S


Lauren Sankovitch

Lauren Sankovitch est une éditrice qui a travaillé à partir de 2007 pour de très nombreux titres chez Marvel tels que Journey Into Mystery, Thor et Winter Soldier, de même que toutes les publications liées aux Avengers.
D’abord éditrice associée, elle est promue en 2012 en tant qu’éditrice à part entière mais quitte la Maison des Idées en novembre 2013 pour entamer une carrière en freelance.
En 2010 elle reçoit le prix Woman of Distinction de la part de l’association Friends of Lulu pour l’aboutissement de son travail exceptionnel au sein l’industrie.

Marguerite Sauvage

MargueriteSauvageMarguerite Sauvage est une artiste Française vivant à Montréal. Après avoir obtenu une licence en droit et communication en 2001, elle préfère rediriger sa carrière vers un domaine qui la passionne depuis toujours, et décide de devenir illustratrice.

Elle travaille alors dans de nombreux secteurs pour des clients aussi variés que des publicitaires (Louis Vuitton, LVMH, L’Oréal, PlayStation, Apple, Motorola, Citroën ou Orange), ou de nombreux magazines de mode (Elle, Cosmopolitan, Marie Claire...) très sensibles envers son style à la fois élégant, fluide, et influencé par les formes et les couleurs des années 60. Son travail sera exposé dans de nombreux pays tels que la Suisse, la Corée, l’Amérique Latine et les Etats-Unis.

On la retrouve naturellement dans le domaine de l’édition, elle illustre ainsi la réédition d’Alice au bal masqué pour La Bibliothèque Verte en 2006, tout en officiant pour Bayard, Casterman, Flammarion, Hachette, Le Livre de Poche, Milan, Michel Lafon, Marabout, Pinguin Book, Tashen…

Elle exerce également tout son talent dans le secteur de l’animation, en 2008 elle co-crée avec Ahmidou Lyazidi la série de 52 épisodes Les Aventures culturelles de Monsieur Loutre qui sera diffusée sur France 3 l’année suivante.

C’est en 2014 que l’éditeur Vertigo la remarque et lui demande d’illustrer plusieurs couvertures de la série Hinterkind, elle œuvrera ensuite pour la maison mère DC Comics, pour laquelle elle dessinera le 7ème numéro de Sensation Comics featuring Wonder Woman, un opus qui fera effectivement sensation auprès des critiques.

Tout va s’enchainer très vite pour Marguerite, on la retrouve en effet créditée sur les couvertures de nombreuses séries tout éditeur confondu (Boom! Studios, IDW, Image, Dark Horse, Marvel, Oni Press, Valiant, Dynamite…), sans parler de sa participation sur la pépite DC Comics Bombshells écrite par l’une des scénaristes les plus en vogue du moment : Marguerite Bennett.

Nicola Scott

Nicola_ScottNicola Scott est une artiste australienne (originaire de Sydney) qui a longtemps travaillé pour DC Comics, et dont les œuvres notables incluent Birds of Prey, Secret Six, Teen Titans et Earth 2.
Après une brève carrière d’actrice, Scott décide en 2001 de devenir dessinatrice de comics. Son premier travail comprend des couvertures peintes pour une série intitulée The Watch publiée en Australie par Phosphorescent Comics.

En 2002, elle se rend à la San Diego Comic Con et commence à avoir des contacts au sein de l’industrie. En 2003, elle obtient un travail chez Top Cow ce qui la conduit à être embauchée par DC.

Son premier travail sur le marché américain parait dans Star Wars: Empire #26 (Octobre 2004) publié par Dark Horse Comics.
En Décembre 2005, Wizard magazine la décrit comme un «talent à surveiller». Chez DC, elle collabore avec la scénariste Gail Simone sur Birds of Prey et Secret Six.
En 2010, elle dessine le tie-in de Wonder Woman sur Blackest Night. En Juillet elle est annoncée comme l’artiste des Teen Titans à partir du #88 et elle travaille sur la série jusqu’à la fin de son run avec le #100 (octobre 2011). Elle illustre également Superman vol 3 #3, 5 et 6.

En janvier 2012, DC annonce Scott et le scénariste James Robinson comme l’équipe créative de Earth 2, une nouvelle série axée sur la Société de Justice d’Amérique.
Le chroniqueur Doug Zawisza de Comic Book Resources a loué le travail de Scott sur ​​Superman #6 qu’il ​​compare favorablement à celui de George Pérez, expliquant : « Heureusement, il semble que Scott puisse suivre le travail de Pérez. Alors que Scott est certainement plus ancrée dans la réalité que Pérez (c’est évident dans la scène avec le paysage alien de Jazuur), ces deux créateurs travaillent très bien ensemble. L’art de Scott, de moments de calme comme Lois appelant Clark aux moments les plus forts de la bataille des Supermen, est à couper le souffle, incitant les lecteurs à s’arrêter un certain temps pour l’étudier »

Christie (Max) Scheele

christie_scheeleChristie Scheele est une coloriste et artiste américaine, née le 10 Août 1956 et mariée au lettreur Jack Morelli.
Elle a travaillé essentiellement pour Marvel, sur des titres tels que Daredevil (sur plus de 100 numéros), The Avengers, Thor, Moon Knight, Elektra, Captain America et bien d’autres encore.
Elle est sur le point d’obtenir son diplôme aux Beaux Arts lorsqu’elle rencontre Steve Skeates et Denny O’Neil qui lui montrent pour la première fois un comic-book.
Lorsqu’elle emménage à New York en août 1980, O’Neil lui permet de devenir coloriste chez Marvel alors qu’elle continue à travailler sur ses propres œuvres en tant qu’artiste peintre. Le premier Daredevil qu’elle colorise date de l’ère Frank Miller/Klaus Janson.
L’éditeur Danny Crespi la surnomme « Max » à cause de ses cheveux courts, lorsqu’il décède quelques années plus tard, elle demande à ses éditeurs de se faire créditer sous le nom de Max Scheele le temps d’un numéro pour lui rendre hommage. Mais ce surnom continuera à être utilisé.

