Et de 10 !


La femme est l’avenir des comics et ça, Marvel l’a bien compris.

Alors qu’en ce moment même le film Lucy de Luc Besson avec Scarlett Johansson dans le rôle titre est premier au box office américain (mettant au passage un petit revers à Hercules), ce qui je suis sure devrait mettre un terme aux doutes des grands pontes de Marvel Studios concernant la sortie dans les années à venir d’un film entièrement consacré à Black Widow, l’éditeur est loin de se poser toutes ces questions et vient d’annoncer lors de la SDCC deux nouvelles séries mettant en vedette des héroïnes :  Angela : Asgard’s Assassin (le personnage est au départ une création de Neil Gaiman et Todd McFarlane chez Image au début des années 90) qui sera écrit par le tandem Marguerite Bennett et Kieron Gillen, et dessiné par Phil Jimenez et Stéphanie Hans, ainsi que Spider-Woman qui va faire son grand retour, sous la responsabilité de Dennis Hopeless (Avengers Arena) et Greg Land.

Spider-Woman-cover angela2-650x1004

Pour rappel, la Maison des Idées a déjà, ou est sur le point de lancer les séries féminines suivantes : Black Widow, X-Men, Elektra, Thor, Storm, Ms. Marvel, Captain Marvel, et She-Hulk, ces deux derniers titres prévus pour le mois de novembre nous amène donc (pour le moment ! Soyons fous !) à recenser 10 séries où figurent des héroïnes comme personnage principal !

Avec la féminisation de Thor et ces deux dernières annonces, la question que l’on peut se poser est la suivante : comment Marvel peut-il être si sûr de lui et continuer à développer un éventail de titres consacrés à ses personnages féminins ?
Un début de réponse se situe peut-être dans le classement global des ventes mensuelles concernant ces personnages, tout éditeur confondu, manière de savoir si réellement les femmes font vendre des comics. Je me suis amusée à prendre les chiffres de ces trois derniers mois (avril-mai-juin) et voici comment cela se présente :

 Avril 2014

avril

Mai 2014

mai

Juin 2014

juin

 

Oui, chaque mois c’est en moyenne plus de 600.000 comics vendus où une femme est le personnage principal.
Comme chacun le sait, l’industrie des comics souffre lui aussi de la crise économique mais ces chiffres ne trompent pas, ils sont la preuve qu’il y a un marché à exploiter, celui des lectrices déjà consommatrices qui ne demandent que cela, et celles qui pourraient devenir de futures clientes.
Car il est clair que malgré son très grand succès, ce n’est pas l’univers cinématographique de Marvel qui va inciter à lire ses comics. Il faut donc aller chercher ailleurs et les minorités (les femmes en première tête de liste) sont la proie idéale pour tenter de nouvelles expériences éditoriales. Et si vous voulez mon avis, c’est tant mieux car nous avons tout à y gagner.

2 Commentaires

Classé dans Comic of the day

Anatomie d’une héroïne


Lorsque que Wonder Woman a été annoncée pour faire partie du casting de Batman V Superman : Dawn of Justice (qui ne s’appelait d’ailleurs encore pas comme ça, à l’époque) j’étais à la fois très enthousiaste et craintive face à cette annonce : Qui allait l’incarner ? Quelle importance allait-elle avoir dans ce film ? Allait-elle être une nouvelle fois la risée des médias, et voir son rôle pourtant crucial dans la représentation des héroïnes de comics de premier plan (ou des héroïnes de comics tout court ?) être encore minimisé ?
Au fil des mois je me suis bien gardée d’émettre un avis supplémentaire concernant le casting de Gal Gadot qui selon moi ne correspondait pas du tout à l’image que je me faisais de Wonder Woman. Trop chétive, trop sexy, trop mainstream, bref, aux antipodes de mes modestes aspirations, un avis qui soit dit-en passant correspondait aussi à celui de nombreux spécialistes de l’héroïne.

Et puis aujourd’hui, SDCC oblige (et j’espérais quand même qu’elle pointe le bout de son lasso doré le temps de ce fameux week-end, j’aurais bien été déçue sinon, et cela m’aurait d’autant plus conforté dans l’idée que Wondie était considérée comme un personnage mineur dans ce film), en ce jour de grâce nous fût enfin montré la comédienne dans le costume de notre fière amazone.

35479_313440702150528_3218414097210286057_n

This is Themyscira !

