B


Sara « Samm » Barnes

1923534-138685451_27ee8b1adeSara Barnes est une scénariste de comics et de séries télévisées, également productrice, auteure de The Spectacular Spider-Man en 2003elle co-écrit avec J. Michael Straczynski la mini série Strange : Beginnings and Endings l’année suivante toujours chez Marvel, ainsi que Full Spectrum pour lequel elle reçu l’Outstanding Canadian Comic Book Writer Award en 2005 aux Joe Shuster Awards de la Comicon de Toronto.

Olive Bailey

250px-OliveBaileyOlive Bailey était l’artiste responsable de l’adaptation BD d’une émission de radio pour enfants très populaire et intitulée Land of the Lost, publiée par EC Comics et écrite par Isabel Manning racontant l’histoire d’Isabel et Billy, deux enfants qui se retrouvent dans un royaume fantastique sous-marin.

.

.

Violet Barclay

ValeriebarclayValerie Barclay (1922 – 2010) aussi connue sous le nom de Violet Barclay, est une encreuse et dessinatrice ayant travaillé pour Timely Comics pendant l’âge d’or de la bande dessinée américaine.
Née à Manhattan, Barclay a fréquenté l’École des arts industriels, après quoi elle travailla comme hôtesse de restaurant pour 18 $ par mois pour aider sa mère et ses deux jeunes frères.
Mike Sekowsky, qui était allé à l’école avec elle, la trouva en 1941, et «décida de la sauver de cette vie dégradante comme hôtesse de restaurant» en lui trouvant un travail comme encreur chez Timely Comics pour 35 $ par mois. Barclay se rappela plus tard de l’atmosphère détendue chez Timely à l’époque lorsque l’éditeur
Stan Lee donnait aux artistes deux heures dans la matinée pour feuilleter les magazines et découper des images pour leurs swipe files.
Dans ses entrevues, elle avait tendance à dévaloriser ses compétences, car elle avait l’habitude de copier à partir d’illustrations. Copies ou non, le talent de Barclay restait considérable.
Après avoir quitté Marvel en 1949, Barclay changea son prénom, qu’elle avait toujours considéré comme trop féminin en Valérie, et c’est en tant que Valerie Barclay (et parfois Valerie Smith) qu’elle dessina des Romance Comics et plus tard de la publicité. Elle travailla ensuite comme illustratrice de mode pour une petite entreprise.
Sa carrière prit fin dans les années 1980 quand, ironiquement, elle fut licenciée pour avoir copié certains dessins de Roy Lichtenstein pour une annonce.
Barclay n’a jamais cessé de perfectionner ses talents, étudiant à la School of Visual Arts, puis jusqu’à la fin de sa vie à l’Art Students League. Atteinte d’ostéoporose à la fin de sa vie, elle se cassa plusieurs os en 2001, quand elle trébucha sur un chevalet à l’Art Students League.
Elle aimait les peintures de John Singer Sargent et, parce qu’elle ne pouvait pas se permettre d’en acheter une, elle peint d’excellentes copies de celles-ci pour son propre plaisir, toujours soigneusement signées de son propre nom afin de ne pas être accusée de contrefaçon.
Valerie Barclay est morte à New York le 26 février 2010. Elle est enterrée au Pine Lawn Cemetery à Massapequa, N.Y.

Donna Barr

DonnabarrDonna Barr (née Donna Colbert en 1952) est une auteure essentiellement connue pour ses séries Stinz et The Desert Peach.
Elle est née à Everett, Washington, étant la deuxième enfant d’une famille de six frères et sœurs. De 1970 à 1973, elle a servi dans le service féminin de l’Armée, ce qui a plus tard influencé son travail artistique.
Une de ses séries les plus connues est Stinz, qui se déroule au sein d’une société de centaures dans l’Allemagne pré-industrielle. Publié à l’origine en 1986 comme une petite histoire dans un livre fait main, il a ensuite été publié en feuilleton chez Eclipse Comics dans la série The Dreamery, édité par Lex Nakashima. Il a été repris par Steve Gallacci sous le label Thoughts & Images, puis chez Aeon Press avant d’être auto-publié par A Fine Line Press.
Son autre longue série, The Desert Peach raconte les aventures de Pfirsich Rommel, le jeune frère fictif et homosexuel d’Erwin « Le Renard du désert » Rommel. Commencé en 1987, l’histoire se déroule en Afrique du Nord pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les trois premiers numéros ont été publiés par Thoughts & Images. D’autres numéros par Fantagraphics Books, Presse Aeon, puis auto-publiés.
Cette série est parfois cible de critiques : on reproche à Donna Barr de ne pas assez dénoncer le Nazisme où même de banaliser celui-ci. Le fait qu’un des personnages entourant Pfirsich Rommel (Kjars) est un membre assidu du parti Nazi sans pour autant être un personnage clairement mauvais peut ajouter à l’impression ambiguë que certains lecteurs ont de la série. Kjars est bel est bien présenté comme un bouffon, un idiot qui ne réfléchit pas vraiment, mais qui n’est pas vraiment détestable. Notons cependant qu’à part une seule exception, aucun personnage dans l’univers de Donna Barr est entièrement bon ou entièrement mauvais. Cette exception étant un pédophile meurtrier dans le Tome 21 The good Uncle. Le concept de Donna Barr pour ses personnages est celui de peindre la nature humaine dans tous ses aspects. Il n’est pas conseillé de lire ses œuvres sur un niveau superficiel. Les tomes 13 et 30 abordent directement l’horreur des camps d’extermination.
Donna Barr est une activiste très passionnée sur de nombreux champs. Sur le plan politique elle s’engage vivement contre George W. Bush et pour les droits des homosexuels, des femmes et de l’environnement. Elle se fait aussi entendre avec sa critique des églises chrétiennes, notamment des Evangelicals américains.
Ses influences comprennent les peintures funéraires mayas et égyptiennes, l’art sur ​​bois japonais, les manuscrits enluminés européens et Holling C. Holling.
Barr a remporté les prix Inkpot Award, le « Toonie » du Cartoonists Northwest, et le Washington Press Association’s Communicator of Excellence for Fiction.