Jeanine Schaefer

Jeanine Schaefer est une éditrice qui a travaillé pour DC et actuellement en poste chez Marvel Comics, elle est créditée sur 38 numéros de la série hebdomadaire 52, (dont le #11, où apparaît pour la première fois la nouvelle Batwoman), Contdown to Final Crisis, Supergirl and the Legion of Super-Heroes, Wolverine, Daken: Dark Wolverine, Savage Volverine, X-men…

Diana Schutz

Diana-OfficeDiana Schutz est une éditrice de renom née en 1955 au Canada, elle fut rédactrice en chef de l’éditeur Comico au cours des plus belles années de cette maison d’édition qui fut fondé en 1982 et qui était considéré autrefois comme un concurrent majeur au sein de l’industrie.
Lorsque celui fait fait faillite, son mandat continue chez 
Dark Horse Comics, pour qui elle travaille depuis 1990. Elle est l’éditrice des titres Sin City et 300 de Frank Miller, Grendel de Matt WagnerUsagi Yojimbo de Stan Sakai, et Concrete de Paul Chadwick. Elle est également connue pour son courrier des lecteurs intitulé « Auntie Dydie ». Elle est aussi professeur auxiliaire d’histoire et critique de la bande dessinée au Community College de Portland.

Diana Schutz se passionne pour les comics dès le plus jeune âge. A son adolescence, elle commence  à s’intéresser aux Romance Comics, puis s’éloigne de la bande dessinée jusqu’au lycée où elle étudie la philosophie et la création littéraire. Elle trouve dans les comics, y compris avec Howard the Duck de Steve Gerber une diversion bienvenue face à Platon, Bertrand Russell et Emmanuel Kant, ce qui la fait revenir vers le monde de la bande dessinée. En fréquentant la boutique intitulée The ComicShop (propriété de Ken Witcher et Ron Norton) à Vancouver, elle abandonne finalement ses études en philosophie (avec un diplôme de premier cycle en création littéraire) pour devenir en 1978 l’une des rares clientes de sexe féminin du ComicShop  puis l’une des rares employées féminines, une période où elle dit qu’elle se retrouvait à  « apprendre des compétences sociales, que je n’ai jamais pu apprendre dans la tour d’ivoire du milieu universitaire. » Witcher, Norton et le ComicShop devinrent rapidement les sources capables de lui faire découvrir la bande dessinée, y compris Conan de Barry Windsor-Smith, Captain Marvel de Jim Starlin, Killraven de Craig Russell, et Cerebus de Dave Sim, dont elle fut « l’un des 2000 premiers lecteurs à acheter le #1».

Schutz va travailler dans le commerce de la bande dessinée pendant six ans, passant de Vancouver à la Californie et du ComicShop au  Comics & Comix en 1981. L’année suivante, elle passe du domaine de la vente à l’édition au moyen d’un bimestriel de 32 pages qu’elle met en place pour Comics & Comix intitulé The Telegraph Wire calqué sur The Comics Journal (chaque numéro contenant une interview, commentaires, nouvelles et annonces), et sa production est rapidement devenue son rôle principal au sein du C & C.

Travailler sur The Telegraph Wire lui permet d’entrer en contact avec des créateurs et des éditeurs qu’elle interview. En plus de rencontrer et se mêler avec les éditeurs, les distributeurs, les équipes de promotion et toutes sortes de créateurs, Schutz commence à travailler en freelance pour diverses autres publications, y compris Comics Buyer’s Guide, The Comics Journal, Amazing Heroes et Comics Scene, jusqu’à devenir pendant une période très courte – quatre jours – assistant editor chez Marvel Comics.
En effet, r
ecommandée par son ami Chris Claremont, Schutz devient à 29 ans l’éditrice adjointe d’Ann Nocenti sur les X-Men, mais elle trouve dans cette nouvelle tâche des attentes irréalistes ; elle démissionne finalement au bout de quatre jours. Plusieurs mois plus tard (en 1985), elle et Bob Schreck commencent à travailler pour l’éditeur Comico, qui offre des possibilités de creator-owned, et qui est une structure beaucoup plus petite et personnelle. La première parution où elle est créditée est Robotech : The Macross Saga #3.

Après avoir été l’une des premières lectrices à avoir acheté le premier numéro de Dave Sim, Cerebus, Schutz apprend à connaître l’artiste, et commence à travailler pour lui comme correctrice, d’abord officieusement, puis officiellement de 1994 jusqu’au début de l’année 2001. En 1990, Schutz commence à travailler pour Dark Horse Comics, jusqu’à occuper (en 2007) le poste d’Executive Editor, ayant occupé les postes de Senior Editor, Managing Editor, et Editor-in-Chief. En Décembre 2001, elle est la cinquième membre du personnel en terme de longévité (après Mike Richardson, Randy Stradley, Neil Hankerson et Cary Grazzini), elle a déclaré avoir initialement renoncé au poste de Rédacteur en chef en Décembre 1995, au bout de deux ans, « parce que ce dont il s’agissait, c’était de me mettre dans des réunions à plein temps, écrire des notes et serrer des mains, je n’aurais pas été en mesure de faire de bons comics».

Parallèlement à son déménagement dans l’Oregon, Schutz retourne aux études supérieures, et en 1994 elle reçoit un Master en Arts et Sciences de la Communication à l’Université de Portland, grâce à l’écriture de son mémoire de maîtrise sur les femmes caricaturistes Julie Doucet, Roberta Gregory, et Aline Kominsky-Crumb.

Avec le départ de Bob Schreck de chez Dark Horse, Frank Miller se retrouve sans éditeur et appelle Schutz – les deux sont bons amis – dans l’espoir qu’elle accepte de modifier son travail ultérieur. Initialement réticente, pensant que la relation professionnelle pourrait mettre en péril leur amitié, elle accepte finalement un essai de six mois, qui s’étend dans une relation éditeur-auteur de plusieurs années.