Et là, l’internet a totalement vrillé.

J’ai eu beaucoup de mal à cliquer sur cette image, parce que j’en attendais beaucoup, et depuis très longtemps (genre une trentaine d’année, pas grande chose quoi), cette raison pour laquelle j’avais tellement peur d’être déçue. Et bien sûr je le fus quelque part. Quand on a un idéal, et que quelqu’un vous en impose un autre, on est forcément réfractaire. Il n’y a pas de mauvaise foi dans mes propos, juste ma version de Wonder Woman face à celle de Zack Snyder.

Et puis au final j’ai cliqué, j’ai cliqué… et j’ai vu, Gal Gadot ok bien sûr, mais également une femme fière, forte et déterminée dans un environnement inhospitalier, avec le regard digne d’une Amazone, le genre de visuel qui donne envie d’en savoir plus, qui donne envie d’en connaitre d’avantage sur Wonder Woman.
Car en regardant cette première image voilà ce que j’ai surtout envie de retenir (et si il le faut la version live démontera tout ce que je suis sur le point d’annocer ! Allez, prenons le risque !) par le biais de ce premier visuel, c’est que nous avons bel et bien le respect des codes (la tiare, le bustier, l’insigne en forme d’aigle, les bracelets-avant bras en métal, le lasso et dans une moindre mesure l’épée, jusqu’au cuissardes, vraisemblablement munies de talons… et c’est là que le bât blesse.) de quoi alimenter une première iconographie cinématographique digne de ce nom vis à vis d’un personnage tant attendu au regard de ses deux acolytes maintes fois adaptés au 7ème art.

Alors pour reprendre plus en détail les parties de ce costume que je suis allée récupérer sur l’excellent site de Tim Hanley qui nous donne également son analyse, voilà où nous en sommes :

gadotww1

Bon alors j’ai énormément de mal avec ce visage, qui me rappelle tant celui d‘Adrianne Palicki, et du coup ses récentes et très oubliables expériences télévisuelles allez savoir pourquoi… La tiare est loin d’être la plus réussie, j’aurais en effet souhaité quelque chose de plus simple, plus archaïque et moins travaillé, plus brut, ici malgré l’étoile, il y a quelque chose de reptilien qui ne correspond pas avec le personnage.

gadotww2

Le bustier est par contre l’une des plus belles pièces correspondant et intégrant l’imagerie de notre héroïne. Avec un design de prime abord assez proche de la version New 52 , le côté fonctionnel a la part belle avec cette lanière entourant son buste et pouvant supporter un glaive digne des plus féroces des Amazones.

gadotww3

Comme le laissait entendre quelques rumeurs, la jupe antique est belle et bien présente sur ce costume est c’est une bonne chose ! Elle semble être en cuir et d’une couleur brunâtre et non pas bleue, mais il faudra attendre un autre visuel du costume pour confirmer cela. Je serais assez déçue si il n’y avait pas de bleu, l’absence d’étoiles je peux comprendre car elles sont inutiles dans cette version du personnage et difficilement justifiables.

gadotww4

Les codes sont respectés ! Nous avons le lasso (est-il de vérité ?) et les bracelets/avant-bras suivant les versions (sont-ils à l’épreuve des balles ? Le symbole de la force des Amazones ? Ont-ils une véritable signification où sont-ils là juste pour donner un côté un peu plus bad-ass ?) qui se terminent par une touche de cuir vraisemblablement positionné sous le métal. L’épée est d’apparence très simple et peu travaillée (contrairement à la tiare), rajoutant un aspect brut de décoffrage supplémentaire qui dégage déjà de l’ensemble.

gadotww5

Des cuissardes ! Avec des talons ! Mais qu’ont-ils tous à vouloir mettre des talons (même compensés comme c’est le cas ici) aux chaussures de nos héroïnes ??? A défaut d’être pratique est-ce vraiment utile ? Je ne sais pas combien mesure Gal Gadot (si elle a été mannequin elle doit être assez grande j’imagine) mais si elle n’est pas assez grande pour éviter ce genre d’accessoire stupide c’est quand même bien dommage ! C’est complètement irréaliste, on ne peut pas se battre et courir avec des talons comme ça bordel.
Les jambières me font penser à celles que portait Leonidas dans le film 300, en une version plus féminine bien sur, d’ailleurs on retrouve beaucoup de l’esthétisme du film de Snyder dans ce costume et ce n’est sans doute pas un hasard.

