité prix (car la qualité est là vous le savez) mais plutôt pour le nombre restreint de pages (144 je crois), ce TPB reste en effet assez light surtout si on le compare à Elegy. Malgré ce détail, l’intérieur est magique. Une page comprenant les couvertures époustouflantes de JH Williams III en couleurs et noir et blanc séparent chaque numéro, et l’on a même droit à quelques petits bonus à la fin du livre avec notamment un dessin inédit de Batwoman qui figurera sur le fameux mur des locaux de DC Comics parmi les autres héros des New52 pour représenter le nouvel univers DC. Je défie quiconque de me dire qu’il a regretté son achat, mais pour les autres il faudra comparer les deux objets attentivement (c’est prévu) pour savoir qui entre la version de DC ou d’Urban est la plus incontournable… si vous devez choisir entre les deux (et ne comptez pas sur moi pour aligner deux mots dans la vidéo qui suit, car comme dirais l’autre je n’ai rien à dire mais tout à écrire).

Publicités

8 Commentaires

Classé dans Comic of the day

Bonté Divine


Aujourd’hui j’ai reçu Batwoman Hydrology dans ma boite aux lettres. Elle est arrivée comme ça sans prévenir, et moi trop occupée à défiler sous une chaleur abominable (d’ailleurs ça n’a pas loupé, j’ai la migraine) pour la Gay Pride Toulousaine, je ne me suis même pas aperçue qu’elle était déjà là, prête à m’ouvrir ses bras dans son hardcover prestigieux aux pages chatoyantes… (je sais, je suis une véritable poétesse)
Demain, je vous montre tout ça en détail, j’avais bien tenté quelque chose ce soir dans une petite vidéo mais l’éclairage tout pourri qu’il y a dans mon appart ne mettait pas du tout en valeur cet objet fabuleux. Et vous savez qu’ici, on ne plaisante pas avec Batwoman pas vrai ?

7 Commentaires

Classé dans Comic of the day

En attendant Batwoman


Arrêtez absolument TOUT ce que vous êtes en train de faire, oui je viens de dire absolument TOUT : regarder Transformers 2 sur TF1 (de toute manière ça y est, Megan Fox a déjà fait son stip-tease), faire un Chatroulette, et même lire mon merveilleux blog (ah non pas ça) et regardez l’image qui suit :

Batwoman Hydrology est à 11.73 € sur The Book Depository !!! (ah merde, j’ai oublié de vous dire de vous asseoir avant de vous annoncer ça…) oui 11.73 € mesdames et messieurs et ce grâce à une double promotion : -25% auquel se rajoute un petit -10% ! Et rajoutons à cela des frais de port gratos !
A un moment donné dans la vie, moi je dis qu’il faut savoir prendre ses responsabilités ! A bon entendeur !

9 Commentaires

Classé dans Comic of the day

Batwoman #5


En fin de compte, le temps passe vite. Car c’est en effet avec ce numéro que se termine le premier arc de Batwoman, un arc riche en évènements, en surprises aussi mais avant tout une explosion graphique dès qu’apparaît la déesse de Gotham. Il est en effet un peu à l’image de la couverture de ce 5ème numéro (la plus belle à ce jour selon moi), une vision dantesque de toute l’étendue psychologique d’un personnage qui est en phase de devenir depuis quelques mois un protagoniste majeur du Bat Univers (pour moi c’est déjà le cas) mais également de l’univers DC.
Car non seulement dans ce 5ème opus Kate Kane arrive enfin à évoluer d’une certaine manière suite à la disparition de sa soeur (vous aurez remarqué que j’ai employé le terme de disparition… ;)), mais elle est également amenée à prendre une décision très dangereuse et très ambiguë pour son rôle même de justicière. JH Williams III emmène en effet son héroïne aux limites de ce qu’elle s’était sans doute fixée, alors que la loyauté pour son mentor jusqu’ici inébranlable et guidée par les principes du corps des marines semble s’effriter un peu plus chaque jour.
Inutile de vous dire que celle-là je ne m’y attendais pas du tout, et quoi de plus exaltant que de se laisser surprendre ainsi par un retournement de situation inattendu et qui laisse présager un deuxième arc tout aussi impressionnant que le premier.

Pour ce qui est de l’intrigue concernant la Wheeping Woman, je dois dire que je reste quand même un peu sur ma faim, elle aurait sans doute mérité un numéro supplémentaire, car même si ses motivations et ses origines sont ici dévoilées, je lui aurais vu certainement un traitement un poil plus détaillé. Ceci dit, je n’ai pas encore relu les 5 numéros à la suite, pour justement me replonger dans la globalité  du récit, chose qui ne serait tarder…
Que dire de plus à part que comme d’habitude les dessins sont somptueux, à l’image des épisodes précédents, mais je suis tout aussi excitée de découvrir ceux d’Amy Reeder qui reprend la suite dès le mois prochain.
Je sais, je me répète, Batwoman reste un monument à chaque nouveau récit, j’espère du moins que j’arrive à convaincre les plus sceptiques d’entre vous, sinon je ne sais plus quoi  faire !