En Juillet 1999, Schutz créé le label Maverick chez Dark Horse, conçu comme un titre générique pour un certain nombre de titres appartenant à leur créateur, dont certains ont déjà été publiés par Dark Horse et d’autres totalement nouveaux. On trouve ainsi des titres aussi divers qu’Hell Boy de Mike Mignola, Usagi Yojimbo de Stan Sakai, The World Below de Paul Chadwick, Grendel de Matt Wagner, et Groo de Sergio Aragonés et Mark Evanier pour n’en citer que quelques-uns, tout en apportant de nouveaux titres tels que The Horror of Collier County de Rich Tommaso et offrir un foyer pour des projets tels que l’adaptation de The Ring of the Nibelung de P. Craig Russell.

Schutz a été mariée à Bob Schreck (maintenant divorcée), et vit à Portland, dans l’Oregon, de même que certains membres de sa famille (y compris sa sœur Barbara, qui est mariée à Matt Wagner). Un personnage nommé Diana Schutz fait une brève apparition dans le #23 de la série Powers, de Brian Michael Bendis et Mike Oeming, en tant que propriétaire d’un restaurant appelé le Dark Horse Coffee. Elle apparaît également dans la série Mage Vol.2 #3 de Matt Wagner).

Marie Severin

MarieseverinMarie Severin est une artiste et coloriste américaine née le 21 Août  1929, connue pour son travail chez Marvel Comics et EC Comics dans les années 50.
Elle grandi dans un foyer d’artistes où son père, un vétéran de la Première Guerre mondiale, fini par devenir un designer pour la marque de mode Elizabeth Arden dans les années 30.
Pendant son adolescence, elle prend quelques mois de cours de caricature et d’illustration, puis va à l’Institut Pratt de Brooklyn le temps d’une journée. Elle travaille à Wall Street lorsque son frère, le dessinateur John Severin, a besoin d’un coloriste pour son travail chez EC Comics.
La première oeuvre qu’elle colorise chez
 EC s’intitule A Moon, a Girl…Romance #9 (Oct. 1949). Elle contribue ensuite à divers séries de la firme, y compris celles sur la guerre et les célèbres comics horrifiques, pour lesquels elle a parfois traité des panneaux particulièrement horribles d’une seule couleur pour atténuer l’effet gore de certaines  scènes.
Lorsque EC cesse de paraître à la suite des audiences du Sénat américain sur les effets de la bande dessinée auprès des enfants et la mise en place du Comics Code, Severin travaille brièvement pour le prédécesseur de Marvel Comics, Atlas Comics, jusqu’à ce qu’un ralentissement de l’industrie vers 1957 l’incite à chercher du travail à la banque de réserve fédérale de New York. 

En 1959, quand l’industrie reprend à nouveau des couleurs, Severin travaille de nouveau pour Marvel. Lorsque le magazine Esquire fait appel à un artiste pour illustrer une histoire « sur la culture de la drogue au lycée », le  directeur de production de Marvel Sol Brodsky offre à Severin le job plutôt qu’à l’un de ses artistes réguliers, tous sur des délais. Son illustration pour le magazine conduit le rédacteur en chef de Marvel, Stan Lee, à lui permette de travailler sur le personnage de Doctor Strange dans Strange Tales.

Elle continue à se perfectionner comme coloriste tout en faisant crayonné, encrage, et parfois même le lettrage sur divers titres. Elle dessine des histoires de Namor et Hulk, et les couvertures ou les intérieurs de titres comme The Amazing Spider-Man, Iron Man, Conan le Barbare, Kull the Conqueror, The Cat, et Daredevil. De plus, elle travaille sur le magazine satirique de Marvel intitulé Crazy.

Dans les années 80, elle est affectée à la division des projets spéciaux de Marvel, qui traite des licences non liées aux comics comme les maquettes de jouets, les films et les projets télévisés, ainsi que l’éphémère label de livres pour enfants, Marvel Books.
Dans les années 90, Severin dessine « Impossible Tale » de Li’l Soulsearchers dans le #31 (août 1998), la série éditée par Claypool Comics, encrée par son compatriote du Silver Age et vétéran Jim Mooney, et elle encre l’illustration de Dave Cockrum dans le #43 (Juillet 2000). Elle a également encré les traits de Richard Howell sur l’histoire « Favor of the Month » dans Elvira #144 (Avril 2005).

Elle a pris sa retraite depuis un certain temps, mais a continué jusqu’au milieu des années 2000 à faire des contributions occasionnelles, comme recoloriser la plupart des histoires produites par EC pour des rééditions rétrospectives. Le 11 Octobre 2007, elle subi un accident vasculaire cérébral, et est transportée à l’hôpital Huntington à Huntington, New York, afin de récupérer.

Elle a remporté le Shazam Award du meilleur dessinateur (Division Humour) en 1974, l’année suivante, elle a été nominée à la fois pour le meilleur encreur (Division Humour) et meilleur coloriste. Elle est intervenue en 1974 à un panel de la New York Comic Art Convention sur le rôle des femmes dans la bande dessinée, aux côtés de Flo Steinberg , Jean Thomas (parfois collaboratrice de son mari Roy Thomas), Linda Fite (auteure de The Claws of the Cat) et Irene Vartanoff. Elle a remporté un Inkpot Award à la San Diego Comic Con en 1988, et a été intronisée au Will Eisner Comics Hall of Fame en 2001. Son travail a été inclus dans l’exposition « She Draws Comics » dédiée aux artistes féminines de comics au Museum of Comic and Cartoon Art de juillet à novembre 2006.

Kristen Simon

Kristen Simon est une éditrice chez Image Comics et sa branche créée par Jim Valentino, Shadowline (où ont été publiés The Pro, Leave It To Chance, Powers, The Walking Dead, et plus récemment Morning Glories et Rat Queens).
Elle est également l’auteure de deux livres pour enfant intitulés Bruce Little Blue Spruce et Tiffany’s Epiphany, et fut gérante d’un comics shop avant de continuer sa carrière dans l’édition.

Gail Simone

1569111-gail_simone_26Gail Simone est une scénariste américaine essentiellement connue pour son travail sur Birds of Prey et Secret Six chez DC Comics. Elle aussi la femme écrivain à avoir œuvré sur Wonder Woman le plus longtemps à ce jour.
Elle est connue pour ses opinions tranchées sur les questions de genre, d’orientation sexuelle, de race, qui se reflètent dans son travail.