-

La voici donc notre héroïne, imposante comme nous le souhaitions, physiquement je le répète j’aurais préféré une autre comédienne pour interpréter ce rôle mais visuellement ici nous ne sommes clairement pas devant la catastrophe que je craignais, c’est déjà ça.
Mais mon enthousiasme s’arrête malheureusement un peu là, je reste en effet assez craintive sur l’emploi de Wonder Woman dans ce film, et de la façon dont elle va être filmée (Sucker Punch anyone ?)
Pour finir sur une note un peu plus positive, je pense que ce qui est important surtout avec cette première image, c’est que l’on se prend soudainement à croire que nous allons enfin avoir droit à une véritable considération et un intérêt pour ce personnage de la part de la plupart des grands médias qui jusqu’à maintenant n’avaient toujours pas compris que Wonder Woman n’était pas uniquement une série télé qui datait des années 70.
Pour le reste, attendons patiemment les vraies images qui bougent.

4 Commentaires

Classé dans Movie of the day

Une voix en or s’en est allée


7582_2

J’ai eu la grande tristesse d’appendre que Caroline Beaume, la voix Française de Dana Scully et Lynette Scavo (entre autre), une voix très reconnaissable entre toutes lorsque l’on est un minimum amateur de série TV, s’est éteinte aujourd’hui des suites d’une tumeur au cerveau.
Et j’en suis très triste, car elle berça mes plus belles années de geekette, les toutes premières si on peut dire, celles où on ne fait pas attention aux autres et on se sent intouchable face aux interrogations de la populace dubitative et craintive face à cet intérêt de plus en plus insistant vis à vis de la culture populaire.

C’était il y a bien longtemps…. Moi même j’étais bien jeune et je passais mes samedi à dépenser des fortunes à faire des photocopies couleurs de magazines anglo-saxons que collectionnait une copine sur le légendaire duo du paranormal : Fox Mulder & Dana Scully, ou encore participer à d’honteuses contrebandes de cassettes VHS d’enregistrements provenant d’outre Manche…

Caroline Beaume laisse ainsi la trace indélébile d’un personnage indissociable de la culture geek, féminin qui plus est, et quelle femme à ranger au même statut que Xena et Buffy, mais peut-être avant tout au rang des souvenirs d’une époque révolue où le fait d’aimer plus que de raison un programme particulier était encore vu comme la manifestation d’un goût déviant et immature.

Depuis bien des années X-files est devenue une série culte de part le monde et Caroline Beaume y a contribué pleinement, donnant cette sensibilité et cette force toute particulière au personnage complexe qu’elle doublait.
Sa voix va nous manquer, et restera en tout cas gravée à jamais dans mon subconscient comme dans celui de très nombreux partisans que la vérité est ailleurs…

4 Commentaires

Classé dans TV show of the day

En attendant Batwoman


Batwoman-Bishoujo-Statue-Teaser

Qu’on se le dise, je ne suis pas forcément fan des statuettes Kotobukiya, même si certaines sont très réussies (je possède très très peu de statuettes et autres figurines, je concentre mes acquisitions liées aux comics aux artbooks, anthologies… et autres dédicaces qu’il me plait d’encadrer sur les murs de mon petit appartement :) ce qui ne m’empêche pas de baver bien sûr devant la collection de certaines de mes lectrices, qui se reconnaîtront ! Ahem !).
A vrai dire j’en possède une seule qui m’a vraiment tapé dans l’oeil, il s’agit de Huntress qui se trouve juste à côté de mon écran comme pour surveiller en vigilante digne de ce nom toutes les bêtises que je suis plus ou moins capable de dire.

Annoncée, et attendue (c’est une évidence) depuis trop longtemps déjà, la version Koto de Batwoman s’est enfin dévoilée aujourd’hui grâce à cette manifestation toute minimaliste appelée San Diego Comic Con.
Et je dois dire que je suis loin d’être déçue. Le style manga peut paraître aux antipodes de notre Déesse de Gotham auquel nous vouons ici un culte sans borne, elle reste une version très sympathique, avec cette cape qui se permet une petite pirouette…
Certains préféreront la version d’Artgem, plus respectueuse de l’aura du personnage, et du coup un peu plus chère…
Mais soyons sérieux une minute, (c’est pas évident) est-il possible de froncer les sourcils devant un produit dérivé à l’effigie de Batwoman alors que la série dans laquelle elle évolue de façon régulière est franchement moins bonne qu’un Injustice Year Two (mais vraiment, quelle merveilleuse surprise cette série, je n’en reviens toujours pas !) qui est dix fois mieux écrit et pourtant édité uniquement en version numérique, à moindre coût mais aussi malheureusement à moindre impact.