Donna Barstow

meDonna Barstow est une caricaturiste travaillant régulièrement pour le Los Angeles Times, Salt Lake Tribune, Chicago Sun-Times et d’autres journaux.
Elle a conçu bon nombre d’illustrations indépendantes dans  plus de 250 journaux et magazines, y compris le New Yorker, Glamour, Harvard Business Review, le Wall Street Journal, Barrons, et la série de livres Chicken Soup.
Elle est à l’origine d’une série de strips hebdomadaires sur le domaine la cuisine et du repas appelés « Daily Special » pendant plus de sept ans. Donna se spécialise ensuite dans les dessins sur le monde des affaires, du droit, de la télévision, et du droit des femmes.
Elle est l’auteure de What Do Women Really Want? Chocolate et Love Me or Go to Hell: True Love Cartoons

Alison Bechdel

03jpbook-popupAlison Bechdel (née le 10 Septembre, 1960) est une dessinatrice américaine, initialement connue pour sa bande dessinée intitulée Dykes to Watch Out For, en 2006 elle est devenue une auteure acclamée par la critique grâce à son autobiographie graphique Fun Home qui est devenue un best-seller.
Alison Bechdel est née à Lock Haven, Pennsylvanie de parents catholiques et enseignants. Sa famille possédait et exploitait un funérarium. Elle
 déménagea à New York, mais fut rejetée par différentes écoles d’art, elle travailla donc dans un certain nombre d’emplois de bureau dans l’industrie de l’édition.
Elle commença Dykes to Watch Out For par un dessin unique  intitulé  Marianne, dissatisfied with the morning brew: Dykes to Watch Out For, plate no. 27. Une connaissance lui recommanda d’envoyer son travail à Womannews , un journal qui  commença à publier régulièrement son illustration à partir de Juillet-Août 1983. Au bout d’un an, d’autres strips furent publiés.
Dans les premières années, Dykes to Watch Out For se composait de bandes non connectées entres elles et sans distribution régulière ou d’histoire sérialisée. Bechdel introduisit ses personnages réguliers, Mo et ses amis, en 1987, alors qu’elle vivait à St. Paul, dans le Minnesota. Elle devint dessinatrice à temps plein en 1990 et déménagea près de Burlington, Vermont.
C’est également dans Dykes to Watch Out For qu’elle a formulé ce qui est maintenant connu comme « le test de Bechdel », qui teste un film (ou d’autres médias de masse) sur sa représentation des femmes à partir du moment où 1) il y a au moins deux femmes, qui 2) se parlent entre elles 3) sur autre chose qu’un homme.
En 2006, Bechdel publia Fun Home, une autobiographie « tragi-comique », chronique de son enfance et des années avant et après la mort de son père. Fun Home a reçu plus d’attention que ses travaux antérieurs, dont des critiques élogieuses de la part d’Entertainment Weekly, People et le New York Times. Il fut salué comme l’un des meilleurs livres de l’année 2006 par de nombreuses sources, y compris le New York Times, Amazon.com, le Times de Londres, Publishers Weekly, Salon.com, le New York Magazine, et Entertainment Weekly. Fun Home a été finaliste pour le National Book Critics Circle Award en 2006 dans la catégorie Mémoires / autobiographie. Il a également remporté en 2007 le Eisner Award for Best Reality-Based WorkFun Home a également été nominé pour le Best Graphic Album award et Bechdel a été nominée pour le prix du meilleur Scénariste / Artiste.
Invitée au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême en 2014, une conférence sur sa carrière ainsi que sa dernière oeuvre en date Are you my Mother ? lui a été consacrée.

Julie Bell

118060-106639-julie-bell_largeJulie Bell (née en 1958 à Beaumont, Texas) est une peintre, illustratrice d’heroic fantasy et dessinatrice américaine. Elle est l’épouse de Boris Vallejo.
Elle a peint les couvertures de plus d’une centaine de livres et de magazines de fantasy/science fiction depuis 1990. Elle a également  illustré des couvertures peintes pour des jeux vidéo ainsi que des cartes à échanger pour les super-héros de Marvel et DC.
A l’image de la pochette du jeu vidéo sur Game Gear 
Battler Ax: A Legend of Golden Axe décrivant un monde semi-barbare, elle a conçu une série de sculptures Destiny, Mistress of the Dragon , ainsi que Temptation Rides produite par The Franklin Mint .
Julie et son mari, Boris Vallejo, ont fait de nombreuses peintures pour des campagnes publicitaires telles que Nike, Inc , Coca-Cola et Toyota .
Elle a peint les couvertures de deux albums du musicien 
Meat Loaf : Bat Out Of Hell III: The Monster Is Loose et  Hang Cool Teddy Bear.