Elle étudie le théâtre à l’Université de l’Oregon, puis se destine à être coiffeuse. Bien qu’étant une grande lectrice de comics dès son plus jeune âge, elle cesse de les lire à la fin des années 80, à l’ère du grim and gritty (qui correspond au Dark Age). Elle redécouvre son amour pour le medium après la lecture de Kingdom Come de Mark Waid et Alex Ross.

Même si elle adhère à ce milieu, elle est gênée par le sexisme récurrent dans les histoires de comics de super-héros. Elle compile ainsi une liste des événements dans lesquels les personnages féminins ont été soit mutilés, tués, violés, choqués, ou ont souffert en raison de leur sexe (comme le viol ou la fausse couche), ou bien encore sont utilisés comme simple excuse dans le but de motiver les personnages masculins. Cette liste s’intitule « Les femmes dans les réfrigérateurs » (Women in Refrigerators) référence à un événement dans Green Lantern où la petite amie de Kyle Rayner est tuée et son corps enfermé dans son réfrigérateur par un super-vilain. La liste, une fois postée sur Internet, déclenche une tempête de discussions et de controverses, l’une des conséquences est la création d’une chronique régulière sur Comic Book Resources intitulée You’ll All Be Sorry!

Sa chronique est une satire sur la bande dessinée et l’industrie, et dans le cadre de son mandat, elle écrit un certain nombre de scripts parodiques. Ces parodies sont portées à l’attention de Bongo Comics de Matt Groening, et elle est engagée pour écrire des histoires des Simpsons.
Peu de temps après, elle est embauchée par Marvel pour écrire Deadpool, et son successeur Agent X. Elle quitte la série après un conflit avec l’éditeur, mais revient brièvement pour écrire la conclusion de son arc.

Le premier grand succès de Simone se produit quand elle arrive chez DC et qu’elle reprend l’écriture de son équipe de super héroïnes, les Birds of Prey, qu’elle écrit pendant près de cinq ans. Au cours de cette période, on la retrouve sur des runs courts sur Action Comics, The Legion, The All-New Atom et Gen13 repris par le label Wildstorm.
De plus, elle scénarise des mini-séries telles que Rose & Thorn et Villains United, dont la dernière est devenue la base d’une autre mini-série intitulée Secret Six. En 2007, elle quitte les Birds of Prey pour prendre en charge Wonder Woman, qu’elle écrit pendant deux ans, devenant la femme écrivain a avoir travaillé le plus longtemps sur le titre (bien que contrairement aux idées reçues, elle est loin d’être la première, elle a été précédée par Joye Hummel Murchison, Dann Thomas, Mindy Newell, Trina Robbins, et Jodi Picoult ). Elle quitte Wonder Woman pour relancer une nouvelle série des Birds of Prey en 2010.

Son travail en creator-owned incluent Welcome to Tranquility (chez Wildstorm), sur une communauté de super-héros retraités, et Killer Princesses (chez Oni Press), avec Lea Hernandez. Elle a également contribué à Comic Book Tattoo, une anthologie basée sur les chansons Tori Amos.

En 2011 dans le cadre des New 52, elle écrit la nouvelle série Batgirl mettant en vedette Barbara Gordon. Le premier numéro de cette série est publié en Septembre, et avec elle Simone introduit un personnage nommé Alysia Yeoh, qui plus tard se révélera être transgenre, faisant d’elle le premier personnage transgenre majeur écrit dans un contexte contemporain dans une bande dessinée grand public. Cette même année, alors que sa série Secret Six est annulée, elle collabore avec le scénariste Ethan Van Sciver sur une refonte de la série Firestorm mettant en vedette Ronnie Raymond et Jason Rusch.
En Novembre 2012, des rumeurs laissent entendre la fin de la clause d’exclusivité de Simone chez DC, et de son éventuel départ de la série Batgirl. Le 9 Décembre, elle révèle qu’au lieu de la quitter volontairement, elle a effectivement été congédiée de Batgirl le mercredi précédent, via un e-mail par le nouvel éditeur en charge du titre, Brian Cunningham. Le 21 Décembre, Simone était de retour sur le titre suite à l’ouragan de protestations issu des réseaux sociaux.
En février 2013 est annoncé The Movement, une série qu’elle co-crée avec Freddie Williams II et qui parait chez DC, cette même année elle commence à travailler sur la série Red Sonja éditée par Dynamite, ainsi que Tomb Raider chez Dark Horse en 2014.

Elle a écrit quelques projets de dessins animés pour DC, comme un épisode de Justice League Unlimited appelé « Double Date« , et un épisode de Batman: The Brave and The Bold, avec les Birds of Prey. Elle a également écrit l’histoire originale pour le film animé sur Wonder Woman en 2009, qui a ensuite été scénarisé par Michael Jelenic.

Gail Simone est considérée étant l’une des femmes les plus influentes dans l’industrie de la bande dessinée. Son blog, Women in Refrigerators, est connu pour aider à la sensibilisation de la représentation des femmes dans la bande dessinée. Elle a déclaré que son blog ne cherchait pas à condamner l’industrie pour son usage des femmes, mais de sensibiliser les lecteurs sur la tendance des personnages féminins à être utilisés comme de simples intrigues secondaires. Elle a déclaré que la plupart des personnages féminins étaient ciblées sur le public masculin à cause de leur hypersexualisation, et qu’elle préconisait la création de personnages féminins qui soient égaux aux personnages masculins.

En 2009, elle a été intronisée au Hall of Fame des créatrices de comics par l’association Friends of LuluEn 2010 et 2012, elle est nominée aux GLAAD Awards pour son travail sur Secret Six. En Juillet 2014, elle reçoit le premier True Believers Comic Award for Roll of Honor/Comic Excellence au London Film and Comic Con.