Mais je divague un peu, du coup je vous laisse profiter de ces quelques visuels et vous faire une idée par vous-même. C’est mieux non ?

batwoman-bishoujo-1 batwoman-bishoujo-2 batwoman-bishoujo-4 batwoman-bishoujo-7

3 Commentaires

Classé dans Goddess of the day

Wonder Woman, vue par les Finch


Aujourd’hui nous avons pu découvrir un premier aperçu de Wonder Woman #36 dessiné par David Finch prévu pour le mois de novembre, par le biais de trois superbes planches crayonnées pour montrer que graphiquement on va en avoir pour notre argent. Outre le fait que Wondie ait bien évidemment l’air d’avoir 16 ans, on a plus l’impression de se retrouver dans un numéro de Justice League qu’autre chose mais bon…
La surprise vient sans aucun doute de la présence de Swamp Thing, ce qui nous promet vraisemblablement une future scène de hentaï végétal dans les bois.

Comment ça j’exagère ? C’est fort possible si l’on retient que la scénariste Meredith Finch semble vouloir garder quelques idées instaurées par son prédécesseur Brian Azzarello, c’est à dire en gros son statut d’Amazone et de (demi) déesse, en plus de sa relation avec Superman (yerk), et de son rôle au sein de la JL (nous y voilà). Mine de rien ça fait quand même beaucoup, mais rien n’est trop ambitieux pour notre Diana préférée par vrai ?

WW36pg10sm-54ebf WW36pg11sm-d23d7 WW36pg12-13sm-5977b

Ceci dit, la seconde page est vraiment de toute beauté.

Poster un commentaire

Classé dans Comic of the day

Des comics et des filles : Catfight !


Le catfight de cette semaine a un peu de retard, veuillez m’en excuser. Nous en sommes donc déjà à notre cinquième rendez-vous, et pour le moment voici comment se présentent les précédentes confrontations, sachant que rien n’est joué :
Storm domine Supergirl, Magik a le dessus sur Ms. Marvel à un votre près, Terra mort toujours la poussière face à Wonder Girl et vous préférez manifestement voir Stephanie Brown en Batgirl qu’en Spoiler.

Aujourd’hui je vous offre une session résilles puisqu’il s’agit de déterminer qui de Zatanna et Black Canary fait battre le plus votre coeur…

Pour rappel, Zatanna a été créée par le scénariste Gardner Fox et le dessinateur Murphy Anderson, elle apparaît pour la première fois dans Hawkman vol. 1 #4 en 1964, Black Canary quant à elle est la progéniture du tandem  Robert Kanigher et Carmine Infantino, elle déploie ses ailes pour la première fois dans Flash Comics #86 en août 1947.

BCZ-Cover

Poster un commentaire

Classé dans Goddess of the day

Surprenante Injustice


Attention, ce billet contient un spoiler muni d’un fouet aux lanières composées de clous, mhhhhhhh…..

Injustice- Gods Among Us - Year Two (2014-) 016-000

En ce moment je sais, je râle beaucoup sur les réseaux sociaux du manque d’audace de la part de DC Comics en matière de diversité vis à vis de Marvel même si, oui c’est un fait et j’en ai d’ailleurs fait l’écho à l’époque, je salue le fait qu’Alan Scott et Bunker soient gay, que Simon Baz soit musulman, tout comme Nightrunner qu’on ne voit plus d’ailleurs… que la Huntress de la Terre 1 des New 52 (…) soit afro-américaine, ou encore qu’Equinox soit native américaine (pour la petite histoire, ce personnage est en partie inspiré par Shannen Koostachin, une adolescente militante qui fit pression sur le gouvernement fédéral des Etats-Unis pour la création d’une école au sein de la nation d’Attawapiskat, la première nation isolée du district de Kenora dans le nord de l’Ontario, Canada, recensant 2800 personnes dont plus d’1/3 âgés de moins de 19 ans. Elle perdit la vie lors d’un accident de voiture en 2010 à l’âge de 15 ans.)
Tout ça c’est très bien, mais il ne s’agit que de personnages secondaires. Aucun d’entre eux n’a son propre titre et c’est bien en cela que j’en veux gentiment à DC Comics, à l’heure où Marvel a osé Ms.Marvel et maintenant Storm sans parler de la future Thor, et des titres féminins déjà en cours depuis un petit moment (Black Widow, Elektra, Captain Marvel, X-Men…) la Maison des Idées croit au filon, si ce n’est juteux mais en tout cas fidélisant, de la diversité dans l’industrie des comics.
Car ne soyons pas dupes, tout cela reste une affaire de gros sous, mais c’est à nous lecteurs (ahem… lectrices) d’en tirer parti. C’est à nous de dire : OUI on aime ça et on en redemande. OUI, nous ne représentons certes qu’un petit pourcentage du lectorat (pas si petit pourtant, à en croire certains sondages, mais là encore j’y reviendrai plus tard :p ) mais nous aimons ce que nous lisons et nous voulons CONSOMMER.