1 commentaire

Classé dans Comic of the day

Batwoman #4


Honnêtement, je dois vous avouer qu’il est un peu difficile pour moi de pouvoir chroniquer ce quatrième numéro de Batwoman, car je vis actuellement des moments pas très gais. Et pourtant j’avais attendu ce nouvel épisode avec tellement d’impatience et d’enthousiasme (comme tous les autres, me direz-vous), mais des évènements personnels ont bien réussi à altérer  ce petit moment de bonheur jouissif , mon moment à moi ou je retrouve mon héroïne, celle qui me rend fière de lire des comics, fière d’être lesbienne, fière d’être moi.
Je brûlais en effet de connaitre ce fameux « morning after », comment JH Williams III allait-il réussir à négocier la relation Kate/Maggie à ce stade de l’histoire, allait-il suggérer les moments intimes de cette première fois avec la justesse et la finesse que nous lui connaissons, ou allait il une fois de plus mettre son immense talent au service d’une des plus belles scènes d’amour jamais dessinée dans l’histoire du comic-book ? Dit comme ça, je pense que vous avez déjà deviné la réponse.

A vrai dire, pouvait-il en être autrement ? Pouvions-nous faire demi-tour ? Williams III ose ce que personne n’avait osé dans un comic mainstream auparavant, une scène d’amour entre deux femmes, sans voyeurisme ni facilités hétéronormées, et cela dans une succession de splash pages (Haters gonna hate)  où s’accole le sort tragique de la flamboyante Flamebird. C’est juste phénoménal.

Car ne vous méprenez pas, ce nouveau numéro est bel et bien tragique et rempli d’incertitudes, pleinement dans la continuité du précédent, tant et si bien que l’étau se resserre à vitesse grand V pour Batwoman, et à tel point que moi même je ne peux en prédire la suite. Ici encore, de nombreux indices sur l’intrigue-l’enquête- nous sont donnés avec parcimonie, ce qui nous aide à y voir un peu plus clair, tout en nous laissant sur notre faim, forcément.
Et en même temps, on ne peut pas aborder ce Batwoman #4 sans évoquer le personnage de Cameron Chase qui est ici extraordinaire, machiavélique, parfaite, je ne peux m’empêcher désormais de vouloir me commander la série crée par Williams III dont elle porte le nom.

Comme à leur habitude désormais, JH Williams III et W. Haden Blackman nous offrent le grand frisson, une immersion totale dans un univers à part, une aventure sans nulle autre pareille, un choc visuel à chaque page qui épouse avec justesse une vision touchante et vibrante d’un auteur pour son héroïne, c’est une déclaration d’amour, une expérience qui fera date dans l’histoire de la BD US, je suis sûre que dans quelques années on parlera d’un avant et d’un après Batwoman.

6 Commentaires

Classé dans Comic of the day

Batwoman #3


Si certains d’entre vous avaient encore un doute sur le fait que Batwoman est un chef d’œuvre autant sur le plan visuel que scénaristique, ce troisième numéro est fait pour vous. Autant vous le dire de suite, j’en ai eu la chair de poule. Je n’avais pas ressenti ça depuis Elegy, ce qui me fait dire que même si Williams III n’est pas Rucka, il vous attrape de la même manière, vous saisi au cœur, et vous laisse ensuite par terre comme une merde à devoir attendre un mois pour lire la suite. Mais mon Dieu, qu’est-ce que c’est bon.
Alors oui, je suis sans doute une midinette à trembler de peur lorsque Kate Kane se retrouve littéralement happée dans les profondeurs aquatiques par la Llorona, cette créature fantomatique qui va jusqu’à sonder son esprit et trouver la faille qui depuis son enfance a toujours guidé ses pas. De la même manière, je me délecte de ces fameuses double page où elle bondit, se débat, vole dans les airs, court cape au vent, assène des coups et enfourche sa moto. Ensuite je vibre d’émotion au moment elle essaie de tout faire pour protéger sa cousine de tout danger, quitte à employer la manière forte et se faire détester par elle.

Intriguée je suis par la tournure que prend l’enquête de l’agent Chase qui questionne tout son entourage, et qui est surement sur le point de trouver une brèche. Enfin, et évidemment je suis comblée par l’évolution de la relation Kate/Maggie, un pur moment de grâce et de romantisme lesbien (nous noterez mon objectivité) dont je ne me suis toujours pas remise.
Et c’est là que l’on est forcé de se dire que ces 22 pages ne suffisent vraiment pas, car finalement tant d’aspects de la vie de Kate/Batwoman sont traités que forcément dans le lot, l’un des volets de l’intrigue s’en retrouve lésé. C’est le cas ici pour la Llorona, dont on n’apprend toujours pas grand chose (malgré les sept premières pages toujours aussi époustouflantes), mais cet épisode reste essentiellement centré sur  Kate et la force des relations qu’elle entretient avec Bette et Maggie. Pour moi c’est juste parfait.
Si on rajoute à cela (enfin !) la première apparition de Flamebird dans son costume (et quel costume nom d’un chien ! Il n’a rien à envier à celui de sa cousine),  vous obtenez la perfection, ou du moins surement le meilleur numéro de Batwoman que j’ai pu lire jusqu’à maintenant.
Mais quel bonheur…

18 Commentaires

Classé dans Comic of the day

Batwoman #3 : La preview


Yepah !
Un Dos Tres, un pasito pa’lante María
Un Dos Tres, un pasito pa’atras.

Written by J.H. WILLIAMS III and W. HADEN BLACKMAN; Art and cover by J.H. WILLIAMS III
Horror! Batwoman faces the terrifying villain stalking Gotham City’s children. Can she defeat the gruesome monster in time to save the city’s most innocent victims? Intrigue! Kate Kane unearths a ghost she has tried hard to bury, even as the D.E.O. closes in on Batwoman. Can Kate outrun her past and Cameron Chase? Romance! Kate’s relationship with Detective Maggie Sawyer continues to evolve. But will Kate’s nocturnal activities cause a rift between the two?

DC Universe
32pg.
Color
$2.99 US

On Sale November 9, 2011

2 Commentaires

Classé dans Comic of the day