Louise Simonson

Louise_Weezie_SimonsonSimonson, née Marie Louise Alexander, et également créditée sous le nom de Louise Jones, est une scénariste et éditrice née le 26 septembre 1946. Elle est surtout connue pour son travail sur les comics Power Pack, X-Factor, New Mutants, Superman: The Man of Steel, et Steel. Elle est souvent surnommée « Weezie ».
En 1964, alors qu’elle étudie au Georgia State College, elle rencontre son camarade Jeffrey Catherine Jones. Les deux commencent à se fréquenter et se marient en 1966. Leur fille Julianna née l’année suivante. Après l’obtention de leur diplôme, le couple s’installe à New York. Louise pose pour la couverture dessinée par son ami l’artiste Bernie Wrightson sur House of Secrets #92 chez DC Comics (Juin-Juillet 1971), où figure la première apparition de Swamp Thing, et est embauchée par McFadden-Bartell, un éditeur de magazines et distributeur avec qui elle travaille pendant trois ans. Elle et Jeff Jones se séparent à cette époque, mais elle continue à utiliser le nom Louise Jones pendant plusieurs années.
Elle rencontre le scénariste et artiste Walt Simonson en 1973 et le couple commence à se fréquenter en Août 1974. Ils se marient en 1980.

En 1974, elle commence sa carrière professionnelle dans les comics chez Warren Publishing. Elle passe d’assistant éditeur à éditrice des principales séries (Creepy, Eerie et Vampirella ) avant de quitter la société fin 1979.
En Janvier 1980, elle rejoint Marvel Comics, où elle travaille d’abord à nouveau comme éditrice, notamment sur ​​Uncanny X-Men, qu’elle édite pendant près de quatre ans (#137-182). Simonson (en tant que Louise Jones) édite un autre spin-off des X-Men, The New Mutants, en 1983 (après avoir quitté le livre, elle a un « cameo » dans New Mutants #21, dessiné par l’artiste Bill Sienkiewicz). Au cours de cette période, elle a également édité les comics Marvel Star Wars et Indiana Jones.

Fin 1983, elle quitte son travail d’édition chez Marvel pour s’essayer à plein temps à l’écriture en tant que Louise Simonson. Elle créé l’équipe de jeunes super héros Power Pack avec l’artiste June Brigman, qui débute en Août 1984. Simonson écrira la majorité des premiers quarante numéros de la série, colorisant même un numéro (le #18). Son autre travail d’écriture chez Marvel inclus Starriors , Marvel Team-Up, Web of Spider-Man, et Red Sonja.

En 1986, elle démarre un long run en tant que scénariste sur X-Factor. Au #6, son premier numéro, elle et l’artiste Jackson Guice introduisent Apocalypse, un personnage qui allait jouer un rôle majeur dans la franchise X-Men. Au #10, elle est rejointe par son mari, Walt Simonson, aux dessins. Au #25, les créateurs donnent au personnage d’Angel une peau bleue et des ailes métalliques dans un processus qui conduirait à ce qu’il soit rebaptisé Archangel. Son run sur X-Factor comprend les arcs « Mutant Massacre », « Fall of the Mutants, » et « Inferno ». Elle fini son run sur le titre au #64 en 1991.

En 1987, en commençant par le numéro #55, elle devient la scénariste des New Mutants, pendant trois ans et demi, jusqu’au #97 en 1991, c’est au cours de ce run qu’elle et l’artiste Rob Liefeld introduisent Cable, un autre personnage important dans la franchise X-Men. Louise a également aidé son mari Walt Simonson à coloriser son roman graphique Star Slammers en 1983.
Entre 1988 et 1989, elle et son mari coécrivent Havok & Wolverine: Meltdown une série limitée illustrée par Jon J. Muth et Kent Williams qui est plébiscitée par la critique.

Tout au long des années 1990, elle fait de fréquentes apparitions en classe lorsque son mari enseigne des cours de narration graphique à l’École des arts visuels de Manhattan.

En 1991, Simonson commence à écrire pour DC Comics. Elle, l’artiste Jon Bogdanove, et le rédacteur en chef Mike Carlin lancent un nouveau titre sur Superman, Superman: The Man of Steel, titre qu’elle écrira pendant huit ans jusqu’au #86 en 1999. Durant cette période, elle est l’une des architectes de La Mort de Superman, histoire dans laquelle Superman trouve la mort, puis est ressuscité. Dans Superman: The Man of Steel #19, Simonson et Bogdanove introduisent le personnage Steel, qui obtient son propre titre en 1993, et dont elle devient la scénariste jusqu’au #31. En 1997, le personnage a été adapté dans un long-métrage éponyme, Le justicier d’acier (Steel), réalisé par Kenneth Johnson avec Shaquille O’Neal le rôle titre.

En 1999, elle retourne chez Marvel pour écrire une série intitulée Warlock centrée sur un personnage de son travail précédent sur New Mutants. Cette même année, elle écrit la mini-série Galactus the Devourer dans laquelle Galactus meurt temporairement.
En 2005, elle écrit des histoires mettant en scène Magnus  dans Magnus Robot Fighter, et en 2007, elle écrit un one shot avec le personnage de Magik des New Mutants dans le cadre d’une mini série de quatre numéros sous le nom de Mystic Arcana. En 2008-2009, elle écrit plusieurs numéros de Marvel Adventures. Elle a également coécrit avec son mari des numéros de la bande dessinée World of Warcraft pour Wildstorm, basé sur le célèbre du jeu de rôle multijoueur, et une histoire au format manga, basé sur l’univers de Warcraft, pour Tokyopop.

De 1993 à 2009, elle a écrit cinq livres illustrés et onze romans pour jeunes adultes, mettant beaucoup des personnages de DC Comics en vedette. Deux romans, Wonder Woman: The Gauntlet et Wild at Heart, publiés par Bantam Books, sont basés sur le dessin animé Justice League. Elle écrit également un roman pour adulte Batman ainsi que l’ouvrage DC Comics Covergirls.

En 1984, sa série Power Pack remporte un Eagle Award dans la catégorie meilleur nouveau titre (Best New Title). En 1992, elle a remporte un Inkpot Award.