Car pour moi en tant que lectrice de comics c’est très simple ! Si DC ou Marvel ne m’offrent pas ce que je veux lire je vais voir ailleurs ! Je vais donc voir chez Image/TopCow, IDW, Fantagraphics ou Dynamite et je finirai tôt ou tard par trouver mon bonheur indubitablement. Je lirai Witchblade, Saga, Revival, Rat Queens, Fatale, Stumptown, Lazarus, Love & Rocketsou bien sûr Rachel Rising, les titres ne manquent pas il faut le savoir…
Mine de rien, le choix est large et il ne faut pas se priver d’essayer un titre au feeling quitte à se planter, personnellement cela m’est déjà arrivé mais le Dieu des comics sait que je me suis rarement trompé ! De toute façon, cela reste une expérience positive car petit à petit, on affine ses goûts et ses désirs en matière de lecture.

Injustice- Gods Among Us - Year Two (2014-)

Tout ça pour en venir à ce qui nous intéresse aujourd’hui : la série numérique éditée par DC Comics, Injustice Gods Among Us : Year Two.
Alors autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas lu le Year One (ah ben bravo Katchoo ! Bravo !) car au départ j’avais beaucoup entendu parler de cette série… en très très mal. Et oui, je suis comme tout le monde, c’est à dire très influençable, quand on me dit "Ewwwwwww", je me dis, pfffffffffff….. Et puis ces dernier jours, indépendamment j’ai pu lire divers échos positifs jusqu’à hier, où je découvris que Renee Montoya était belle et bien présente dans cette série.
OUI PDBDM (m’envoyer un mail pour me demander ce que ça veut dire)  She’s back, non pas dans l’Univers DC régulier, mais dans un elseworld adapté d’un jeu vidéo… Alors oui nous sommes à des années lumières de Gotham Central ou 52, je ne vais pas vous vendre de la poudre aux yeux, mais notre Renee fait bien partie de l’Univers DC actuel, même si il reste alternatif…

Injustice- Gods Among Us - Year Two (2014-) 016-018 - Galerie de photos Windows_2014-07-23_21-29-44

Et quelle agréable surprise de s’apercevoir qu’en fin de compte, même si nous devons raison garder face à ce fait établi dans ce #16, ici, Batwonan et Renee sont mariées ! La Distinguée Concurrence a donc baissé la garde concernant le "bonheur " de ses personnages à partir du moment où ils ne font pas partie de sa trame principale.
Même en une seule case, mais quelle joie de voir cela, et je ne suis pas la seule :)

Twitter  chrise17 LOVE the relationship reveal ..

Et bien oui, il en faut peu pour être heureux.
Nous avons le retour d’une héroïne hautement appréciée de la gente féminine et de la communauté LGBT (depuis moult numéros de cette série, qui plus est), ce qui est un TRÈS BON POINT pour l’éditeur…
Tout ça c’est super !!!! Youhou !!!! Mais que va-t’il advenir du futur alternatif dont, soyons clair, personne n’en  rien à foutre ?????!
Et bien ma foi, nous en sommes au #16 et il en reste bien 20 opus supplémentaires au regard de ce qu’il a été fait l’année précédente. Nous sommes donc dans l’expectative, et en cela même restons vigilants.

DC Comics a su montrer ici une certaine ouverture, toutes ces approches restant imperméables et indépendantes à l’univers DC actuel… même si mon petit doigt me dit que tôt ou tard les vents du changement finiront par souffler…

4 Commentaires

Classé dans Comic of the day