Wonder Woman est Sensationnelle !


Bon alors ça c’est pas nouveau, mais voici 3 semaines que je lis Sensation Comics Featuring Wonder Woman, une série numérique hebdomadaire proposée par DC, et qui est destinée aux amoureux de notre fière amazone mais également aux novices puisque les histoires développées sont indépendantes de la continuité actuelle.

Sensation Comics Oracle

Et c’est bien pour cela que je fonds littéralement pour cette série, parce que je retrouve la Wondie que j’ai toujours aimé voir dans mes lectures.
Les deux premiers numéros, écrits par Gail Simone et dessiné par Ethan Van Sciver se déroulent à Gotham City, et comme si par miracle, les New 52 n’avaient jamais existé.
On y retrouve Oracle, un personnage tellement cher à la scénariste qu’elle ne pouvait pas manquer l’occasion de la réintroduire si l’occasion se représentait. Dans son histoire, Batman manque à l’appel pour sauver une nouvelle fois sa ville des griffes de son bestiaire le plus notoire de super-vilains (Joker, Poison Ivy, Double Face, Man-Bat, Riddler, Freeze, Le Pingouin) et après une revue des effectifs disponibles (uniquement constitués de super héros masculins) Barbara prend la décision de faire appel à celle qui semble être la seule capable de venir à bout de cette menace conjointe.

Sensation Comics Featuring Wonder Woman (2014-) 001-011

Vêtue de son ancien costume (hors continuité actuelle donc), Wonder Woman prend les choses en main dans la plus grande tradition des méthodes de l’homme chauve-souris (because this is Gotham, you know), utilisant des "Wonder-rang" et jusqu’à rencontrer des alliées à la fois bien connues (Catwoman) et inattendues (Harley Quinn qui a décidément le vent en poupe en ce moment, avec sa série régulière qui cartonne, sa présence dans le très bon Injustice Gods Among Us Year 2, le nouveau Suicide Squad, puis le dernier numéro de Birds of Prey).

Sensation Comics Featuring Wonder Woman Harley Quinn Catwoman

Mais on ne change pas une Amazone. Et pour se défaire de ses ennemis, Diana trouvera un moyen imparable sans avoir recours à des méthodes beaucoup plus expéditives (dans le récit, on nous montre bien que Wonder Woman serait capable de mettre un terme aux vilains de Gotham d’un revers de main une bonne fois pour toute, elle qui a fait mordre la poussière à tant de dieux et monstres sanguinaires).

Sensation Comics Featuring Wonder Woman Cat Staggs

Le troisième numéro qui est sorti cette semaine, dessiné par Cat Staggs et scénarisé par Amanda Deibert, nous offre une histoire toute classique où Diana est confrontée à l’une de ses nemesis les plus notoires, Circe. Sincèrement, ici l’histoire n’a franchement pas grand intérêt.
Mais les dernières pages révèlent un véritable pur moment de bonheur, on y découvre un jeune garçon d’une dizaine d’années en train de lire les aventures de Wonder Woman (exactement les mêmes que nous, vrais lecteurs, sommes en train de suivre) sur une tablette. Celui-ci se fait bien évidemment chambrer par ses camarades parce qu’il aime des trucs "de filles", jusqu’à ce que Diana se présente en personne aux enfants et offre son amitié au garçon chahuté en lui offrant un morceau de son lasso doré.

Sensation Comics Featuring Wonder Woman kid 1

Cette scène est très importante, car elle révèle un tabou dans notre société où les jeunes garçons (tout comme les filles) se doivent de tenir un rôle précis sans jamais faillir, un rôle qu’on leur impose dès les premières confrontations dans la cour de l’école. Car c’est bien connu, un garçon se doit de ne jamais pleurer, il se doit d’être un homme avant tout, un vrai, et cela passe bien sûr par le fait qu’il n’a pas le droit de lire Wonder Woman ou de regarder Frozen.
Le message positif véhiculé dans cette scène est à partager, d’autant plus que je pense que beaucoup de lecteurs masculins se reconnaîtront dans l’image de ce jeune homme, je suis sûre en effet que les lecteurs de ma génération (et même bien avant celle-ci) ont eu l’occasion d’apprécier et de se reconnaître dans des héroïnes issues de la culture populaire à l’époque où ils n’avaient qu’une dizaine d’année, mais que leur condition ne leur permettait pas de l’avouer.

Sensation Comics Featuring Wonder Woman kid 2

En uniquement trois numéros, Sensation Comics Featuring Wonder Woman nous offre déjà bien plus que ce que la série régulière sur l’héroïne, Justice League ou Superman/Wonder Woman ont été amené à nous montrer. Ici, on ne lèche pas de glace à la fraise. Ici on botte des culs et on envoie des messages positifs. Et c’est bien de cela dont on avait cruellement besoin.