Mary Skrenes

Mary Skrenes est une scénariste, surtout connue pour être la co-créatrice (avec Steve Gerber) d’Omega The Unknown pour Marvel Comics, mais elle a travaillé sur d’autres personnages appartenant à l’écurie Marvel tels que The Defenders et Guardians of the Galaxy.
Elle est la créatrice et l’inspiratrice de Beverly Switzler, la compagne d’Howard the Duck. Pour Omega The Unknown, elle créé les personnages secondaires Amber Grant et Dian Wilkins.
Elle publie un certain nombre d’histoires d’horreur pour DC sous le nom de Virgil North, et commence une longue collaboration avec Steve Skeates. Selon lui, un certain nombre de ses romans policiers étaient en fait co-écrit avec elle, mais elle a insisté pour les soumettre sous le nom de Skeates uniquement à cause du conflit entre elle et l’éditeur Joe Orlando.
Elle obtient son premier travail professionnel pour DC Comics dans les années 1970, écrivant des histoires d’horreur et de romance sous la tutelle de l’éditrice Dorothy Woolfolk.
Elle écrit ensuite plusieurs épisodes de Jem et les hologrammes, GI Joe et Transformers dans les années 1980. En 2004, elle s’associe à nouveau avec Gerber pour écrire l’éphémère Hard Time. Pour des raisons contractuelles, elle n’est créditée que sur la deuxième année de publication.

Marcia Snyder

Marcia Snyder était une dessinatrice de presse ayant travaillé pour les éditeurs phares des années 40 Binder Studio, Timely Comics, Fawcett Comics, et Fiction House. À l’époque où elle a commencé à travailler pour Timely, elle a vécu dans Greenwich Village avec sa petite amie, Mickey. Chez Fiction House, un éditeur connu pour ses séries d’aventures mettant en vedette des héroïnes, elle a travaillé sur des titres tels que Camilla, une jungle-Girl dont les aventures étaient publiés dans Planet Comics.
A la fin des années 70, elle a travaillé en tant qu’assistante sur le comic-strip policier Kerry Drake. Le rôle exact qu’elle tenait n’est pas clair, mais l’on sait que le créateur original Alfred James Andriola se faisait aider par certains artistes.

Beth Soleto

Bet Soleto est une coloriste vivant à San Diego qui a commencé sa carrière en 2001 chez l’éditeur Top Cow, (sur 8 numéros de Witchblade, et Magdalena vol.2) puis chez Marvel et DC, elle est actuellement en train de coloriser pour Aspen Comics.
En plus de la colorisation, elle écrit et illustre son creator-owned intitulé Grump.

Carla Speed ​​McNeil

mcneilCarla Speed ​​McNeil née à Hammond, en Louisiane, est une scénariste et illustratrice connue pour sa série de science fiction intitulée Finder qu’elle auto-publie de 1996 jusqu’en 2011, quand elle décroche un contrat avec Dark Horse Comics. La série est disponible sous la forme d’un webcomic depuis 2005.
Elle écrit et illustre des bandes dessinées pour des anthologies telles que Dignifying Science et Smut Peddler. Elle travaille également comme illustratrice sur la série publiée par Oni Press Queen & Country en 2003 et dessine un one-shot chez Avatar, Frank Ironwine en 2004.
On la retrouve aussi en artiste guest sur 
deux pages de Transmetropolitan: Filth of the City. Elle a été rédactrice en chef et gestionnaire d’impression de Saucy Goose Press, qui a produit la version originale de Charbon Peddler et d’autres projets liés. Son adaptation du premier livre de DJ MacHale, Le Marchand de peur a été publié le 20 mai 2008.

Cat Staggs

350Cat Staggs est une illustratrice spécialisée dans les couvertures de comics notamment pour DC chez qui elle travaille actuellement.
Illustrant plus de 130 trading cards pour Star Wars : La Revanche des Sith commandées par TOPPS, Cat Staggs a rejoint la famille  Star Wars/LUCASFILM en 2004. Après avoir produit des imprimés exclusifs pourStar Wars Celebrations III et IV, et en Europe, elle a aussi illustré des court-métrages de fiction pour starwars.com.
Non contente de jouer uniquement dans cette galaxie lointaine, très lointaine, Cat travaille également dans les comics et le cinéma en créant les croquis originaux d’un nouveau personnage de Stan Lee pour POW ! Elle a aussi travaillé sur Rittenhouse Archives’ Complete Marvel Avengers, les cartes à collectionner X-Men Archives et DC Legacy, ainsi que The World’s Finest VS Iron Man I et II pour Upperdeck. L’ œuvre de Cat a également été représentée sur les cartes Evolution et Masterpieces du Seigneur des Anneaux et de trois séries avec Indiana Jones pour TOPPS.
Cat travaille actuellement pour DC Comics, illustrant les couvertures et intérieurs pour la saison 11 de Smallville et l’adaptation de la série TV The Vampire Diaries, ainsi que les intérieurs de la mini série Phantom Lady. Son travail est également en vedette dans Womanthology sur une histoire écrite par Barbara Kesel et le livre Star Trek Federation: The First 150 Years. 

Roxanne Starr

804288-frogsRoxanne Starr est une graphiste et lettreuse américaine née à Paris de parents Allemands, elle a été l’une des pionnières à apporter des polices de bandes dessinées via l’informatique pour l’industrie des comics.
Elle arrive à New York City à l’âge de deux ans. Sa carrière artistique commence alors qu’elle n’a que quatorze ans quand elle prend un job d’été comme coloriste pour une entreprise de design textile. Plus tard elle est diplômée au City College de New York dans les Arts. Elle prend ensuite un cursus de design graphique à l’ École des arts visuels, mais décide de prendre deux ans de congé pour travailler comme éditrice au National Enquirer avant d’être diplômée. Son premier emploi hors de l’école est en tant que graphiste dans une agence de publicité sur Madison Avenue.