Jordie Bellaire

Jordie2Jordie Bellaire (dont vous pouvez retrouver l’interview ici) est une coloriste américaine vivant actuellement en Irlande qui travaille pour bon nombre d’éditeurs : Marvel, Valiant, Image, DC/Vertigo, Dynamite, IDW.
Elle est créditée sur plus de 500 titres, tels que Pretty Deadly, The Manhattan Projects, Moon Knight, Magneto, Nowhere Men, Zero, X-Fileset Hawkeye.
Elle est à l’initiative du projet « Comics are for everybody« , une ligne de T-shirt visant à promouvoir la diversité des lecteurs de comics, initiative relayée par de nombreux artistes tels que Kieron Gillen, Kelly Sue DeConnick ou encore Warren Ellis.
En 2014 elle est nominée en tant que meilleure cover artist aux Eisner Awards aux côtés de Sean Murphy pour The Wake (DC/Vertigo).
Elle obtient cette même année le prix de la meilleure coloriste pour son travail sur les titres suivants : The Manhattan Projects, Nowhere Men, Pretty Deadly, Zero (Image), The Massive (Dark Horse), Tom Strong (DC), X-Files Season 10 (IDW), Captain Marvel, Journey into Mystery (Marvel), Numbercruncher (Titan), Quantum and Woody (Valiant).

Mariah Benes

Mariah est la soeur d’Ed Benes, et a commencé dans la bande dessinée en encrant ses travaux. Elle a aussi un autre frère nommé Fred Benes qui travaille également dans l’industrie de la BD.

Anina Bennett

AninaLa scénariste Anina Bennett est la co-auteure (avec son mari, Paul Guinan) de Boilerplate : History’s Mechanical Marvel, , salué comme «un chef-d’œuvre de la réalité fictive» par  The Telegraph UK.
Anina a également collaboré avec Paul pour créer la série Heartbreakers nominée aux Eisner Awards, l’une des premières bandes dessinées de science-fiction à représenter des clones des héroïnes d’action. Ancienne éditrice de comics, Anina a fait ses armes à First Comics à Chicago, où elle a piloté des titres tels que Nexus et GrimJack.
Après avoir déménagé à Portland, dans l’Oregon, pour rejoindre Dark Horse Comics en 1991, elle a travaillé sur Nexus (encore une fois), Classic Star Wars et Harlan Ellison’s Dream Corridor.
Sa carrière l’a également emmenée au Danemark, où elle a édité des histoires de Disney  pour Egmont. Anina a  été juge et présentatrice des Eisner Awards, et en 2012 a rejoint le conseil d’administration de Stumptown Comics.
Elle anime des ateliers d’écriture de BD pour les étudiants de tous âges.

Amber Benson

DV_To_Getty_1750354_0Amber Benson est une actrice, écrivaine, réalisatrice et productrice américaine née en 1977 à Birmingham, Alabama.
En 1999, elle intègre la distribution de la série américaine Buffy contre les vampires, où elle incarne, pendant trois saisons consécutives, la timide sorcière Tara Maclay, petite amie de Willow Rosenberg (Alyson Hannigan). Ce rôle la fait véritablement connaître du public.
Elle quitte la série lorsque, dans la saison 6, son personnage est tué par une balle perdue. En 2001, à l’âge de 24 ans, elle écrit le scénario de trois comics contant les aventures de Willow et Tara de Buffy Contre les Vampires, intitulées WannaBlessedBeWilderness et Demonology Menagerie, qui paraissent aux éditions Dark Horse Comics.
En 2005, Benson a collaboré avec l’artiste Jamie McKelvie sur une histoire courte de Four Letter Worlds paru chez Image Comics. Elle fait de même l’année suivante avec l’artiste Ben Templesmith sur Demon Father John’s Pinwheel Blues publié chez IDW dans un livre en quatre parties, Shadowplay (avec Ashley Wood et Christina Z ).