1 commentaire

Classé dans Comic of the day

Jolie Couv’


A défaut d’avoir pu apprécier la variant cover de Milo Manara à sa juste valeur, celle de Siya Oyum me ravit au plus haut point, d’autant plus lorsqu’elle est accompagnée d’une note d’intention d’Alex Alonso que je partage volontiers :

Nous sommes loin d’être parfait, mais nous essayons. Cela a été une priorité pour moi en tant qu’éditeur en chef d’avoir notre ligne et notre équipe d’édition plus inclusive. Nous sommes à un niveau record d’environ 30% de femmes dans le groupe éditorial, environ 20%  de notre catalogue sont des comics mettant en vedette des femmes, et notre Senior Manager of Talent, Jeanine Schaefer, recherche activement chaque mois plus d’écrivains et d’artistes féminines à intégrer dans notre équipe. En fait, très bientôt, nous allons annoncer de nouvelles séries et des créateurs dont je suis très enthousiaste.

Spider-Woman-Color-df682

Et oui, ça donne la banane de bon matin. En petit bonus, une page de Spider-Woman #1 que l’on doit à Greg Land.

SPDWMNv2014001001-99eaf

 

1 commentaire

Classé dans Comic of the day

Batgirl Rises : Teasing de la mort


C’est donc le 3 novembre que le fan film sur Batgirl réalisé par Vincent Tran sera visible, et pour nous faire patienter jusque là quoi de mieux qu’un petit teaser où l’on peut commencer à juger d’un casting des plus intéressants : Lindsay Heath est donc Barbara GordonConstance Brenneman incarne Harleen Quinzel, Devon Coull sera James Gordon Jr. et Angel Granger, Johnny Vitti.
Le rôle que doit tenir l’actrice Angelica Bridges n’a pas encore été révélé et me semble bien mystérieux (elle pourrait être vraisemblablement et logiquement la mère de Babs, mais je peux me tromper).

Voici en bonus une petite séance de making-of juste pour le plaisir.

2 Commentaires

Classé dans Movie of the day

Des comics et des filles : Catfight !


Après 9 semaines de duels acharnés, il est temps de vous révéler qui sont les demi-finalistes de notre catfight de l’été, et il s’avère que les prétendantes sont plus nombreuses que prévues puisque que nous avons eu deux ex aequo. En effet, vous n’avez pas réussi à départager Magik et Ms Marvel (ici on parle bien de Carole Danvers) ainsi que Wonder Woman et Batwoman.
Comme annoncé dans un épisode précédent, j’ai pris en compte les votes d’hier soir à minuit. Je n’ai cependant rien clôturé pour que tous les visiteurs du TLGB puissent s’amuser à élire leurs héroïnes favorites.
Mais maintenant il est temps de passer à l’étape supérieure ! Vous avez en effet une petite semaine (c’est à dire toujours jusqu’à mardi prochain minuit) pour faire votre choix parmi tous ces superbes personnages, et là j’ai bien envie de vous plaindre !
Les deux héroïnes qui auront reçu le plus de votes iront en finale pour une dernière semaine de folie. Bon courage !

Sans titre

7 Commentaires

Classé dans Goddess of the day

Sex and Violence, en avant pour le Volume 2


Le duo infernal Jimmy Palmiotti et Justin Gray nous fait la surprise aujourd’hui de lancer le second volume de Sex and Violence, une anthologie qui réunit encore une fois plusieurs histoires courtes qui comme son titre l’indique ne sont pas destinées à un jeune lectorat.

A l’époque, je m’étais fait une joie de partager le lancement du premier opus de ce titre via Kickstater, car outre son contenu très prometteur, la couverture de cet album (que l’on devait à Amanda Conner) n’était ni plus ni moins selon moi que la couv’ la plus jouissive de ces 50 dernières années (je sais que vous êtes habitués à mes tendances pour l’exagération… donc je ne me prive pas hein, on rigole ici, on rigole !).
Et notre Julien Lordinator International s’était ensuite chargé de faire la review de ce recueil réunissant les talents des deux scénaristes, les artistes Juan Santa Cruz et Jimmy Broxton étant embauchés pour la partie graphique.