En 1980, Roxanne Starr déménage à Atlanta et travaille comme pigiste dans le domaine de la conception graphique. Enfin, en 1982, Starr utilise son coup d’œil pour le design en commençant à lettrer des comics.
Lorsque sa carrière commence dans l’industrie, elle lettre à la main. Utilisant sa formation graphique, elle a été l’un des premiers lettreurs à créer des polices qui imitent le lettrage fait main. Il y avait à l’époque plusieurs titres de comics indépendants qui employaient le lettrage informatique, mais aucun n’était aussi précis que sur Flaming Carrot Comics, que Roxanne a lettré. Créant ses propres polices, elle a permis à plus d’exploration de ce qui pouvait être fait avec un ordinateur.

Peu de temps après, elle a commencé à travailler avec Bob Burden sur Flaming Carrot, la bande dessinée a été reprise et diffusée au niveau national par l’éditeur basé au Canada Aardvark-Vanaheim Comics en 1984. Après des années de lettrage sur cette série, elle en devient l’éditrice quand Aardvark-Vanaheim est repris par Dark Horse Comics en 1988.

Au début des années 90, son statut de freelance dans la bande dessinée n’est plus le seul moyen de travailler dans l’industrie. Les magazines commerciaux, pour lesquels elle a travaillé lui ouvrent plus de portes en tant que directrice artistique. Parmi les créateurs de bande dessinée qu’elle emploie pour ses couvertures de magazines et ses intérieurs on trouve Dave Johnson, Craig Hamilton et Michael Zulli.

Dans les années 90, Roxanne Starr est une lettreuse professionnelle. Elle travaille sur de nombreux comics, y compris pour Malibu Comics et son label Ultraverse (1993-1995) et Espers de James D. Hudnall (1996-1997). La majorité de son travail chez Caliber Comics concerne le lettrage de Jinx de Brian Michael Bendis (1997) et l’anthologie d’Alan Moore Negative Burn.

Negative Burn a joué un rôle clé dans ses relations avec la bande dessinée car Roxanne a pu orchestrer THE ALAN MOORE Songbook, qui a réuni des artistes de tous les genres de la bande dessinée pour illustrer les chansons qui ont été écrites par Moore.
Le projet abandonné par 
Alan Moore et Bill Sienkiewicz intitulé Big Numbers, qui a été repris par la compagnie de Kevin Eastman, Tundra Publishing, sous la direction de Paul Jenkins, devait être relettré par Roxanne pour ses deux premiers numéros. Le troisième opus le fut, mais uniquement disponible online. La série ne sera jamais terminée.

Starr vit actuellement à Atlanta, et travaille toujours avec Bob Burden sur différents projets de creator-owned, y compris en 2012 Flaming Carrot et sa campagne Kickstarter qui a récolté 42 048 $.

Fiona Staples

6a00e54f0984ee883401a3fcae62d4970b-250wiFiona Staples est une illustratrice de bandes dessinées canadienne vivant à Calgary. Elle a étudié au College of Art and design d’Alberta l’illustration et le character design.
Son premier travail publié s’intitule Amphibious Nightmare, et apparaît dans le volume collectif 24 Hour Comics Day Highlights 2005.
Elle a illustré des séries telles que Mystery Society, Done to Death, Secret History of the Authority: Hawksmoor, Jonah Hex, et Northlanders et contribué aux couvertures de DV8, THUNDER Agents, Criminal Macabre pénale, Superman/Batman, Archie, et bien d’autres.
Son travail sur la série horrifique Nord 40 a été nominé pour un Eisner Award en 2009, et elle a remporté le Shuster Award en 2011 de l’Outstanding Cover Artist.
Elle est surtout connue pour sa participation à la série Saga, avec l’écrivain Brian K. Vaughan, commencée en 2012. En 2014, elle remporte l’Eisner Award la meilleure Artiste multimédia pour Saga, et l’année précédente un Harvey Award dans la même catégorie pour le même titre.

Flo Steinberg

Flo_steinbergFlorence « Flo » Steinberg est une éditrice américaine, créatrice de l’un des premiers comics indépendants et alternatifs intitulé Big Apple Comix créé en 1975.
Elle fut également chez Marvel la secrétaire de l’éditeur en chef S
tan Lee, la réceptionniste et le lien entre les fans et la jeune maison d’édition durant les années 60, elle a été de ce fait un acteur clé et le témoin de l’expansion de Marvel, qui a démarré avec une équipe de deux personnes pour devenir une multinationale de la pop culture.

Fille d’un chauffeur de taxi et d’une mère sténographe, Flo Steinberg a été élevée dans les quartiers de Dorchester et Mattapan de Boston. Elle est scolarisée à la Roxbury Memorial High School for Girls où elle est présidente du conseil étudiant. Elle est diplômée en Histoire à l’Université du Massachusetts à Amherst, où elle fait partie de la sororité Sigma Delta Tau, après avoir obtenu son baccalauréat en 1960. Par la suite, tout en travaillant comme représentante du service à la Compagnie de téléphone de la Nouvelle-Angleterre à Boston, elle devient bénévole pour la première campagne sénatoriale de Ted Kennedy. Après avoir déménagé à New York City en 1963, Steinberg a en outre travaillé pour Robert F. Kennedy lors de son mandat au Sénat.

Comme la plupart des femmes faisant carrière à l’époque, Steinberg a passé quelques mois à vivre dans un YWCA et rechercher un emploi via diverses agences. «Après quelques entretiens, j’ai été envoyée à cette maison d’édition appelée Magazine Management. Là, j’ai rencontré un homme du nom de Stan Lee , qui était à la recherche de ce qu’il appelait alors une « assistante »… Stan possédait un bureau au sein d’une immense zone parmi d’autres bureaux, qui abritait les nombreuses parties de la division… Magazine Management publiait Marvel Comics ainsi que beaucoup de magazines pour hommes, de cinéma, de mots croisés, de romances et magazines féminins, ou policiers… Je relayais chaque département, un jour par semaine, couvrant le standard … lorsque l’opératrice régulière prenait sa pause déjeuner. »

Les seuls membres du personnel de Marvel à l’époque étaient Stan Lee et Steinberg elle-même, et le reste de l’ouvrage traité en freelance. De ce fait, le responsable de production Sol Brodsky venait mettre en place ses conseils et quelques dessins supplémentaires en ajoutant des encarts pour les des annonces publicitaires. Elle rappelle que les « premiers vrais box » – cette salle remplie d’artistes munis de planches à dessin, une sorte de club-house mystifié dans laquelle des gens comme Lee, Jack Kirby, Steve Ditko , Don Heck et bien d’autres partageaient leurs impressions – a été créé lorsque Marvel a déménagé de quelques bâtiments du 655 Madison Avenue au 635. «Stan a enfin eu son propre bureau. Il y avait un grand espace avec des fenêtres où j’étais, et Sol Brodsky, maintenant responsable du personnel, avait son propre bureau». Parmi les premiers membres du personnel, on peut citer Marie Severin et Morrie Kuramoto, suivis par John Verpoorten et Herb Trimpe.