Karen Berger

2736157-2736087_kb_photo_02_largeLes comics n’étaient pas forcément le premier choix de carrière de Karen Berger lorsqu’elle eut sont diplôme universitaire de littérature anglaise et d’histoire de l’art vers la fin des années 70.
Elle se voyait plutôt travailler dans un musée ou dans le journalisme en tant que critique d’art, mais c’est son ami Marc (J.M.) DeMatteis qui lui parla d’une opportunité chez DC Comics, en effet l’éditeur Paul Levitz avec lequel il travaillait, cherchait à ce moment là un assistant. C’est elle qui décrocha le job, à une époque où DC sortait à peine de la tourmente appelée ironiquement DC Implosion et dont elle avait du mal à se remettre.
Elle tentait alors de fidéliser sa clientèle au maximum en lançant le système du marché direct auprès des libraires et ainsi leur proposer un plus large choix de titres. Pendant deux ans, Karen apprendra les ficelles du métier de la part de son mentor jusqu’en 1981 où elle volera de ses propres ailes en tant qu’éditrice dans un genre qu’elle affectionne tout particulièrement (et qui sont d’ailleurs les racines même du label Vertigo), le fantastique et l’horreur.
Elle débuta ainsi sur 
House of Mistery # 292 au mois de mai pour ensuite travailler sur Legion of Super-Heroes alors que Paul Levitz en devint le scénariste à partir du #294 l’année suivante.
Pendant près de dix ans elle supervisera l’ensemble des numéros et mini-séries liés à ce titre, l’un des plus complexes et des plus denses de l’époque. Durant cette période, on la verra également sur des titres Fantasy tels qu’Arion, Lord of Atlantis et Amethyst, Princess of Gemworld. Sur cette maxi série de 12 numéros, son travail de coordination entre Dan Mishkin et Ernie Colon est salué et elle parviendra même à apporter un point de vue indispensable dans l’écriture d’une série où le personnage principal est une enfant capable de se transformer en jeune femme.
Selon ses propres dires, Amethyst fut l’oeuvre dont elle était la plus fière au début de sa carrière en tant qu’éditrice. Mais Karen apportera également sa contribution sur d’autres titres tels que Blue Beetle, sans parler de Wonder Woman en 1987 lorsque George Pérez s’occupait de l’Amazone.
Et bien que tout au long de cette période Karen se soit beaucoup impliquée sur des titres dits de super héros, elle n’en a jamais pour autant oublié sa grande passion pour les séries plus sombres et torturées, telles que Saga of the Swamp Thing dont elle deviendra l’éditrice à partir de 1982, et où elle donnera les pleins pouvoirs au génie d’Alan Moore et qui l’inspirera également dans le développement d’autres séries cultes dans la décennie suivante.
A la fin des années 80 Karen Berger va s’intéresser de près à toute une génération d’auteurs britanniques, et elle n’aura aucun mal à les embaucher, la politique de DC concernant les droits d’auteurs et des royalties étant très favorables vis à vis de son concurrent Marvel. Elle se rend donc à Londres en 1986 pour démarcher bon nombre d’auteurs, alors qu’Alan Moore et Dave Gibbons, oeuvrent déjà pour DC, c’est ainsi qu’elle arrive à convaincre Neil Gaiman, Brian Bolland, Steve Dillon, Jamie Delano, Brendan McCarthy, Glenn Fabry, Peter Milligan, Grant Morisson ou encore Dave McKean.
Karen est en effet tout de suite séduite par la perspective totalement différente que ces auteurs apportent à ce médium, bien plus irrévérencieuse et subversive que ce que les auteurs américains osent amener à la même époque. On parle alors de British Invasion, et Karen va ainsi être l’interlocutrice privilégiée de ces auteurs travaillant sur des titres beaucoup plus matures que ce que DC a l’habitude de publier, Alan Moore sur Saga of the Swamp ThingNeil Gaiman sur The Sandman et Black Orchid (avec Dave McKean), Grant Morrison sur Animal ManJamie Delano sur HellblazerPeter Milligan sur Shade, the Changing Man
Ce nouveau souffle créatif va pousser les exécutifs éditoriaux de DC, Jenette Kahn et Dick Giordano à réfléchir sur une nouvelle ligne de comics, beaucoup plus mature et conforme aux dogmes du Comic Code qui imposait déjà l’annotation  Suggested for mature readers  sur la couverture de certains titres. Ils pensent tout naturellement à Karen pour diriger ce projet.
C’est en rentrant de son premier congé maternité que Karen fut interrogée sur la manière dont elle voulait développer les titres dont elle avait la responsabilité. L’idée de créer une filiale indépendante vit le jour rapidement et comme une évidence, dans un contexte d’effervescence et de renouveau où d’autres éditeurs comme Dark Horse et Image essayaient également de sortir leur épingle du jeu. Le marché également très propice favorisa la création de ce nouveau label et Karen misa sur l’aura de ses auteurs et la qualité de leur création. Son but fut clairement d’amener sur le marché une nouvelle variété d’oeuvres, tout d’abord influencées par les premières amours de l’éditrice : les EC Comics et autres House of Mystery, pour ensuite développer des sujets plus politiques, engagés ou encore controversés, où l’ultra-réalisme et la violence a une fin totalement justifiée et sert totalement le propos de l’oeuvre.
Vertigo va devenir progressivement une valeur sûre et un gage de qualité, un label qui explosera également de nombreuses barrières dans lesquelles restait enfermée l’industrie de la bande-dessinée américaine.
C’est ainsi que le lectorat étranger se mit rapidement à plébisciter les titres de ce nouvel arrivant, de l’Angleterre à l’Allemagne et l’Italie en passant par le Brésil et bien sûr la France, représentant au total pas moins de 10% des lecteurs du label. Mais ce qu’a également réussi Karen Berger, c’est d’amener un public féminin à lire des comics, des séries telles que The Sandman (dont la moitié du lectorat est féminin), Hellblazer, Preacher ou encore The Books of Magic furent dès le départ très plébiscitées par les femmes.
En 2007, elle lance le label Minx, destiné à un lectorat féminin mais qui ne trouvera pas son public et s’arrêtera au bout de 12 numéros. Verront ainsi le jour sous ce label des graphic novels tels que The New York Four de Brian Wood et Ryan Kelly, Emiko Superstar de Mariko Tamaki et Steve Rolston, ou bien Token d’Alisa Kwitney et Joelle Jones.
Conjointement, l’éditrice fera tout son possible pour embaucher le plus d’artistes féminines possible, on citera Jill Thompson, Pia Guerra, Rachel Pollack, G. Willow Wilson, Amy Reeder, et Becky Cloonan. Son grand respect et sa confiance pour les auteurs ont fait que les plus grand noms de l’industrie ont un jour travaillé avec elle, parmi eux Brian Azzarello, Brian K. Vaughan, Garth Ennis, Bill Willingham, Jason Aaron, Warren Ellis, Matt Wagner, qui ont toujours vanté la qualité de leur collaboration avec l’éditrice. Le nom de Karen Berger est donc indissociablement lié à celui de son label, symbole d’une qualité éditoriale jamais remise en cause depuis vingt ans.