Cette fois-ci, il s’agit de nous proposer trois récits dans un album de 64 pages, toujours sur le même thème bien évidemment, et articulés de la façon suivante :

Tout d’abord Daddy Issues écrit par Jimmy Palmiotti et illustré par Romina Moranelli qui raconte l’histoire d’une mère séductrice et de sa fille qui partagent un même but bien mystérieux :

2e506204dc8a248763bcaca0bf0423eb_large

Red Dog Army de Justin Gray et illustré par Rafa Garres aborde un sujet totalement différent.
Après la conquête de la Pologne en 16 jours seulement, Hitler lance une invasion à grande échelle de la Russie appelée Opération Barabossa. Staline, impuissant, et incapable de stopper le flot de chars Panzer dirigés vers Moscou, autorise alors une unité spéciale de former des chiens pour les utiliser en tant qu’armes anti-chars.
Red Army Dog est donc l’histoire d’un vieux dresseur de chiens, Yuri Schlonsky, recruté par l’armée contre sa volonté et de la sniper Valeriya Petroff qui essaient tous deux de survivre non seulement à la guerre, mais également à leur commandant complètement fou qui va faire en sorte à ce qu’ils n’y parviennent pas.

bddda453fec663d3125e0f9123e192d7_large

Avec Filter, de Jimmy Palmiotti et Vanesa R. Del Ray, un tueur nommé Nico Gallo se souvient de l’époque où il n’était qu’un jeune homme grandissant dans les rues difficiles de Brooklyn, et des choix violents et meurtriers qu’il a dû faire tout au long du chemin qui a changé sa vie pour toujours.

07193993221bf9ce5089d4a174256031_large

Trois belles promesses (pour ma part je suis très titillée par la seconde) que vous pouvez donc soutenir comme précédemment via Kickstarter.
Jusqu’ici tout va bien, en mois de 24 heures pratiquement 50% des fonds nécessaires ont été bouclés, Sex and Violence a de beaux jours devant lui.

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Les mondes d’Amélia


2927329-amelia_cole

Passée un peu (beaucoup) inaperçue lors de sa sortie en 2012, la série Amelia Cole éditée chez Monkeybrain Comics mérite largement d’être connue du plus grand nombre. La raison en est très simple, son héroïne est le genre de personnage qui vous rend heureux de lire des comics.

Amélia Cole vient de deux mondes complètement différents et pourtant complémentaires et de prime abord identiques. Le premier ressemble au notre, basé sur la technologie, et le second fondé sur la magie. Elle-même magicienne, elle passe d’un monde à l’autre à sa guise, mais lorsque les barrières entre ces deux dimensions semblent se fissurer, un démon ayant réussi à mettre la pagaille dans le monde sans magie, sa tante Dani qui l’a élevée doit prendre une décision dramatique afin de sauver les deux univers.
Avant de mourir, Dani lui révèle qu’il existe un troisième monde, qu’Amélia va rapidement découvrir et y rester bloquée.
Équipée de quelques balles de téléportation, d’une clé à molette en guise de baguette magique, et d’un Golem en ferraille prénommé Lemmy (qui m’a tout de suite fait penser à Concrete, même si il ne parle pas) qu’elle a conçu à partir de déchets provenant d’un terrain vague, notre héroïne doit s’adapter à de nouvelles lois et de nouvelles règles dans une dimension à la fois magique et technologique, rencontrer de nouveaux amis et faire face à de nouvelles menaces.

Amelia_Cole_02.indd

Son caractère bien trempé m’a fait penser à une Buffy Summers perdue au royaume d’Harry Potter, servie par les dessins de Nick Brokenshire sur une histoire haletante écrite par Adam P Knave et DJ Kirkbride. Et l’on retrouve Rachel Deering (Anathema) au lettrage ce qui est évidemment un gage de qualité.

Cette série d’aventure et de fantasy urbaine (car oui, les dragons volent au dessus des immeubles !) en est actuellement à son 17ème numéro, deux TPB sont déjà sortis, le premier intitulé Amelia Cole and the Unknown World et le second Amelia Cole and the Hidden War, tous les deux disponibles sur Amazon et Comixology, et le troisième est prévu très prochainement.

Voici donc une héroïne comme on les aime, courageuse et à la fois drôle et sensible, qui évolue dans un univers foisonnant proche du notre mais plein de surprises. Sans compter des références disséminées dont je vous laisse le plaisir de découvrir.

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Edge of Spider-Verse #2 : la preview


Au lieu d’en rajouter une couche sur l’affaire Spider-Woman et son interprétation par Milo Manara (la pauvre, elle doit en avoir plein le derrière, sans mauvais jeu de mot bien sûr…) intéressons-nous à quelque chose de bien plus intéressant : Qu’adviendrait-il si Gwen Stacy tenait le rôle de Spider-Man ?
Dans cette version alternative la jeune femme porte donc elle aussi le nom de Spider-Woman, et cette preview nous montre que cela fonctionne évidemment très bien. Rendez-vous le 17 septembre prochain pour connaitre la suite.

EDGEOFSV2014002cov-98ab8-678aa

SpiderGwenColors-Page-01-dc6ed SpiderGwenColors-Page-02-0859a SpiderGwenColors-Page-04-0f351 SpiderGwenColors-Page-05-366bc SpiderGwenColors-Page-06-07302

2 Commentaires

Classé dans Comic of the day