Femme à tout faire, elle est aussi chargée de répondre aux lettres des fans publiées dans le courrier des lecteurs de chaque titre majeur de l’éditeur. Une autre partie de son travail était d’empêcher les jeunes fans d’envahir les lieux de travail, et de protéger l’accès au bureau de sa sainteté Stan « The Man ». On lui donne alors le sobriquet de « Fabulous Flo».
Elle devient tellement submergée par le courrier des fans ainsi que la Merry Marvel Marching Society, le fan club de Stan Lee, qu’elle fini par trouver de l’aide en la personne de Linda Fite, alors étudiante en Virginie dont elle remarqua le courrier.

Steinberg découvre la scène de la BD underground après avoir rencontré et s’être liée d’amitié avec Trina Robbins, qui était venue dans les bureaux de Marvel pour interviewer Stan Lee pour le Los Angeles Free Press, un journal alternatif. Grâce à elle, Steinberg se familiarise avec les contributeurs de la presse underground de New York comme le East Village Other, et rencontre des illustrateurs tels que Kim Deitch, Art Spiegelman, et Spain Rodriguez.

Elle quitte Marvel en 1968 : «J’étais juste fatiguée. Les dernières années ont été très longues parce que le courrier des fans était écrasant. Des sacs entiers arrivaient, et chacune de ces lettres devaient être lues».
Le poste en lui-même, même après cinq ans, n’était pas particulièrement bien payé, et Steinberg est partie après ne pas avoir réussi à recevoir une augmentation de salaire de 5 $. Marie Severin, se rappelant le jour de la fête de départ de Steinberg, déclare en 2002: «Je pense que la chose la plus stupide que Marvel ai jamais faite a été de ne pas lui avoir donné une augmentation de salaire quand elle l’a demandé parce qu’elle aurait été un atout pour plus tard et parce qu’elle était si honnête et décisive. … Je pensais, qu’est-ce qui ne va pas avec avec ces gens ? C’est une personnalité. Elle sait ce qu’elle fait. Elle gère les fans et elle est fidèle à l’entreprise. Pourquoi diable ne veulent-ils pas ils lui donner une augmentation de salaire décente ? Il sont nuls.»

Steinberg part travailler pour l’ industrie pétrolière américaine, laissant le groupe lorsque celui-ci déménage à Washington. Elle emménage à San Francisco au début des années 1970, puis plus tard dans l’Oregon avant de retourner à New York pour aider à gérer Captain Company, la division de vente par correspondance des comics d’horreur de l’éditeur Warren Publishing. En 1974 elle participe à une table ronde sur le rôle des femmes dans la bande dessinée, aux côtés de Marie Severin, Jean Thomas, et Irene Vartanoff, lors de la New York Comic Art Convention.

En 1975, Steinberg publie Big Apple Comix, un lien fécond entre les comics underground et indépendants, dont les intervenants proviennent également de l’industrie du comics mainstream tels que Neal Adams, Archie Goodwin, Denny O’Neil, Al Williamson, et Wally Wood.

Elle apparaît dans un numéro des Quatre Fantastiques aux côtés de Stan Lee , Jack Kirby, et Sol Brodsky dans Marvel Comics What If# 11 (Oct. 1978), dessiné par Kirby.

Dans les années 1990, Steinberg retourne travailler pour Marvel comme correctrice, succédant à Jack Abel.

Johanna Stokes

Johanna Stokes est une scénariste américaine, femme de Ross Richie, éditeur, producteur et créateur de Boom! Studios.
Elle est créditée sur une trentaines de titres, tous parus chez Boom! Studios tels que The Calling: Cthulhu Chronicles, Station, Savage Brothers, Galveston, ou Mr Stuffins.

Christina Strain

christina-strainChristina Strain est une coloriste américaine travaillant principalement pour Marvel Comics, mais elle a également œuvré pour d’autres éditeurs parmi lesquels Aspen Comics et DC.
Elle est surtout connue pour avoir été la coloriste de la série Runaways,  ainsi que Spider-Man Loves Mary Jane.
Alors qu’elle n’est encore qu’au lycée, elle réalise des pin-up gratuits pour Image, ainsi qu’une couverture pour Billy Tucci, tout en montrant son portfolio dans les conventions. Elle a la chance de rencontrer Laura Martin à travers son ami Roland Paris, qui était à l’époque encreur chez Crossgen. Laura aimant ses couleurs, s’en est assez pour lui donner l’opportunité de faire un stage chez l’éditeur alors qu’elle est encore scolarisée.  Après son stage, Crossgen lui propose un poste, elle déménage alors à Tampa, en 2003.
D’autres éditeurs viendront ensuite la solliciter, Christina enchaînant les séries, chez Marvel avec Runaways, Spider-Man Loves Mary Jane, Daughters of the Dragon, X-Men: Kitty Pryde-Shadow & Flame, mais également pour Aspen sur Fathom, DC sur Action Comics, Supergirl, Superman, Superman/Batman.

Daisy Swayze

Daisy Swayze est une lettreuse qui a travaillé pendant l’âge d’or des comics pour l’éditeur Fawcett Comics. Elle était aussi la sœur de l’artiste Marc Swayze, qu’elle a aidé entre 1944 et 1946.

 

R                                                               T

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s