 Madeleine Blaustein

Maddie_croppedMadeleine Blaustein est une actrice américaine née en 1960 à Long Island, New York et morte en 2008.
Elle a été essentiellement connue comme la voix anglo-saxonne de Miaouss, un personnage des Pokémon. Sous le pseudonyme de Kendra Bancroft, Blaustein fut l’un des créateurs de contenu de l’univers virtuel Second Life, où elle était une participante très régulière depuis 2004, et a gagné une réputation de modeleuse 3-D innovante, compétente et très fiable dans de nombreuses communautés où elle a participé.
Blaustein est née intersexuée. On lui a attribué le sexe masculin à la naissance et a vécu sa vie comme un homme pendant de nombreuses années avant de devenir une femme.
Son expérience en tant que militante dans la communauté transgenre a aidée à organiser et soutenir des groupes de personnes dans Second Life .
En plus d’être une actrice, Blaustein était également, artiste et écrivain. Elle a écrit et édité pour Marvel Comics et au moment de sa mort, travaille pour DC Comics . Elle a créé le personnage de Rubber Band du dessin animé Static Shock . Elle travaille également pour Milestone comics le label créé par Dwayne McDuffie, écrivant la série Deathwish avec Yves Fezzani, ainsi que Hardware et Static Shock.

Toni Blum

250px-ToniblumAudrey Anthony « Toni » Blum Bossert (1918 – 1973) était une scénariste de comics durant les années 1930 et 1940, à l’époque de l’Age d’Or des Comic Books, elle est connue pour son travail chez Quality Comics ainsi que d’autres éditeurs et comme étant l’une des premières femmes professionnelles de la bande dessinée.
Connue professionnellement comme Toni Blum, elle était la fille de l’artiste Alex Blum et l’épouse de Bill Bossert également dessinateur de comics. La carrière de Toni commence en 1938  lorsqu’elle est embauchée à Manhattan au studio Iger & Eisner, l’un des prestataires qui fournissaient des comic books sur demande aux éditeurs qui testaient ce support émergent. Elle vécu à l’époque avec sa famille sur la 91e ou 92e rue près de Park Avenue à Manhattan. Son père a également travaillé à Iger & Eisner, et elle a parfois collaboré avec lui.
Elle écrit des histoires sous une variété de pseudonymes, parmi lesquels Tony Boone, Anthony Bloom, et Tony Blum, ainsi que Toni Boone, Toni Boon, Toni Adams, peut-être Bob Anthony, Tony Adams, Anthony Lamb, Anthony Brooks, peut-être Jack Anthony, AL Allen, Tom Alexander, Tom Russell, et Bjorn Tagens. Elle est devenue plus connue cependant en tant que Toni Blum, et fut appelée ainsi par ses collègues de travail. En dehors de Will Eisner, Blum était la seule écrivain du studio.
Blum a co-créé de nombreuses séries pour les clients d’Iger & Eisner. Pour Quality Comics dans National Comics # 1 (Juillet 1940), elle introduit la bande dessinée d’aviation Prop Powers, avec Clark Williams, Sally O’Neil, Policewoman, avec Chuck Mazoujian et Wonder Boy, avec John Celardo.
En 1943, elle a scénarisé un grand nombre de comics pour Quality à des moments différents, y compris Black Condor, Dollman, Kid Patrol, Lion Boy, The Ray, The Red Bee, Stormy Foster, et Uncle Sam. Elle a également écrit de nombreux scénarios pour Fiction House, sous le nom de Tom Alexander.
Seule femme du studio, Blum est brièvement sortie avec Eisner, qui décrit leur relation dans son roman graphique semi-autobiographique The Dreamer, avec Blum rebaptisée Budd Andrea.

Karine Boccanfuso

Karine Boccanfuso est une coloriste française qui a notamment travaillé avec Stéphane Roux.
Parmi les BD qu’elle a colorisé, on peut citer :  Le Gladiateur De Bronze (STRANGERS n° 2), La Brigade Temporelle (STRANGERS n° 4) ; Sibilla (STRANGERS n° 4), les couvertures de SPECIAL RODEO n° 182, KIWI n° 565 et 578, SPECIAL ZEMBLA n° 166 et STRANGERS n° 2.
Elle a également effectué la mise en couleurs d’une histoire écrite par Jean-Marc Lofficier, dessinée par Stéphane Roux et encrée par Philippe Vandaele, Le Serment de Sang. Cette histoire est publiée actuellement dans TOP COW UNIVERSE n° 10 et 11, associant une super-héroïne du studio américain Top Cow, Witchblade, à deux personnages féminins du Semicverse, Phenix et Sibilla.

Nicole Wiley Boose

Nicole Wiley Boose est une ancienne éditrice de chez Marvel, elle a notamment travaillé sur Cable & Deadpool , Iron Man ainsi que l’adaptation de Dark Tower de Stephen King.
Elle a également fait partie de l’équipe éditoriale qui a produit les  adaptations de classiques de la littérature Marvel Illustrated, et a été impliquée dans un programme d’édition sur mesure, qui élabore des projets avec des partenaires extérieurs de Marvel.
Actuellement en freelance, Nicole édite un certain nombre de titres, dont plusieurs de Mark Millar.

Shelly Bond ‘Roeberg’

LoverlyShellyB-322x350Shelly Bond qui travaille pour Vertigo depuis la création du label où elle officiait alors en tant qu’assistante éditoriale, prend désormais les rennes de la branche indépendante de DC Comics.
Cette nomination est l’accomplissement d’une carrière déjà très impressionnante : embauchée dès 1993, elle a permis la découverte et publication de titres phares tels que Fables100 Bullets, DMZ ou encore Scalped, et tout comme son mentor Karen Berger, son immense respect pour les auteurs de la profession lui ont valu de collaborer avec les plus talentueux :  Michael Allred, Mark Buckingham, Mike Carey, Howard Chaykin, Becky Cloonan, Neil Gaiman, Peter Gross, Gilbert Hernandez, Brian K. Vaughan, Phil Jimenez, Peter Milligan, Grant Morrison, Paul Pope, Steven T. Seagle, Jill Thompson, Bill Willingham parmi tant d’autres…

Christine Boylan

Christine Boylan est une scénariste et productrice de séries télévisées, elle est surtout connue pour son travail sur la série Castle, mais elle a également écrit pour  DC (Legion of Super-Heroes In The 31st Century, Superman Secret Files and Origins), Marvel, Boom, Tokyopop (sur les adaptations de  Chibi VampireLoveless et Samurai Champlooet NBC, dont deux numéros de la série Heroes chez Wildstorm (Flying Blind et Petrified Lightning).
Elle est désormais scénariste et productrice de la série Once Upon A Time diffusée sur ABC.

Paige Braddock

Paige-Braddock-2Paige Braddock est une dessinatrice et scénariste américaine, essentiellement connue pour son comic book Jane’s World qu’elle a créé en 1991.
Après des études de Beaux-Arts, Braddock a travaillé pendant plusieurs années comme dessinatrice de presse (elle dessinait en particulier dans les prétoires), entre autre pour The Chicago Tribune ou The Atlanta Journal Constitution, et elle commence à réaliser des bandes dessinées.
Elle crée d’abord un super héros maladroit, 
Captain Lighting, et un cow-boy, Bart Winkle.
Remarquée par Charles Schulz, l’auteur de Snoopy et des Peanuts, elle rejoint son équipe. Elle est aujourd’hui directrice artistique du studio Schulz.
Parallèlement, en 2002, elle lance sa maison d’édition, Girl Twirl Comics, afin de publier Jane’s World (en français « Le Monde de Jane »), dont elle avait pu mesurer la popularité grandissante à travers une diffusion sur Internet. Son affection pour les personnages gauches et distraits se retrouve dans cette série qui a été traduite dans plusieurs langues.
L’héroïne, Jane, est une jeune lesbienne moderne un peu gaffeuse. Le trait est vif, les cadrages originaux et les extravagances que se plaît à imaginer son auteur donne à cette bande dessinée un caractère très intéressant, s’inscrivant à la fois dans la filiation typique du strip américain et de l’élément moderne de la pop culture de ce pays qu’est la sitcom.
Jane est le premier protagoniste de BD ouvertement homosexuel à apparaître en feuilleton dans un grand quotidien américain (The Atlanta Journal Constitution), et mène en 2006 Paige Braddock à être sélectionnée pour recevoir la récompense majeure pour la bande dessinée aux États-Unis, le prix Will Eisner, dans la catégorie « Meilleur auteur de BD humoristique ».
Paige Braddock a également illustré des albums d’après les dessins animés adaptant les Peanuts de Charles Monroe Schulz.

Laura Braga

LauraBraga1Laura Braga (dont vous pouvez lire l’interview ici) est une illustratrice, dessinatrice, coloriste italienne née à Vérone, qui a fréquenté l’école internationale de la bande dessinée de Florence, l’Académie Disney de Milan et a effectué un stage en bande dessinée et animation au centre Montimages à Bassens et La Salle.
Elle n’a que 17 ans lorsqu’elle présente ses premiers travaux professionnels en 1999, des story-boards pour des publicités télévisées, puis elle commence à travailler dans la bande dessinée en tant qu’illustratrice et coloriste pour certains éditeurs italiens (Mondadori), franco-belges (Ankama et Jungle/Casterman) et espagnols (Aaren Editorial) principalement sur des livres pour enfants.
En 2005, elle rencontre Milo Manara et collabore avec lui, elle devient en effet son assistante sur un projet de story-board pour une publicité. Son influence va la conduire à s’engager dans un style plus réaliste destiné à un lectorat adulte.
Lauréate du Cartoomics Women Award en 2008, elle est plus tard repérée par l’éditeur Top Cow, qui organise chaque année une chasse aux nouveaux talents (la fameuse Top Cow Talent Hunt), et à qui elle envoie son portfolio, ce qui va l’amener à travailler sur les titres Cyberforce (elle effectue les 7 dernières pages du #5) et Darkness (c’est elle qui dessine le backup du #114 intitulé « Heart of Darkness »).
En 2013 elle devient la dessinatrice de la série Witchblade, scénarisée par Ron Marz à partir du #170 durant 9 numéros.
Marvel fait ensuite appel à elle pour illustrer des séries phares de son catalogue tel que Captain Marvel (elle effectue 9 pages du #10), Superior Iron Man (#5 et #6) ainsi que Secret Wars Journal #4.
Puis c’est au tour de la Distinguée Concurrence de l’inviter à participer à Sensation Comics Featuring Wonder Woman #13 où la guerrière amazone s’engage dans un combat épique avec Superwoman.
En parallèle, elle œuvre sur la série Friends Forever en compagnie du scénariste Ben Abernathy pour l’éditeur Madefire spécialisé dans le Motion Comics (un concept novateur où la bande dessinée devient animée).

Elizabeth « Bettie » Breitweiser

Elizabeth Breitweiser est une coloriste mariée à l’artiste Mitch Breitweiser et qui a essentiellement travaillé pour Marvel notamment sur Atlas, Skaar : Son of Hulk, et Winter Soldier.
Elle est aussi créditée sur le prochain projet de Greg Rucka intitulé Lazarus qui est sorti en 2013.

June Brigman

250px-JuneBrigmanJune Brigman est née en 1960 à Atlanta, Géorgie. C’est une illustratrice de comics qui est surtout connue pour avoir créé les personnages de Power Pack avec la scénariste Louise Simonson en 1984. Brigman a également été l’artiste de Brenda Starr de 1995 à 2011.
Elle commence sa carrière chez  AC Comics en 1983, puis a été en vedette dans le New Talent Showcase de DC Comics en 1984. A partir de là, elle fait partie de l’équipe de Power Pack, un titre qu’elle dessine jusqu’au #17.
Au cours des sept prochaines années, Brigman travaillera exclusivement pour Marvel, la plupart du temps sur des séries courtes, elle a également contribué à des illustrations pour diverses éditions dont The Official Handbook Of The Marvel Universe
.
Elle dessine la mini-série Supergirl chez DC en 1994, et l’année suivante chez Dark Horse Comics la mini-série Star Wars River of Chaos (qui a été écrit par son ancienne collaboratrice Louise Simonson).
Brigman a en 1995 repris en tant qu’artiste Brenda Starr de Dale Messick, lors de la retraite de Ramona Fradon. Le strip a pris fin en 2011. Elle a ensuite illustré et colorisé Where in The Wold is Carmen Sandiego ? pour le  National Geographic World Magazine.
Brigman a également illustré une série de romans 
Star Wars et des Livres dont vous êtes le héros pour Bantam Doubleday Dell. En 2005, Puffin Books publie Black Beauty, sa nouvelle adaptation graphique.
En tant que professeur, elle a travaillé au Joe Kubert School of Cartoon and Graphic Art à Dover, New Jersey, depuis 2005. Elle travaille actuellement à temps partiel en tant que professeur d’art séquentiel à la succursale du Savannah College of Art and Design d’Atlanta.

Nell Brinkley

BrinkleynellNell Brinkley (1886 – 1944) est une illustratrice américaine considérée comme la « Reine de la bande dessinée » et qui a, au cours de sa carrière longue de près de quarante ans, travaillé avec la plupart des journaux et des magazines de New York.
Elle a été la créatrice de l’emblématique Brinkley Girl, un personnage élégant qui est apparu dans ses bandes dessinées, et devenu un symbole populaire que l’on a retrouvé dans des chansons, des films et au théâtre.
Née à Denver, dans le Colorado en 1886, elle n’a pas officiellement eu de formation artistique, et a abandonné le lycée pour suivre son talent naturel pour l’écriture et le dessin. À l’âge de 16 ans, elle est déjà une artiste accomplie. Elle dessine la couverture et 25 illustrations d’un livre pour enfants en 1906, Wally Wish and Maggie Magpie d’UA MayfieldElle est ensuite embauchée pour illustrer et encrer des dessins pour le Denver Post et plus tard le Rocky Mountain News.
Ses compétences sont remarquées en 1907 par le magnat des médias
William Randolph Hearst et son rédacteur en chef Arthur Brisbane. Bien que toujours adolescente, ils la convainquent de passer de Denver à Brooklyn, avec sa mère. Elle commence alors à travailler dans le centre de Manhattan pour le New-York Journal-American, où elle produit de grandes illustrations détaillées avec des commentaires presque tous les jours. La diffusion du journal étant en plein essor, son oeuvre est présentée dans la section magazine. Brinkley déménage à New Rochelle, New York, parmi une colonie d’artistes bien connus et considérés comme étant les meilleurs illustrateurs commerciaux du moment.
La réputation de Brinkley s’est également faite grâce à sa couverture du procès médiatique de Harry K. Thaw. Elle vole avec Glen Martin dans son nouveau biplan et décrit les loopings audacieux et l’atterrissage à ses lecteurs en 1914 dans le San Francisco Examiner. Nell diverti et console ceux restés au pays et la jeunesse américaine à l’étranger pendant et juste après la Première Guerre Mondiale, et se rend à Washington où elle interview de nombreuses jeunes filles qui ont quitté leur maison pour devenir travailleuses pour la Défense.
L’une de ses séries les plus populaires est Golden Eyes and Her Hero Bill, commencée en 1918 et qui décrit les aventures de Golden Eyes, qui a suivi son bien-aimé Bill dans les tranchées de la Première Guerre Mondiale avec son fidèle chien, un colley appelé Oncle Sam. Pleines de patriotisme typique de l’époque, ses histoires décrivent aussi une héroïne pro-active qui conduit une ambulance de la Croix-Rouge et défie les officiers allemands pour sauver son fiancé.
Elle créé ensuite Kathleen and the Great Secret de 1920 à 1921, où Kathleen sauve son fiancé qui a volé une importante formule secrète. Ensemble, ils vivent des aventures à travers le monde avant de retourner en Amérique.
De 1921 à 1924, elle créé une autre série en couleur appelée Betty and Billy – Their Love Through the Ages qui raconte les différents amours d’un couple qui se réincarne constamment, de l’ère des cavernes jusqu’aux temps modernes. Nell dessine son couple, Betty et Billy à travers les cultures, en Egypte, en Afrique, en Mongolie et en Arabie, ainsi que selon les critères européens habituels.
Brinkley est également connue pour le charme des textes qui accompagnaient ses histoires lorsqu’elle travaille à l’Evening Journal et d’autres publications comme le Cosmopolitan (magazine)Good Housekeeping et le Harper’s magazine. Elle illustre des nombreuses revues de théâtre ainsi que des profils de mères et de jeunes femmes dans la société, y compris plus tard dans les années 1930 de Lady Eleanor Roosevelt.
Une grande partie de son écriture fait la promotion des femmes au travail, et encourage l’expansion du droit des femmes. Ses dessins idylliques dans son oeuvre et ses personnages féminins ont attiré l’attention de nombreux lecteurs. En comparaison avec la guindée Gibson Girl, stéréotype établi plus tôt par l’artiste Charles Dana Gibson, la Brinkley Girl était féminine, aimant s’amuser et plus indépendante.
S
on dessin The Three Graces a aidé à établir ce personnage comme une icône. Montrant trois femmes qui chantent les louanges du suffrage, de la sécurité civile et du patriotisme, il a été l’un des premiers à associer des jeunes femmes attirantes avec le concept du droit de vote. La Brinkley Girl était généralement une jeune femme qui portait des vêtements de travail moderne et des tenues à la mode, avait les cheveux bouclés et s’engageait dans dans des activités où elle était plus indépendante que la plupart des femmes – comme le surf.
En 1944, Nell Brinkley meurt après plus de 30 ans de carrière. Sa nécrologie parait dans toute la presse à travers les USA, déclarant qu’elle a succombé à une «longue maladie», habituellement attribuée au cancer à l’époque.

Rebecca Buchman

Rebecca Buchman est une encreuse et coloriste qui a travaillé pour Marvel et DC Comics, pour Marvel on la retrouve sur Avengers : The Inintiative, Dark Avengers, chez DC elle a oeuvré sur Blackest Night : Green Lantern Corps, Brightest Day, Green Lantern Corps, Superman/Batman, The Huntress : Year One.

Stephanie Buscema

StephanieBuscemaStephanie Buscema est une illustratrice et peintre évoluant dans l’industrie des comics.
Elle a commencé comme encreuse pour son grand-père, le dessinateur John Buscema et se lance dans la peinture à la fin de son adolescence.
Actuellement, elle travaille en freelance sur l’illustration de livres, de couvertures et de comics pour différents éditeurs.

Nancy Butler

Nancy Butler est une scénariste qui a adapté plusieurs romans de Jane Austen pour MarvelPride and Prejudice, Sense and Sensibility, Emma, et Northanger Abbey.
Elle a été gratifiée deux fois du Rita Award, qui est la récompense la plus importante accordée dans le genre du roman d’amour et de la fiction romanesque.

Wendy Broome

Wendy Broome est une coloriste que l’on retrouve sur de nombreux titres Wildstorm comme The Authority, Wildcats, Wetworks, Coup d’Etat, Thundercats, Astro City, ou encore Legend of The Dark Knight et Smallville chez DC Comics.

Sarah Byam

Sarah Byam est une scénariste qui a écrit une grande variété de comics pour différents éditeurs. On lui doit entre autre Black Canary, Barb Wire, Aliens Omnibus, Colors in Black.
Elle est également l’auteure de la mini série Billi 99, dessinée par Tim Sale (dont c’est l’un des premiers travaux) et publiée chez Dark Horse en 1991. L’histoire est inspirée par les expériences de Byam à Detroit dans les années 1980, son amour pour les histoires héroïques et un pessimisme issu des mouvements politiques réactionnaires de l’époque.

A                                                                 C

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s